publicité

Politique

Vivement le changement, Monsieur le Président !

Publié le :

L’ancien président Olusegun Obasanjo, qui a introduit la forme occidentale de démocratie libérale au Nigeria, a déclaré que cette même démocratie occidentale n’a pas réussi à fonctionner, comme système de gouvernement en Afrique, parce qu’elle a été imposée par les puissances coloniales.

Il a fait ces remarques, lors d’une conférence sur le sujet, «Repenser la démocratie libérale occidentale pour l’Afrique» tenue dans sa bibliothèque présidentielle. L’ancien président a défini la démocratie libérale occidentale, comme un «gouvernement de quelques personnes sur l’ensemble du peuple ou de la population » qui néglige les opinions de la majorité. Ce système de gouvernance a été conçu, sans prendre en compte l’histoire africaine et les complexités multiculturelles, a-t-il ajouté. “Nous avons un système de gouvernement dans lequel, nous n’avons aucune main pour définir et concevoir, et nous continuons à le maintenir, même si nous savons qu’il ne fonctionne pas pour nous”, a déclaré monsieur Obasanjo, proposant une “démocratie afro-centrée”, adaptée aux besoins des citoyens du continent. «Nous devons nous interroger sur les performances de la démocratie en Occident – d’où elle est originaire – et avec nous, les héritiers de ce que nous laissent ces puissances coloniales», a-t-il insisté.

Nous ne saurions mieux dire. Nous remercions l’ancien Président, pour sa sagesse, son courage et son abnégation, et nous lui souhaitons la bienvenue dans le cercle des illuminés. Nos populations sont aujourd’hui, suffisamment édifiées quant aux responsabilités de la situation actuelle. En effet, le constat général est sans équivoque. Les actions et décisions prises au nom de cette démocratie néolibérale, au cours de ces dernières décennies, ont affamé nos peuples, détruit nos tissus sociaux et économiques et mis nos pays dans le chaos actuel. Il est sans doute grand temps d’arrêter l’hémorragie.

Ce modèle de démocratie imposé à nos pays pour des raisons géopolitiques s’est essoufflé. Les révoltes populaires, les rébellions, les scandales politiques, financiers et militaires donnent l’impression profonde que notre façon de faire et de vivre ne convient plus. Il faut changer de logique et reconnaître les pensées fausses. Les moments difficiles que nous vivons offrent à nous tous une occasion unique de remodeler les politiques de gouvernance à l’image de notre culture et de notre identité, d’en faire un véritable instrument de changement capable d’améliorer la vie des citoyens de nos nations. Nous devons nous engager ensemble pour construire des projets de redressement national et régional afin de recréer l’espoir et changer la vie.

Construire un projet politique et social ancré dans nos valeurs

Nos peuples aspirent à des politiques tournées vers l’avenir et fondées sur une vision capable de porter leurs aspirations pour les cinquante décennies à venir et au-delà. Il nous appartient aujourd’hui, comme d’autres l’ont fait avant nous à travers l’œuvre de Kurukan Fuga en 1235, d’entreprendre la construction d’un projet politique et social ancré dans les valeurs qui sont les nôtres et suffisamment fort pour porter les permanences et les nécessaires changements. Bien entendu, l’actuel gouvernement nigérian a réagi en accusant l’ancien dirigeant d’être responsable du système actuel du pays, affirmant qu’il avait joué un rôle direct dans son adoption. Le chargé de communication du gouvernement a insisté sur le fait que Monsieur Obasanjo aurait dû considérer cela comme coûteux et inadapté lorsqu’il gouvernait le pays pendant huit ans.

Notre réponse à cette critique est très claire, chaque humain est rempli de contradictions, bien sûr chacun évolue au fil du temps et selon l’adage, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Mais encore et toujours à cet égard, il est plutôt malheureux de constater que le président Bola Ahmed Tinubu, qui préside actuellement le bloc régional ouest-africain de 15 pays de la CEDEAO, se soit engagé à renforcer l’engagement de certains pays occidentaux en faveur de la démocratie néolibérale en Afrique, qu’il a décrite comme la meilleure forme de gouvernance.

Nous avons toujours souligné que l’incompétence et la maladresse de nos politiques face aux problèmes de société ont quotidiennement des conséquences fatales sur nos populations et menacent nos pays dans leur existence.

Après ces périodes de turbulences sociopolitiques en Afrique, nous pensons que pleinde dirigeants africains ont encore beaucoup à apprendre en ce qui concerne les politiques de gouvernance dans nos pays et les conséquences des politiques mal réfléchies sur nos populations. Il va sans dire que l’ensemble de ces politiques mal réfléchies seront toujours une menace imminente pour la sécurité de nos nations et un sérieux danger pour leur survie.

En effet, les critiques de Monsieur Obasanjo surviennent alors que le continent est en proie à une instabilité politique aggravée, alimentée par des révoltes populaires et des coups de forces militaires en réponse aux échecs des dirigeants de ces démocraties abâtardies. Pourtant, notre histoire doit être un repère pour nous tous.

Lourde facture d’une calamiteuse gestion des affaires publiques

Les réussites et les échecs de nos aînés doivent toujours éclairer davantage le présent et l’avenir. Or, bien que les valeurs et mode de gouvernance importés et imposés à nos pays depuis plus de trois décennies aient lamentablement échouées et trahies nos peuples, ces dirigeants catéchisés et abrutis par l’école et la pensée occidentale continuent de vouloir faire payer à nos jeunes la disparition inexorable de nos repères et de nos valeurs ainsi que la lourde facture d’une gestion des affaires publiques calamiteuse depuis nombre d’années.

Cependant, et bien que nos populations souffrent énormément, cette situation catastrophique imposée à nos pays par ces démocrates endoctrinés est fort heureusement en train de forclore cette parenthèse calamiteuse prétendument démocratique. C’est à nous maintenant de faire face à nos responsabilités citoyennes en prenant part à l’écriture de notre destin collectif.

En effet, les défis auxquels nous faisons face actuellement devraient être une grande opportunité pour nous d’apprendre davantage et de mieux préparer l’avenir. Les grands défis sociaux qui traversent et fragilisent nos sociétés sont autant de sujets vitaux qui réclament des réponses nouvelles et audacieuses. Une chose est sûre, nous faisons face à un choix épique.

Nous vivons des moments inédits qui seront consignés dans l’histoire. C’est pourquoi, nous ne pouvons plus continuer à ignorer les causes de la crise que nous vivons. La construction d’un meilleur modèle de gouvernance adaptée à nos valeurs et aux nouveaux enjeux, d’une croissance économique durable et la renaissance de l’idéal africain font partie des défis qui nous attendent.

Cheick Boucadry Traoré




publicité

FIL INFO

2 mars 2024

Niger: une délégation bientôt dépêchée au Bénin selon Cotonou

2 mars 2024

Officiel : Paul Biya augmente encore les salaires des fonctionnaires

2 mars 2024

Bénin : Le Parlement rejette la révision constitutionnelle

2 mars 2024

Le Mali et la Russie discutent de la construction de centrales nucléaires et solaires, selon Bamako

2 mars 2024

Vers un report du procès de Trump pour sa gestion de documents classifiés



Fanico

Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !
Dr. Yalamoussa Coulibaly 6 février 2024
Diversité de noms chez les Sénoufo
Emmanuel Koffi 17 janvier 2024
Lettre ouverte au Premier Ministre Robert Beugré Mambé

publicité