publicité

Societe

L’Enquête du jeudi . Dépôts de gaz- (1/2 )- Des poudrières en plein Abidjan

Publié le :

Il y a de plus en plus d’explosions de magasins de vente de gaz butane à Abidjan. Le commerce de ce produit a attiré des personnes qui n'ont pas, pour la plupart, la maîtrise des règles de sécurité à respecter en la matière. Elles ouvrent leurs magasins près des zones d’habitation, au rez-de-chaussée des immeubles, sans aucun dispositif de sécurité fiable. Ce qui crée un danger pour les populations.

Gisèle Aka tient un magasin de vente de gaz butane non loin de la pharmacie Jean Pierre de Yopougon-Niangon. Le magasin appartenait à l’une de ses amies qui le lui a cédé. Gisèle n’a donc aucune information sur les conditions nécessaires ou le processus à suivre pour gérer une telle activité. Elle ne connaît pas non plus les mesures de sécurité à respecter quand on exerce un commerce de vente de gaz butane. Son magasin ne dispose pas d'extincteur à utiliser en en cas d'explosion, n’a pas de fenêtre et est très peu aéré. Pour elle, tant que les bouteilles sont bien fermées, il n’y a pas de raison qu’il y ait une explosion. « Ce sont les personnes qui font des transvasements qui sont plus exposées aux explosions, parce que leurs activités entraînent bien souvent des fuites de gaz. Moi, je n'ai jamais eu à faire face à des fuites ou à un risque d'incendie », explique- t-elle, avec une déconcertante naïveté.

Junior est gérant d'un magasin de vente de gaz butane à Yopougon Niangon à droite. Bien qu'il exerce cette activité depuis deux ans, il n'a jamais bénéficié d'une formation sur les conditions de stockage ou de vente des bonbonnes de gaz butane. Le magasin qu'il gère est situé sous un immeuble. Pour minimiser les risques d'incendie, il dispose d'un extincteur et n'a pas d'électricité. Cependant, les allées du magasin sont en bois, il n’y a pas de fenêtres, la manipulation des bonbonnes se fait à mains nues et il n'y a pas de source d'eau.

Aucun de ces dépôts de vente de gaz susmentionnés n'est ne respecte les conditions minima de sécurité requises. En effet, comme on peut le lire sur le site internet de la compagnie Shell Côte d’Ivoire, l’une des structures de distribution du gaz butane à travers le pays, il est nécessaire d'avoir, entre autres, un extincteur ABC de 9 kg, des équipements de protection individuelle (EPI) adaptés à la manipulation des bouteilles pour le personnel, des murs de dépôt construits en matériaux incombustibles et un robinet d’eau dans le dépôt.

On vit dans la peur

Adèle Kouadjané tient un atelier de couture à côté d’un magasin de vente de gaz butane. Le bruit des machines à coudre recouvre en partie sa voix. Elle ne cache pas sa peur de travailler à côté d’un tel endroit. « On a peur et on s’efforce d’être prudent. Il y a des moments où il y a des fuites de gaz. Lorsque c’est le cas, on met la bouteille à l’air libre et on l’isole des autres. Mais cela reste dangereux parce que si quelqu’un lance une bûchette d’allumette, ou un mégot de cigarette, ça risque de prendre feu. J’ai moi-même une bouteille de gaz que j’évite d’allumer quand il y a des fuites », dit-elle tout en plaidant pour que les autorités compétentes prennent des dispositions pour encadrer la vente de gaz butane. « Il faut que ces magasins soient installés dans des endroits où il n’y a pas d’immeubles et plus ou moins isolés des habitations. C’est vrai que, proches des maisons, ça nous permet de recharger nos bouteilles plus rapidement, mais c’est tout de même dangereux », reconnaît-elle.

L’un de ses clients indique que les dépôts de gaz près des lieux d’habitation constituent un danger parce que ces derniers n’ont pas de système de sécurité. « N'ouvre pas un dépôt de vente de gaz qui veut. Il faut que cette activité soit soumise à des mesures de sécurité. Il doit y avoir un suivi. Les locaux contenant du gaz doivent avoir des fenêtres et être bien aérés pour diminuer les risques d'explosion et d'incendie, ce qui n’est pas le cas dans les magasins que nous voyons », déplore-t-il.

Pour Bamba Idriss, ces incendies de dépôts de gaz font peur et mettent sur la table la question de la réglementation pour l'installation et la vente de bouteilles de gaz butane. « Sans réglementation, chacun fait ce qu'il veut et l’activité se développe, mettant nos vies en danger. N'importe qui se lève et s'installe dans un local au milieu des habitations un point de vente de gaz, sans aucune mesure de sécurité. L’État doit se pencher sur la question avant que l’irréparable se produise un jour », indique-t-il.

De Lima Soro




publicité

FIL INFO

17 mai 2024

Boundiali : Deux Ivoiriens à la tête d’une mine d’or

17 mai 2024

France: Un jeune entrepreneur ivoirien reçoit la distinction Young Leaders Génération Europe-Afrique 2024

17 mai 2024

La défense de Trump a cherché à faire flancher Michael Cohen

17 mai 2024

Tchad: Macron félicite Déby pour son élection et appelle à la poursuite du dialogue

17 mai 2024

Mali : Lutte contre les atteintes aux biens publics : Plus de 91 milliards de Fcfa recouvrés par la justice



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité