publicité

Societe

Au tribunal. Un saigneur à la barre

Publié le :

Je suis saigneur…

Le jeudi 9 mars 2023, lors du procès de T. Esaïe, la salle d’audience du Tribunal correctionnel de Grand-Bassam s’est quelque peu agitée, après avoir entendu le prévenu répondre ainsi. Le président du Tribunal voulait savoir quelle activité professionnelle ou quel métier il exerce dans la vie courante. Attention : même si, par les temps qui courent, les prophètes et prophétesses autoproclamés courent les rues de nos grandes cités, ils n’ont pas encore eu la force de franchir le pas, pour se présenter à nous, comme des seigneurs de notre monde. En réalité, l’auditoire du Tribunal correctionnel de Grand-Bassam apprendra très rapidement ce jour-là, et à ses dépens, qu’il s’est laissé quelque peu abuser par l’homophonie des termes seigneur et saigneur.

T. Esaïe travaille comme saigneur dans une plantation d’hévéas à Bonoua. Ce manouvrier, comme beaucoup d’autres travaillant dans ce secteur agricole très productif, recueille les saignées des plants. Saignées qui seront transformées plus tard en caoutchouc puis en produits finis, allant du préservatif au pneu, entre autres. Mais comment le saigneur T. Esaïe a pu se retrouver à la barre du Tribunal correctionnel de Grand-Bassam le jeudi 9 mars 2023, pour répondre du délit de « vol de plants d’hévéas » ?

C’est le 2 mars 2023 qu’il a été pris en flagrant délit de vol, dans une plantation autre que celle dans laquelle il exerce le métier de saigneur. Appréhendé et conduit à la police pour l’enquête préliminaire, puis au Parquet, Esaïe n’a pas mis du temps pour reconnaître qu’il a bel et bien volé les plants en question. Ce qu’il rejette, c’est quand les autorités policières et judiciaires veulent « lui faire dire », qu’il a volé lesdits plants dans une autre plantation. Cette version qui figure dans le procès-verbal d’audition, Esaïe ne la reconnaît point.

Le président du Tribunal au prévenu

- Esaïe, ton patron dit que c’est pas dans sa plantation que les plants ont été volés.

Le prévenu au président du Tribunal

- M. le Président : C’est bien dans sa plantation que  les plants ont été volés.

Esaïe insiste sur cette version des faits, l’air apparemment rassuré sur l’issue favorable de son procès. Le disant ainsi, Esaie suppose-t-il bénéficier de la clémence de son patron qui l’aime bien ou de circonstances atténuantes, de quelque nature que ce soit ?

Toujours est-il que Esaïe mettra à profit le séjour carcéral de trois mois d’emprisonnement ferme, auquel il a été condamné et l’amende de 100 000 F qui l’accompagne, pour réfléchir et savoir s’il a eu raison de s’accrocher à sa version des faits.


Une chronique de Mory-Frey Touré










publicité

FIL INFO

28 novembre 2023

Université Joseph KI-ZERBO : Un pôle de préincubation pour accompagner les étudiants porteurs de projets

28 novembre 2023

Elections 2023 : « La RDC se perd dans des programmes irréalistes et irréalisables », note le candidat Kazadi

28 novembre 2023

Paix et sécurité en Afrique de l’Ouest : La Côte d’Ivoire rend hommage à Macky Sall

28 novembre 2023

Bénin : unanimité à l’Assemblée autour de la lutte contre le terrorisme

28 novembre 2023

Etats-Unis: un homme inculpé de tentative de meurtre sur trois jeunes Palestiniens



Fanico

Dr Alain Tailly Glôhi. 13 novembre 2023
Triste et perplexe
Félix BONY 17 octobre 2023
Sénat : la ‘’Nancy Pelosi’’ du RHDP au perchoir!
Felix Diby Bony 30 septembre 2023
Annonce d ‘un nouveau gouvernement : Temps du bilan ,temps des regrets !
Dr Famahan SAMAKÉ. 14 septembre 2023
De la ‘’légitimité’’des coups d’état

publicité