publicité

Politique

Mini -tournée africaine de la Secrétaire d’Etat américaine au Trésor : Les intérêts guident les pas

Publié le :

La Secrétaire d’Etat américaine au Trésor, Janet Yellen, a entamé, le 18 janvier dernier, une mini-tournée africaine qui la mènera au Sénégal, en Zambie et en Afrique du Sud. Une visite qui intervient seulement quelques semaines après la tenue, à Washington, du sommet Etats-Unis # Afrique organisé par le président Joe Biden, à l’effet de réaffirmer tout l’intérêt des Etats-Unis pour le continent noir qui n’a pas bénéficié des mêmes égards sous la présidence de son prédécesseur, Donald Trump. Et cela est un euphémisme. Car, c’est à peine si l’iconoclaste président républicain n’avait pas du mépris pour le continent africain qu’il considérait comme un conglomérat de « pays de merde », donc sans grand intérêt. C’est donc en toute logique que le 45e président américain snobera le berceau de l’humanité où il n’a pas daigné mettre les pieds même une seule fois durant tout son règne, allant même jusqu’à réviser, en cours de mandat, certains partenariats commerciaux initiés par ses prédécesseurs, comme par exemple l’AGOA (African Growth and Opportunity Act) qui favorisait l’accès libre de certains produits africains, au marché américain.

Tout porte à croire qu’avec cette tournée de la secrétaire d’Etat au Trésor, Washington est dans une sorte d’opération de rattrapage sur le continent noir

C’est dire si pour Donald Trump, l’Afrique n’était pas une priorité nonobstant le fait que le continent noir faisait l’objet de convoitises de la part de nombreuses autres puissances occidentales, asiatiques voire d’autres continents. Une cécité politique du locataire d’alors de la Maison Blanche, que mettront à profit d’autres partenaires comme la Chine et la Russie, pour prendre un peu plus d’importance sur le continent africain. Tout porte donc à croire qu’avec cette tournée de la secrétaire d’Etat américaine au Trésor, au lendemain du sommet Etats-Unis # Afrique de l’année dernière, Washington est dans une sorte d’opération de rattrapage sur un continent qui ne manque pas d’intérêt politique, économique et géostratégique. Autrement dit, si l’objectif de cette tournée de la « Madame Dollar » de la Maison Blanche, est de renforcer les liens de coopération économique des Etats-Unis d’Amérique avec l’Afrique, elle peut tout aussi bien passer pour une façon voire une volonté, pour Washington, de contrer l’influence grandissante de puissances rivales comme la Russie, et surtout la Chine qui apparaît aujourd’hui comme le premier partenaire commercial d’un continent aux énormes potentialités. Un marquage à la culotte, qui traduit tout l’intérêt du pays de l’Oncle Sam pour le continent noir et sa volonté de se rapprocher d’un partenaire qui apparaît, aujourd’hui plus que jamais, comme une belle demoiselle à des nombreux courtisans. C’est dire combien l’Afrique est devenue aujourd’hui, le terrain de rivalités des grandes puissances sur bien des plans.

Il appartient à l’Afrique de savoir transformer à son avantage toutes ces opportunités de coopération bilatérale

C’est dire aussi si à l’image de ses homologues d’autres grandes nations, ce sont les intérêts qui guident les pas de Janet Yellen au Sénégal, en Zambie et en Afrique du Sud où il sera question de coopération économique, dans un contexte de renchérissement du coût de la vie lié aux effets induits de la guerre en Ukraine et surtout au poids de la dette qui empêche aussi le développement de l’Afrique. Tout comme les mêmes intérêts ont pu guider les pas du nouveau chef de la diplomatie chinoise, Qin Gang, en Afrique où il s’est rendu, du 9 au 16 janvier dernier, en Ethiopie, au Gabon, en Angola, au Bénin et en Egypte, pour ce qui constituait sa toute première sortie à l’étranger. C’est dire toute l’importance de l’Afrique aux yeux de ces puissances qui sont engagées dans une sorte de chassé-croisé qui ne dit pas son nom, au nom des mêmes intérêts. A Dakar, Janet Yellen s’entretiendra avec le président Macky Sall, par ailleurs président en exercice de l’Union africaine (UA), avant de poursuivre sa tournée à Lusaka où elle sera l’hôte du président Hakainde Hichilema qui s’est fixé pour objectif de renforcer la crédibilité financière de la Zambie. Et cela, après avoir hérité de son prédécesseur, Edgar Lungu, un pays fortement endetté et à l’économie exsangue. La dernière étape de son périple africain conduira Janet Yellen en Afrique du Sud où il est prévu une rencontre avec son homologue sud-africain, ainsi que d’autres personnalités de la haute finance. En tout état de cause, il appartient à l’Afrique de savoir transformer à son avantage toutes ces opportunités de coopération bilatérale pour booster son économie et prétendre à l’émergence économique qu’elle envie tant aux nations qui ont su jusque-là tirer leur épingle du jeu. C’est une question de vision et d’engagement politique.

« Le Pays »




publicité

FIL INFO

2 février 2023

Armée ivoirienne: Un recrutement de sous-officiers et militaires du rang spécialistes ouvert

2 février 2023

Cameroun - Les Prix des carburants revus à la hausse, tout comme les salaires des agents publics.

2 février 2023

Côte d'Ivoire.Ce mercredi 1er février 2023, 3 nouveaux cas de Covid-19 sur 280 échantillons prélevés soit 1,1% de cas positifs, 2 guéris et 0 décès.

2 février 2023

En Californie, des policiers tuent un Afro-Américain amputé des deux jambes

2 février 2023

Russie, Chine : l’OTAN appelle à une union contre l’autoritarisme



Fanico

ABSLOW 21 janvier 2023
Lettre ouverte aux femmes de mon pays
Dr.Issa Sangaré 17 novembre 2022
La nouvelle CNI (carte d’identité nationale)pose 3 problèmes
Ashanti NGORAN 28 octobre 2022
Le complexe de l'expatrié?
Yacouba DOUMBIA 22 octobre 2022
Le restaurant et les gbèlèdromes

publicité