publicité

Politique

Africains, organisions notre propre sommet Afrique-Afrique

Publié le :

J’écris ces lignes au moment où se tient le sommet Italie-Afrique à Rome. J’ai cru comprendre que son but est principalement de permettre à l’Italie d’assurer son approvisionnement en carburant, et d’aider des pays africains à développer leurs systèmes éducatifs, et sanitaires entre autre, afin, et c’est le plus important, que nos gueux restent chez eux et arrêtent d’aller envahir l’Europe en débarquant régulièrement et par milliers sur l’île italienne de Lampedusa.

Les sommets avec l’Afrique, apparemment chaque pays non africain veut le sien. Cela avait commencé par les sommet France-Afrique que l’on avait appelé par la suite Afrique-France pour ménager nos susceptibilités de pauvres, car, comme vous le savez, plus l’on est pauvre et plus l’on est susceptible. Puis, il y a eu, en vrac, les sommets Chine-Afrique, Japon-Afrique, Brésil-Afrique, Turquie-Afrique, Russie-Afrique, Europe-Afrique, Etats Unis-Afrique, et, que sais-encore ? Que ceux que j’ai oublié me le pardonnent. Je ne sais pas si vous vous souvenez de la passe d’armes qu’il y eut entre les présidents Ibrahim Traoré du Burkina Faso et Macky Sall du Sénégal lors du sommet Russie-Afrique de Saint Pétersbourg, en Russie, l’année dernière. Le Burkinabè avait accusé des chefs d’Etat africains d’aller mendier de la nourriture, alors que l’Afrique regorge de tant de richesses, en visant clairement le Sénégalais qui, avec le président de la commission de l’Union africaine, avait été voir le président Poutine pour négocier la livraison de blé à notre continent. Macky Sall avait directement répliqué à son cadet en disant qu’il ne s’agissait nullement de mendicité, mais de recherche de nouveaux partenariats d’égale dignité pour l’Afrique. Le Burkina n’avait donc pas été à Saint-Pétersbourg pour mendier. Mais la Russie vient de lui offrir des milliers de tonnes de blé. Non, je le répète, le Burkina n’a pas mendié. C’est juste un don d’un ami à un autre, juste parce que M. Poutine est très gentil et M. Traoré, un bon copain. J’avais personnellement ironisé sur la démarche des leaders africains qui étaient allés pleurer chez Poutine parce que la guerre entre la Russie et l’Ukraine risquait de nous priver de notre pain quotidien, mais je crois qu’ils voulaient juste qu’on puisse continuer à nous vendre du blé. Pas nous le donner gratuitement. Ce sont les dons, que l’on appelle aide, qui nous lient.

Cela dit, qu’apportent ces sommets à l’Afrique ? Essentiellement beaucoup de promesses qui, comme chacun de nous le sait, n’engagent que ceux qui y croient. Mais les plus optimistes d’entre nous disent que leur multiplication nous permet de sortir des tête-à-tête étouffants avec un seul partenaire, généralement, l’ancien colonisateur, et de faire jouer en quelque sorte la concurrence. Ce qui est sûr est que notre continent est convoité pour toutes ses potentialités. Il y a bien entendu ses immenses ressources naturelles, ses terres qui figurent parmi les plus fertiles au monde, et surtout l’immense marché que représente sa population qui ne cesse de croître. Mais dans le même temps, cette démographie fait peur à de nombreux Européens qui voient bien que leur population décroît et craignent que nous n’allions les remplacer sur leur continent, comme ils l’ont fait en Amérique et en Australie où ils ont tout simplement massacré les autochtones qu’ils avaient trouvé sur place pour s’installer sur leurs terres. Actuellement la question des migrations des populations subsahariennes, arabes et afghanes vers l’Europe est le sujet politique numéro un dans tous les pays d’Europe occidentale, notamment en Italie où c’est la droite extrême qui est actuellement au pouvoir. En France, chaque ministre de l’intérieur qui arrive se croit obligé de faire adopter une loi dont l’objectif est d’empêcher les populations indésirables de mettre un orteil dans l’Hexagone. La dernière loi votée en France et dont de nombreux articles ont été récemment retoqués par le Conseil constitutionnel français voulait même dégoûter ceux des émigrés qui résident régulièrement en France. Ça rassure l’électorat, mais ça ne change rien dans la réalité. Parce que, tant que nos populations seront dans la galère ici, je ne sais pas quelle loi prise en Europe les empêchera de chercher à y aller. Et pour plusieurs d’entre elles, d’y arriver. Même si beaucoup meurent en route. Mais comme nous-mêmes nous avons besoin de nos bras, et que nous savons que nous avons des richesses que tout le monde convoite, il serait peut-être temps que nous, Africains, organisions notre propre sommet Afrique-Afrique, pour voir ensemble ce que nous pourrions faire ensemble, pour avancer ensemble.

Venance Konan




publicité

FIL INFO

2 mars 2024

Niger: une délégation bientôt dépêchée au Bénin selon Cotonou

2 mars 2024

Officiel : Paul Biya augmente encore les salaires des fonctionnaires

2 mars 2024

Bénin : Le Parlement rejette la révision constitutionnelle

2 mars 2024

Le Mali et la Russie discutent de la construction de centrales nucléaires et solaires, selon Bamako

2 mars 2024

Vers un report du procès de Trump pour sa gestion de documents classifiés



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité