publicité

Societe

Libre opinion : Passeport : profession/ occupation ou diplome ?

Publié le :

Les discussions ont cours depuis quelques jours, alors parlons-en.

J'ai été à SNEDAI, il y a quelques semaines pour le renouvellement de mon passeport.

À l'accueil d'enregistrement du dossier, la dame qui me reçoit demande mon ancien passeport que je lui remets avec tous les dossiers demandés pour l'établissement d'un nouveau passeport.

Dès qu'elle reçoit les documents, elle me fait savoir que la profession indiquée sur l'ancien passeport "n'est pas bon"; en conséquence, je ne peux pas inscrire la profession/occupation de "Chargé de programmes" sur le nouveau passeport.

De ce point, une longue conversation s'ouvre et elle me fait recevoir par sa hiérarchie dans un autre service.

L'agent de police qui me reçoit m'indique à son tour que la profession de "Chargé de programme" ou de "Chargé de projets" n'est plus acceptée et ne sont pas prises en compte dans leur machine. Alors, il me demande de "changer de profession" mais à condition que je fasse la preuve avec un diplôme.

Alors, là je suis tout confus et je lui repondi : "j'ai un diplôme en "leadership et gouvernance stratégique", en "Géographie des mers et océans", en "Management des organisations et ressources humaines" et "Diplomatie et relations internationales".

Et je continue : "Lequel de ces diplômes prouve mon occupation professionnelle actuelle?" Est-ce à dire que "Leader" pour le Master en Leadership et "Relationniste international" pour le Master en "Relations internationales" est désormais une profession ou occupation?

Il me répond qu'il comprend ma préoccupation mais il ne fait qu'exécuter une décision.

Et j'insistai en repellant mon cours de lexique de "Management des ressources humaines" sur la notion de "profession".

Le mot profession vient du latin "professio", -onis", qui renvoie à: «déclaration, déclaration publique» d'où «état, condition, métier». Il tire sa source aussi de "profiteri" qui signifie, s'engager.

De cette définition étymologique, la "profession" renvoie à une action visible qu'on nous voit faire ou qu'on proclame. Et le dictionnaire Larousse ajoute: "La profession est une activité rémunérée et régulière exercée pour gagner sa vie".

En Management des ressources humaines, on nous apprend que la "profession" a deux dimensions : le temps ou la régularité (2) et le caractère lucratif ou le potentiel rémunérateur.

Ainsi, la profession est une activité qu'on exerce plus ou moins régulièrement et de manière constante qui nous procure une rémunération ou pourrait nous en procurer.

La formation professionnelle ou universitaire nous donne des compétences dans un domaine précis. Par exemple celui qui fait une formation en "relations internationales" va développer des compétences d'analyses des faits et phénomènes liés aux relations entre les États, les organisations internationales et même l'action des multinationales notamment dans le champ géopolitique.

De cette compétence acquise, plusieurs professions s'offre à nous comme "diplomate", "analyste politique ou économique", "analyste risque pays", ou même Chargé de programme dans une organisation internationale, ce qui est mon cas.

On peut posséder plusieurs diplômes et faire plusieurs formations ou acquérir de multiples compétences mais à un moment "T", on exerce une seule profession ou occupation professionnelle.

Bref! Ce qu'il faut noter et que j'ai compris dans cette expérience, c'est que notre administration publique ne se met pas régulièrement à jour de l'évolution du monde et des changements structurelles en cours.

Je l'ai dit et on continue de le dire. Le monde change.

Il y a eu une certaine époque où la formation était axée sur un métier à proprement dit ou une profession clairement définie. Exemple : Celui qui rentre à l'école de diplomatie de l'ENA, il en ressort "Diplomate" ou d'une école professionnelle en Management des ressources", il suivra un profil de carrière en "RH".

Ce temps est vieux, dépassé et révolu.

Désormais, la formation académique, universitaire et professionnelle est orientée sur le développement d'une compétence précise ou générale.

Quand je fais un Master en Leadership et gouvernance stratégique, j'apprends un savoir pour développer une compétence qui peut servir dans n'importe quelle profession de mon choix. Quand je fais la diplomatie, je développe alors des compétences en stratégie de négociation et de développement du soft Power par exemple. Et en "géographie des mers et océans", j'ai des aptitudes pour comprendre et analyser la géopolitique maritime et les stratégies de développement des politiques portuaires.

Mais cela ne fait pas de moi un "Géographe" puisque je n'exerce aucune activité régulière par rapport à cette compétence.

Les services de l'Etat doivent se mettre à jour de ces changements de paradigmes.

Aussi, je veux rappeler qu'un passeport est par essence une "pièce d'identité". C'est à dire qu'elle sert à identifier et reconnaître une personne à un moment "T".

Alors, qu'est ce qui est plus pertinent dans l'identification actuelle à un moment "T" pour un permis de voyage ? La formation professionnelle ou universitaire faite il y a 5 ans, 15 ans ou 30 ans? Ou plutôt l'activité précise qu'une personne exerce en ce moment précis ? Qu'est ce qui identifie mieux une personne à l'instant "T"? Son occupation ou son diplôme ? Surtout que dans la partie du passeport où il est demandé la "profession", c'est mis slash / "Occupation".

Pour terminer, je fais deux (2) recommandations :

1- Une mise à jour du référentiel des métiers, professions et compétences en Côte d’Ivoire.

2- La prise en compte de l'occupation professionnelle des requérants pour l'établissement du passeport sur présentation d'un contrat de travail, attestation de travail, etc.

Magloire N'Dehi





publicité

FIL INFO

21 juillet 2024

Deux canots de 210 migrants arrivent sur la côte de Gran Canaria : 5 mineurs dont 1 bébé parmi les passagers

21 juillet 2024

Beni : des jeunes exigent du Gouvernement une formation militaire accélérée pour « combattre l’ennemi et protéger la République »

21 juillet 2024

Grossesse : Au Gabon, une femme meurt tous les deux jours en raison de complications

21 juillet 2024

Niger : Le Président du CNSP honore ses homologues de l’AES à titre exceptionnel

21 juillet 2024

Les démocrates à la conquête des latinos indécis pour conserver la Maison-Blanche



Fanico

DAO SEKOU 25 juin 2024
Côte d'Ivoire. Faire la promotion des vrais militants du RHDP
Wakili Alafé 7 juin 2024
L'Afrique, un enjeu géopolitique pour la Russie
Yao Noel 21 mai 2024
Voici un bref témoignage de Yao Noel sur Feu le Président Henri Konan Bédié
Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants

publicité