publicité

Politique

Sénégal :Les leçons à tirer

Publié le :

Vite et bien fait ! C’est la principale leçon que l’on peut tirer de la présidentielle du 24 mars dernier au Sénégal, qui n’a pas mis du temps à désigner son vainqueur. Qui plus est, à l’unanimité dès le premier tour. En effet, dès le lendemain du vote, l’opinion des Sénégalais était déjà quasi faite que la victoire ne pouvait pas échapper à Bassirou Diomaye Faye, le candidat du PASTEF. Une victoire qui se confirmera un peu plus tard dans la journée, quand son principal challenger, le candidat du pouvoir, le Premier ministre, Amadou Ba, va adresser ses félicitations à l’heureux élu. Avant lui, la quasi-totalité des quinze autres candidats avait déjà sacrifié à l’élégance de cette pratique qui apparaît, de plus en plus, comme une tradition au pays de Léopold Sédar Senghor. Un pays qui prouve, une fois de plus, que sa réputation de phare de la démocratie dans une Afrique en pleine mutation, est loin d’être surfaite. Et que dire alors de l’attitude du chef de l’Etat sortant himself, le président Macky Sall, qui est aussi allé de ses félicitations au vainqueur avant même la proclamation officielle des résultats ? C’est la preuve, par les faits, que Bassirou Diomaye Faye est un beau vainqueur et que sa victoire à cette présidentielle qui se présentait pourtant comme l’une des plus ouvertes de l’histoire politique de son pays, ne souffre pas de contestation.

Le Sénégal a franchi un cap dans l’organisation des élections sur le continent noir

C’est le lieu de saluer la bonne organisation du scrutin et la transparence du vote qui ne laissent aucune place à la contestation contrairement à ce que l’on voit souvent sous certains cieux où, à peine les bureaux de vote ouverts, certains crient déjà à la fraude. C’est la preuve que le Sénégal a franchi un cap dans l’organisation des élections sur le continent noir où les consultations populaires sont souvent des rendez-vous de la peur. Comment peut-il en être autrement quand, au-delà de la confiance qui n’est pas souvent la chose la mieux partagée entre les acteurs politiques, les institutions en charge de l’organisation des élections, se laissent aller souvent au jeu de la roublardise quand elles ne brillent pas par un parti pris flagrant en faveur des puissants du moment ? Toujours est-il qu’en organisant des élections propres, qui font quasiment l’unanimité et la fierté du Sénégal, le ministère sénégalais de l’Intérieur fait la preuve de son professionnalisme et de la grande qualité morale et éthique de ses hommes. Car, ailleurs sous nos tropiques, de Kinshasa à Libreville en passant, entre autres, par Yaoundé et Brazzaville, on a vu des commissions électorales nationales se mettre résolument au service des princes régnants pour manipuler les votes en fabriquant des résultats qui frisent parfois le ridicule. Le tout, dans un capharnaüm organisationnel qui amène souvent à se demander s’ils ont été surpris par les élections, et qui fait souvent le lit de la contestation. Laquelle controverse débouche presqu’inévitablement sur des violences avec leurs corollaires de dégâts matériels et humains. C’est dire toutes les leçons à tirer du scrutin du 24 mars dernier qui s’est tenu au pays de la Teranga.

C’est le lieu de saluer la maturité politique du peuple sénégalais

Et l’histoire est d’autant encore plus belle que c’est un opposant qui a triomphé et qui s’est vu féliciter par tous ses adversaires, jusqu’au chef de l’Etat sortant qui n’était pourtant pas de ses soutiens. Le tout dans un contexte, chose rare, où les résultats du scrutin sont encore en attente de confirmation officielle. C’est le lieu de saluer la maturité politique du peuple sénégalais qui a su transformer la cocotte-minute en marmite de terre capable de supporter les plus hautes températures sans exploser et dont le sens de la responsabilité a permis de conjurer les prédictions des Cassandre et d’apaiser les tensions. Mieux, en réussissant la prouesse d’organiser des élections où on ne parle ni de fraudes ni d’achats de consciences et dont les résultats font l’unanimité avant même leur homologation par le Conseil constitutionnel, le Sénégal donne une autre leçon à ceux qui pensent qu’une commission nationale d’organisation des élections a besoin d’être indépendante pour être crédible. Au-delà, l’éclatante victoire du candidat de l’opposition à une présidentielle qui ne lui tendait pas forcément les bras, est une leçon de ténacité à retenir sans renier ses convictions idéologiques, à l’endroit d’une classe politique souvent encline au nomadisme pour des intérêts bassement égoïstes. En tout état de cause, on espère que Bassirou Diomaye Faye saura, de son côté, tirer leçon des déboires de ses deux prédécesseurs qui se sont brûlé les doigts en tentant de ruser avec la démocratie, pour mieux la tirer vers le haut, en brillant par une gouvernance vertueuse dans le strict respect des règles de l’alternance. Il y va de son intérêt, s’il ne veut pas sortir de l’Histoire de son pays, par une porte dérobée.

« Le Pays »




publicité

FIL INFO

14 avril 2024

RDC : l’UE disponibilise 70 millions d’euros pour répondre aux besoins humanitaires dans l’Est

14 avril 2024

Réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU ce dimanche

14 avril 2024

Beugré Mambé à l'ouverture du Masa: "La culture, la danse, le spectacle... c'est pour les gens de génie"

14 avril 2024

Début du dialogue inter-Maliens : Phase communale à Menaka et Gao

14 avril 2024

L’Iran lance une attaque de drones contre Israël



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité