publicité

Politique

Trump condamné à verser 83,3 millions pour diffamation

Publié le :

Donald Trump a été condamné vendredi par un tribunal civil de New York à verser un dédommagement énorme de 83,3 millions de dollars, à l’autrice E. Jean Carroll pour l’avoir diffamée, sur fond d’accusations de viol dans les années 1990.

L’ancien président des États-Unis, en campagne pour être réélu, a immédiatement fustigé sur son réseau social Truth Social une condamnation « ridicule » et promis d’interjeter appel.

Le grand favori des primaires républicaines et très probable adversaire de Joe Biden à la présidentielle de novembre a dénoncé une nouvelle fois « une chasse aux sorcières dirigée par Biden contre [lui] et le Parti républicain ».

Ce montant astronomique de plus de 83 millions de dollars, décidé par un jury populaire, comprend notamment 65 millions de dollars de dommages et intérêts « punitifs ».

Les jurés ont reconnu l’intention de « nuire » de M. Trump, 77 ans, déjà reconnu responsable par le juge de propos diffamatoires à l’encontre de Mme Carroll, 80 ans, qui réclamait au moins 10 millions de dollars de dédommagements pour préjudice moral et professionnel.


Elizabeth Jean Carroll est une ancienne chroniqueuse de l’édition américaine du magazine Elle qui a accusé Donald Trump de viol en 1996 dans une cabine d’essayage d’un grand magasin new-yorkais. Sur la foi d’une autre plainte au civil en 2022 pour viol et diffamation, elle l’avait déjà fait reconnaître responsable en mai dernier au civil d’agression sexuelle il y a 28 ans et de propos diffamatoires tenus en 2022. M. Trump avait été alors condamné à verser 5 millions de dollars de réparation.

Le total de ce qu’il doit verser après les procès de 2023 et 2024 s’élève donc à plus de 88 millions de dollars.

Ce second procès, uniquement pour diffamation, découle d’une première plainte civile en 2019 et a commencé le 16 janvier, dans une ambiance électrique, en présence le plus souvent de l’ex-locataire de la Maison-Blanche, qui rêve d’y retourner.

Trump quitte le prétoire

Les plaidoiries finales avaient à peine commencé, vendredi, que le tempétueux homme d’affaires s’est soudainement levé de sa chaise et a bondi hors de la salle d’audience, selon un journaliste de l’AFP. Donald Trump est toutefois revenu dans le prétoire.

L’avocate de Mme Carroll, Roberta Kaplan [sans lien de parenté avec le juge Kaplan], venait de dire que l’ancien président des États-Unis avait « continué durant tout le procès à diffamer » sa cliente.

« L’homme qui a agressé sexuellement [Mme Carroll] fait ce qu’il veut : il ment, il diffame », a tonné l’avocate, pour qui le septuagénaire « continue de lui faire du mal sur sa puissante plateforme », Truth Social, et ses dizaines de millions d’abonnés.

De fait, le magnat a publié vendredi une vingtaine de messages accusant une nouvelle fois Mme Carroll d’avoir monté « une fausse histoire à la Monica Lewinsky » — du nom du scandale de la stagiaire de la Maison-Blanche qui avait failli emporter le président Bill Clinton à la fin des années 1990 — et de « chercher à extorquer » de l’argent.

Jeudi, l’ex-président s’est brièvement défendu au procès, mais sa liberté de parole était strictement limitée par le juge pour éviter tout dérapage verbal.

Il a simplement indiqué par un « oui » qu’il avait tenu les propos visés par une première plainte en 2019 contre des accusations de viol que venait de lancer, pour la première fois publiquement, E. Jean Carroll dans un livre.

« Elle a dit quelque chose que j’ai considéré comme faux », a dit M. Trump.

Mais encore mercredi soir, il avait lancé sur Truth Social 37 attaques contre Mme Carroll, qu’il continue de dénigrer et d’insulter en la traitant de « tarée », à l’« histoire bidon », qu’il n’a « jamais vue de [sa] vie ». « Elle est malade », avait-il répété durant la procédure.

Le juge Kaplan, qui avait présidé le premier procès l’an passé, avait ordonné que ce second ne porte que sur les propos diffamatoires de Donald Trump et pas sur les accusations de viol de la plaignante. En plus de cette affaire, quatre procès au pénal attendent l’ancien président des États-Unis.





publicité

FIL INFO

2 mars 2024

Niger: une délégation bientôt dépêchée au Bénin selon Cotonou

2 mars 2024

Officiel : Paul Biya augmente encore les salaires des fonctionnaires

2 mars 2024

Bénin : Le Parlement rejette la révision constitutionnelle

2 mars 2024

Le Mali et la Russie discutent de la construction de centrales nucléaires et solaires, selon Bamako

2 mars 2024

Vers un report du procès de Trump pour sa gestion de documents classifiés



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité