publicité

Politique

Mali : LIMAMA appelle les musulmans à voter contre le projet de la nouvelle Constitution lors du référendum

Publié le :

La Ligue malienne des Imams et Erudits pour la solidarité islamique (LIMAMA), a appelé, hier mardi, à Bamako la communauté musulmane à voter contre le projet de texte de la nouvelle Constitution.

Devant la presse, LIMAMA a justifié sa décision par le maintien du mot « laïcité » dans la mouture de la nouvelle Constitution qui devrait être soumise au vote de la population. Cette importante organisation musulmane du pays déplore le silence des autorités suite à sa demande de retrait pur et simple du mot « laïcité » dans la mouture du nouveau texte de la Constitution. « Nous avons demandé que la notion de la laïcité soit remplacée sur toute ses formes dans l’avant-projet de la nouvelle constitution par l’Etat multiconfessionnel qui constitue pour nous le vrai point de départ de la refondation de l’Etat du Mali », explique le secrétaire général de LIMAMA, l’imam Gaoussou Minta, exhortant « tous les musulmans patriotes à voter contre texte lors du référendum prochain ». Selon ce chef religieux, le mot laïcité à une définition à géométrie variable et a toujours été une astuce utilisée par les gouvernants pour cadenasser la ou les religions. Il a dénoncé l’usage que le pouvoir colonial et les régimes du Mali indépendant en ont fait pour gouverner le pays.

Au Mali, depuis la publication de l’avant-projet de la nouvelle constitution les appels de la plus grande confession religieuse (les musulmans près de 90% de la population) à supprimer le mot laïcité. Les plus radicaux appellent à transformer le pays à un Etat islamique arguant que les musulmans représentent la majorité des populations. Certains de ces messages ont fait échos chez les groupes armés terroristes qui sévissent dans le pays. Dans une récente vidéo, l’un des proches du chef de la Katiba du Macina, Amadou Koufa, a exhorté les musulmans à liguer contre l’adoption d’une constitution laïque et à l’éducation occidentale.

L’avant-projet de la nouvelle Constitution dans l’état actuel bénéficie moins de soutien au sein des associations musulmanes et de la classe politique. Plusieurs organisations politiques du pays telles le PARENA, l’ADEMA, les FARE, la CMAS de l’imam Mahmoud Dicko ont appelé le Président de transition, le Colonel Assimi Goïta, a abandonné son projet de doter le Mali d’une nouvelle Constitution. Les politiques ne protestent pas contre le maintien de la « Laïcité » dans le texte mais plutôt contre le manque d’inclusivité dont il ne bénéficie pas. Ces appels ne semblent pas pour l’instant fait fléchir le Colonel Assimi Goïta qui reste déterminer à aller jusqu’au bout de son initiative.

Siaka DIAMOUTENE




publicité

FIL INFO

23 juillet 2024

L’abbé Bahala est en Ouganda pour obtenir le rapatriement des enfants congolais libérés par la LRA

23 juillet 2024

Niger : un an après avoir été renversé, Mohamed Bazoum toujours prisonnier

23 juillet 2024

An I de la 4e République au Mali : Les signaux au vert

23 juillet 2024

Les services secrets ont «échoué» à protéger Trump, admet leur directrice

23 juillet 2024

Kamala Harris a assez de soutiens pour devenir candidate, selon des médias américains



Fanico

DAO SEKOU 25 juin 2024
Côte d'Ivoire. Faire la promotion des vrais militants du RHDP
Wakili Alafé 7 juin 2024
L'Afrique, un enjeu géopolitique pour la Russie
Yao Noel 21 mai 2024
Voici un bref témoignage de Yao Noel sur Feu le Président Henri Konan Bédié
Lamine KANE. 13 février 2024
Conte des faits renversants

publicité