publicité

Kibarou

Au nom de la transparence

Publié le :

La transparence à tous les niveaux de gestion et de responsabilité, reste une des préoccupations majeures, quotidiennes des tenants du pouvoir en place. Aussi, toutes les occasions et méthodes sont- elles bonnes, pour éclairer la lanterne des uns et des autres, sur le fonctionnement des mécanismes des politiques et structures mis en place pour assurer le bien- être des populations. Cela est d’autant plus judicieux qu’avec les réseaux sociaux, les informations toxiques sont devenues monnaies courantes, dans le noir dessein de donner le change aux populations, discréditer des acteurs et des cadres politiques ; en un mot faire retourner les consciences pour les opposer farouchement aux décideurs politiques actuels. Voilà une façon bien farfelue, assez malveillante et surtout lâche de s’opposer à un pouvoir. Au lieu de recourir à des débats d’idées. Moyens plus démocratiques, sincères et surtout transparents de porter la contradiction.

Les cercles d’amis, de retrouvailles, de causeries communément appelés « grains », où s’expriment aisément tous les courants de pensée, sont à ce jour devenus des lieux de prédilection à la diffusion de ces informations toxiques. Bien souvent dénuées de tout fondement, relatant des faits intentionnellement déformés, travestis, dans le but inavoué d’inciter à la révolte. Au dénigrement systématique de certains cadres ou acteurs politiques. Tout simplement par ce que, l’on aura fondé sur eux, des espoirs imaginaires, non exprimés dans bien des cas. Mais dont on attendait curieusement une réalisation spontanée que ces acteurs politiques ignorent.

La meilleure façon de combattre cet état de fait est sans nul doute d’investir ces grains. D’aller à la rencontre des auteurs de ces délations, de ces propos méprisants, jetant l’opprobre et l’ignominie sur les personnes injustement incriminées. Et dont certains s’en trouvent même quelques fois interpellés à propos, par le Président de la République. Les invitant par ce fait même à s’en expliquer. Touré Mamadou, ministre de la jeunesse, du Service civique et de l’Emploi jeune, s’adonne depuis quelques temps, à ce difficile exercice d’explications, de rétablissement de la vérité des faits, de développement de la culture de la dénonciation sur le nom respect par certains citoyens, des dispositions légales prévues dans l’accomplissement de certaines actions. Sa dernière rencontre en date avec ces cercles d’amis, a eu lieu à Treichville, le samedi 21 janvier, en fin d’après- midi. Sans faux fuyant, Touré Mamadou s’est prêté à toutes les questions, depuis celles relatives aux différents programmes qu’il conduit au profit de l’épanouissement économique et social des jeunes, en passant par les questions économiques, le repositionnement actuel du programme des logements sociaux désormais prometteur. Jusqu’aux sujets purement politiques, liés aussi bien à l’actualité, notamment la libération des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali, résultant d’actions diplomatiques bien menées. Et dont certaines langues vipérines de l’opposition, voudraient se servir pour justifier la libération de militaires ivoiriens actuellement détenues en Côte d’Ivoire, pour des crimes de sang commis, au cours de la crise militaro politique que le pays a traversée. Aucun sujet, n’aura été éludé, par ce que considéré comme tabou. Ce qui atteste de la volonté manifeste du ministre de la jeunesse, à faire la lumière sur tout ce qui préoccupe, les Ivoiriens. Avec en prime les jeunes, qui ont du reste apprécié les éléments de réponse, les informations et explications données relativement aux différentes préoccupations qu’ils ont pu lui exprimer. La préservation de la paix, la consolidation des acquis, obtenus au cours de ces dernières décennies sous la conduite du Président Ouattara, sont les actions majeures, à la pérennisation desquelles, Touré Mamadou les a invités à s’engager pleinement.

Moussa Ben Touré




publicité

FIL INFO

2 février 2023

Armée ivoirienne: Un recrutement de sous-officiers et militaires du rang spécialistes ouvert

2 février 2023

Cameroun - Les Prix des carburants revus à la hausse, tout comme les salaires des agents publics.

2 février 2023

Côte d'Ivoire.Ce mercredi 1er février 2023, 3 nouveaux cas de Covid-19 sur 280 échantillons prélevés soit 1,1% de cas positifs, 2 guéris et 0 décès.

2 février 2023

En Californie, des policiers tuent un Afro-Américain amputé des deux jambes

2 février 2023

Russie, Chine : l’OTAN appelle à une union contre l’autoritarisme



Fanico

ABSLOW 21 janvier 2023
Lettre ouverte aux femmes de mon pays
Dr.Issa Sangaré 17 novembre 2022
La nouvelle CNI (carte d’identité nationale)pose 3 problèmes
Ashanti NGORAN 28 octobre 2022
Le complexe de l'expatrié?
Yacouba DOUMBIA 22 octobre 2022
Le restaurant et les gbèlèdromes

publicité