publicité

Culture

L’Enquête du jeudi. Renouveau du cinéma ivoirien : (2/2)- Des opportunités pour les jeunes désireux de faire carrière dans le 7e art

Publié le :

Le cinéma ivoirien, porté par le dynamisme d’une nouvelle génération de cinéastes plutôt visionnaires, renaît de ses cendres et attire un public de plus en plus jeune à Abidjan. Les productions comme « La nuit des rois » de Philippe Lacôte , « Dans la peau d’un caïd », de Owell Brown et « Marabout chéri » de Khady Touré, sont entre autres films qui ont connu un succès dans les salles de cinéma d’Abidjan et sur la scène internationale.


Le regain d’intérêt pour le cinéma en Côte d’Ivoire s’accompagne aussi du désir, de plus en plus manifeste, pour nombre de jeunes, de vouloir faire carrière dans le 7e art. Ils ont aujourd’hui la chance de pouvoir suivre, sur place, des formations spécialisées. En effet, à travers son école de production audiovisuelle, l’Institut des sciences et Techniques de la communication (ISTC) Polytechnique, initie les jeunes aux métiers du cinéma. Sur place, il y a quelques jours, nous avons suivi des étudiants de cette école en plein tournage, dans le cadre de leurs pratiques professionnelles. Ils ont à l’occasion transformé une salle de classe en église pour produire un film sur le phénomène des faux pasteurs. Sur l’estrade de la salle, un homme, le pasteur de l’église, prêche l’évangile devant des fidèles enflammés. Les choristes, dans un coin de la salle, chantent des cantiques pour animer la scène. Muni d’une caméra, Dorgelès capture des clichés du tournage. Étudiant en Master 2 de la Production audiovisuelle, il est directeur de la photographie sur ce projet. Son rôle est de créer une esthétique visuelle et de superviser l’éclairage. Pour lui, le cinéma est une passion, et il envisage de devenir réalisateur.

Etudiante de cette école, Zeinab Soumahoro avait remporté un prix lors du Festival panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) 2023. Son documentaire « Sur les traces de mes ancêtres » a remporté le deuxième prix dans la catégorie des films des écoles de cinéma. Aujourd’hui, elle est cinéaste et assistante réalisatrice. Zeinab est convaincue que le cinéma ivoirien est en plein essor. « On commence à sortir la tête de l’eau, il y a des films qui arrivent à se démarquer dans des festivals internationaux. Je sais que dans 5 ou 10 ans, on fera bien la différence », espère-t-elle. Toutefois, la cinéaste révèle que les Ivoiriens réalisent plus de séries que de longs métrages. « Ce sont les longs métrages qui sont recherchés pour les prix internationaux. Pour qu’on réussisse à glaner plus de prix à l’international, il faut qu’on puisse réaliser de très bons longs métrages », suggère-t-elle. Zeinab propose également que les acteurs du cinéma soient regroupés en une faîtière pour pouvoir s’entraider.


Initiatives gouvernementales et soutiens internationaux

Les initiatives prises par les pouvoirs publics ivoiriens, tout comme les actes de soutien internationaux ont aussi contribué à ce renouveau du cinéma en Côte d’Ivoire. En 2008, le gouvernement ivoirien crée une structure exclusivement destinée au cinéma. Il s’agit de l'Office national du Cinéma de Côte d'Ivoire (ONAC-CI) qui est fonctionnel depuis 2011, avec un fonds dénommé Fonds de Soutien à l'Industrie Cinématographique (FONSIC). Le FONSIC a pour mission de financer la promotion et le développement de l'industrie cinématographique en Côte d'Ivoire.

Le FONSIC et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) sont en partenariat. Avec la contribution financière de l’Union européenne et le soutien de l’Organisation des Etats dénommée Afrique Caraïbes Pacifiques(ACP), ils exécutent le programme Clap ACP FONSIC. Ce programme est doté de plus de 577 millions de francs CFA dont 262 millions de francs CFA alloués par le FONSIC et exactement 314 859 360 F CFA alloués par le Fonds européen de Développement. Le Fonds CLAP ACP-FONSIC aide à la finition des longs-métrages de fiction, des séries et documentaires, associant la Côte d’Ivoire à des pays de l’Organisation des États ACP.

De Lima Soro




publicité

FIL INFO

23 juillet 2024

L’abbé Bahala est en Ouganda pour obtenir le rapatriement des enfants congolais libérés par la LRA

23 juillet 2024

Niger : un an après avoir été renversé, Mohamed Bazoum toujours prisonnier

23 juillet 2024

An I de la 4e République au Mali : Les signaux au vert

23 juillet 2024

Les services secrets ont «échoué» à protéger Trump, admet leur directrice

23 juillet 2024

Kamala Harris a assez de soutiens pour devenir candidate, selon des médias américains



Fanico

DAO SEKOU 25 juin 2024
Côte d'Ivoire. Faire la promotion des vrais militants du RHDP
Wakili Alafé 7 juin 2024
L'Afrique, un enjeu géopolitique pour la Russie
Yao Noel 21 mai 2024
Voici un bref témoignage de Yao Noel sur Feu le Président Henri Konan Bédié
Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants

publicité