publicité

Economie

Les pays africains s’estiment maltraités par les agences de notation financière

Publié le :

Sur les trente-deux pays notés par Moody’s, Fitch et Standard & Poor’s, trente sont classés dans la catégorie spéculative. Certains y voient le reflet d’un biais négatif quand les agences, elles, assurent agir en toute objectivité.

Les agences de notation seraient-elles trop sévères vis-à-vis des pays africains ? Pour ces derniers, l’affaire est entendue : les « Big Three » – Moody’s, Fitch et S&P – évalueraient avec un biais négatif le « risque crédit » des économies africaines, autrement dit leur capacité à rembourser leurs dettes. Ce faisant, elles pousseraient les taux d’emprunt à la hausse, au point parfois de leur fermer l’accès au marché.

Le débat s’est ouvert à la faveur de la pandémie de Covid-19, alors que se multipliaient les dégradations de notes de pays africains. Il regagne en vigueur à l’heure où une partie du continent est menacée par le manque de liquidités et le surendettement. « L’évaluation qualitative actuelle ne reflète pas fidèlement nos économies », s’est désolée, mi-avril, la ministre de l’économie du Sénégal, Oulimata Sarr. Celle-ci s’exprimait en marge de la publication d’un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), selon lequel des « notations de crédit plus objectives » permettraient aux pays africains d’emprunter plus souvent et moins cher. De quoi leur faire économiser près de 75 milliards de dollars – l’équivalent de 80 % des besoins annuels d’investissements de l’Afrique –, selon les calculs du PNUD.

Sur les trente-deux pays notés par les grandes agences, seuls deux (Maurice et le Botswana) échappent à la catégorie dite « spéculative ». « L’approche vis-à-vis de l’Afrique est très conservatrice, dénonce l’économiste sud-africain Misheck Mutize, responsable d’un projet de l’Union africaine visant à aider les gouvernements à améliorer leur notation financière. Dans le reste du monde, les grandes agences privilégient souvent le “wait and see” [attendre et voir] avant de procéder à une dégradation, tandis qu’en Afrique elles tentent de quantifier l’incertitude future en se montrant excessivement prudentes. »

« Notre métier est basé sur des faits »

Les Big Three justifient cette « prudence » par la difficulté des pays africains à lever l’impôt et à générer des recettes, les problèmes fréquents de gouvernance ou encore l’instabilité des perspectives de croissance. « On ne peut pas dire que nous regardons le verre à moitié vide puisque notre métier est basé sur les faits : nous les examinons, nous les analysons, et c’est à partir de cela que nous émettons une opinion », insiste Roberto Sifon-Arevalo, responsable notations souveraines chez S&P Global Ratings. Ce dernier en veut pour preuve le ratio entre la dette publique et les revenus de l’Etat, passé en moyenne de 150 % à 400 % du PIB entre 2013 et 2020 dans les pays subsahariens bénéficiant d’une notation. « Il a plus que doublé, or ce genre de fait n’est pas toujours pleinement pris en compte ! »

« Je n’accepte pas que l’on dise que nous ne sommes pas équitables, a aussi déclaré, le 5 juin, Aurélien Mali, vice-président chez Moody’s, lors de l’Africa CEO Forum à Abidjan (Côte d’Ivoire). Nous avons des notations en Afrique qui sont comparables à celles de l’Amérique latine, de l’Europe de l’Est et de l’Asie de l’Est. »

Marie de Vergès






publicité

FIL INFO

21 juin 2024

Classement FIFA : Le Cameroun gagne deux points et devient 49e au niveau mondial

21 juin 2024

42e fête de la musique : La Côte d’Ivoire offre une plateforme pour le soutien des talents émergents

21 juin 2024

Des températures au-dessus de la normale prédites aux États-Unis cet été

21 juin 2024

RDC : le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les attaques perpétrées par le M23 et les ADF

21 juin 2024

RDC : le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les attaques perpétrées par le M23 et les ADF



Fanico

Wakili Alafé 7 juin 2024
L'Afrique, un enjeu géopolitique pour la Russie
Yao Noel 21 mai 2024
Voici un bref témoignage de Yao Noel sur Feu le Président Henri Konan Bédié
Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants
Valer St Clair 9 février 2024
CAN : Non aux courses d'autorités sur la pelouse !

publicité