publicité

Societe

Côte d’Ivoire .Dépôts de gaz. Des autorités passives face à l’anarchie

Publié le :

La récente explosion de dépôt de gaz à Bingerville soulève le problème du non-respect de la réglementation relative à la commercialisation du gaz en Côte d’Ivoire. D’Abidjan à l’intérieur du pays, notamment Bouaké et Yamoussoukro, la question du désordre et des risques liés à la vente du gaz se pose. A part quelques actions menées sporadiquement, à travers la fermeture de dépôts et la saisie de matériels de transvasement illégal par la Direction régionale du commerce de Bouaké en septembre 2023, rien n’est fait dans la durée pour décourager définitivement les fraudeurs dans les villes citées.

On note une installation anarchique des dépôts et le transvasement illégal de gaz butane. Ces pratiques bénéficient d’une certaine tolérance des autorités censées mener un contrôle dans le secteur. En dehors des stations de services et quelques lieux de vente agréés, la grande majorité des boutiques de gaz sont gérées par des revendeurs clandestins. Quand ils ne sont pas dans des domiciles, ils exercent dans de petits magasins installées en bordure de routes à cotés des quincailleries, des restaurants qui sont des sources de chaleur. Une fuite de gaz dans ces conditions est fatale.

« Ces petits magasins de gaz sont proches de nous. On préfère se charger là-bas au lieu d’aller loin dans les stations d’essence », affirme une ménagère ignorant le danger. Les gérants de ces points ne portent pas de gants ni de casques encore moins de chaussures de sécurité.


Du gaz dans les véhicules de transport en commun


Et le comble, certains d’entre eux font le transvasement dans des bouteilles (B6 et B12) pour les ménages et des bouteilles (B6) utilisées dans des véhicules de transport en commun comme à Yamoussoukro.

Les revendeurs que nous avons approchés pour comprendre comment ils se sont installés,ont préféré garder le silence. Avec les récentes explosions de gaz, Ils ne veulent pas prêter le flanc aux grincements de dents en cours contre eux.

Les personnes qui habitent près de ces dépôts, vivent quotidiennement dans l’inquiétude. « Nous vivons en danger à côté de ce magasin de gaz. Ils font le transvasement à l’air libre comme ça sans se soucier même des fumeurs qui passent. C’est dangereux pour nous tous. Ils ne respectent pas les règlements. C’est ce qui provoque les incendies », déplore un gérant de magasin, voisin d’une boutique de gaz.

En attendant, certains ont fait des recommandations. « Il faut que les autorités prennent leur responsabilité. Les populations doivent s’approvisionner dans les boutiques agréées et dénoncer les revendeurs qui exercent dans l’illégalité. Quant aux marqueteurs, ils doivent sensibiliser les acteurs de leur circuit de distribution à faire preuve de professionnalisme », a suggéré Kevin N’guessan, un fonctionnaire.

Moussa I. Koné


ENCADRÉ

Conditions d’ouverture et d’exploitation d’un dépôt de gaz butane

La Direction des hydrocarbures du ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie a défini les conditions d’ouverture et d’exploitation d’un dépôt de gaz butane. A savoir :

- disposer d’une autorisation d’exploitation délivrée par le ministère des Mines,

 avoir un local aéré pour un stock minimum de 130 bouteilles,

 éviter le transvasement,

 éviter toute source de chaleur dans un rayon de 10 mètres,

 se munir d’équipement de sécurité (casque, gant, chaussure de sécurité, des extincteurs portatifs)

 et s’assurer que tous les fils électriques sont encastrés.

En cas de non respect de ces dispositions, le revendeur s’expose à une peine de deux mois à deux ans d’emprisonnement et d’une amende allant de 100 000 francs à 100 millions de francs CFA.






publicité

FIL INFO

17 mai 2024

Boundiali : Deux Ivoiriens à la tête d’une mine d’or

17 mai 2024

France: Un jeune entrepreneur ivoirien reçoit la distinction Young Leaders Génération Europe-Afrique 2024

17 mai 2024

La défense de Trump a cherché à faire flancher Michael Cohen

17 mai 2024

Tchad: Macron félicite Déby pour son élection et appelle à la poursuite du dialogue

17 mai 2024

Mali : Lutte contre les atteintes aux biens publics : Plus de 91 milliards de Fcfa recouvrés par la justice



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité