publicité

Sport

Interview. « Une dissidence nous a empêché d’exécuter notre programme » (Arthur Boua, président de la Fédération ivoirienne de boxe (Fib))

Publié le :

Elu président de la Fédération ivoirienne de boxe (Fib) le 27 juillet 2019, Arthur Boua, n’a pu exécuter convenablement son programme d’activités. Dans cet entretien, le président du noble art ivoirien parle des faits qui l’ont empêché de travailler. Il évoque aussi les actions qu’il a entreprises pour surmonter les difficultés rencontrées. Et mentionne les initiatives prises, pour relancer la boxe ivoirienne.


Lebanco.net :Les activités de la Fédération ivoirienne de boxe (Fib) semblent avoir pris du plomb dans l’aile ces derniers temps. Est-ce principalement à cause de la crise née du fait de la dissidence ?

Oui, effectivement. Le 1er septembre 2021 des anciens boxeurs, qui ne sont ni membres du comité directeur, ni président de Fédération, ni boxeurs en activités, se sont introduits par voie de fait dans les locaux de notre institution. Ils ont bloqué complètement le déroulement des activités que nous avons initiées. Nous avons essayé tant bien que mal de toucher toutes nos autorités. Nous avons lancé des procédures judiciaires, qui sont jusqu’à ce jour en cours. Je pense que la justice en son temps va trancher. Ces agissements ont indiscutablement beaucoup perturbé nos activités.


Y a-t-il d’autres problèmes auxquels la Fib est confrontée ? Si oui les quels ?

En dehors du fait que des individus sont venus arrêter le fonctionnement d’une institution pour des problèmes de personnes, principalement nous n’avons pas d’autres difficultés. Il est vrai que les difficultés ne finissent pas au sein des fédérations, mais ce ne sont pas des litiges. Ce sont des difficultés liées aux financements. Nous courons après des partenaires. Cela augure de bons lendemains. Nous menons des démarches, dont nous attendons des retours heureux. Ce ne sont pas des difficultés en tant que telles, elles font partie du fonctionnement de toute structure administrative.


Que veulent ces dissidents?

Les dissidents étaient venus pour me dégager, afin de s’installer par la force.

Il a été dit que certains biens de la Fib ont été vendus par les dissidents au moment où ils occupaient le siège. Cela a tout naturellement affecté le bon déroulement des activités de la fédération. Confirmez-vous cette information ?

Malheureusement oui. Pendant près d’une année, ils ont fait du siège de la fédération, qui est une villa, leur logis. Ces personnes se sont installées confortablement jusqu’à ce que nous les vidions. Nous nous sommes aperçus après que la moitié du matériel sportif a été emporté. Il comprend toute la dotation du ministère des Sports, ainsi que le matériel que nous avons acheté en complément. Une partie de la bureautique ainsi que des appareils électro-ménagers ont également été emportés. On ne peut pas venir ainsi revendiquer la présidence d’une institution et repartir son matériel et équipement de fonctionnement. Nous ferons en sorte que les auteurs répondent de leurs actes, devant la justice.


Les Ivoiriens qui étaient habitués à des combats de boxe en sont privés depuis quelques temps. Que comptez-vous faire pour leur faire revivre ces bons moments ?

La dynamique de ce que nous avons mis en place a été freinée. C’est la raison pour laquelle nous nous retrouvons dans cette situation. La dynamique de la boxe professionnelle se retrouve dans la diffusion des combats en direct par des médias, quand elle s’inscrit dans une bonne vision. C’est dans cette vision que nous nous sommes lancés, quand nous avons été légèrement freinés par ceux qui ne veulent pas composer avec nous. Mais nous allons remettre le couvert. Les promoteurs sont à la porte. Nous sommes en train de discuter avec eux.

De combien de rings dispose la Fib pour les combats ?

Nous disposons officiellement à ce jour de deux rings. Un qui est complètement opérationnel, et un autre que nous sommes en train de réhabiliter. Le président de l’International Boxing Association (IBA) a promis une dotation en ring et en matériels.

Est-ce que deux rings suffisent pour la Côte d’Ivoire ?

Nous faisons avec pour l’heure. Notre ambition est d’œuvrer pour que chaque région du pays soit dotée d’un ring pour la vulgarisation de la boxe.

Le championnat national a démarré il y a quelques temps. Pour la participation aux Jeux olympiques (J.O) 2024 de Paris, il est question de préparer une équipe de boxeurs. Où en est-on avec cette préparation ?

Nos boxeurs seront sélectionnés après le championnat national, qui s’achève au cours du mois d’octobre. Au terme de ce championnat, nous allons former une équipe A qui composée des champions, une équipe B pour les vice-champions et une équipe C pour la 3e catégorie. Après quoi, nous allons mettre en place un système pour ressortir encore les meilleurs de ceux-ci. A partir de là, nous allons faire des sélections pour participer à toutes les compétitions internationales. Aux JO, nous avons des binationaux aussi bien au niveau des femmes que des hommes. Nous allons faire un mixage et aux cours de nos différentes compétitions de sélection, nous allons ressortir au fur et à mesure les meilleurs que nous allons positionner pour les différents combats à l’échelle internationale. A côté de cela, nous allons aussi faire des préparations ici comme hors du pays.


Combien d’athlètes se sont inscrits pour ce championnat ?

Pour ce championnat, il y a eu beaucoup d’engouement. C’est d’ailleurs l’un de ceux qui ont enregistré le plus nombre d’athlètes depuis au moins une vingtaine d’années. Ils sont autour de 500. Nous avons dû recaler certains pour des problèmes de santé. Nous allons sortir du championnat amateurs, avec une trentaine de champions pour toutes les catégories, à raison de 3 athlètes pour chacune des 10 catégories. Ce sont ces athlètes qui vont constituer l’équipe nationale.

Propos recueillis par Junior Jeremy




publicité

FIL INFO

8 décembre 2022

Pérou : le Parlement vote la destitution du président Castillo pour «incapacité morale»

8 décembre 2022

La MONUSCO confirme que les rebelles du M23 ont tué environ 131 civils à Kishishe

8 décembre 2022

Primes du Mondial 2022 : jusqu’à 115 millions pour chaque Lion, 230 millions pour Aliou Cissé

8 décembre 2022

Côte d'Ivoire .Ce mercredi 7 décembre 2022, 1 nouveaux cas de Covid-19 sur 280 échantillons prélevés soit 0,3 % de cas positifs, 0 guéris et 0 décès.

8 décembre 2022

Terrorisme: les forces de défense ont fait des dégâts massifs dans les rangs de l’ennemi selon Talon



Fanico

Dr.Issa Sangaré 17 novembre 2022
La nouvelle CNI (carte d’identité nationale)pose 3 problèmes
Ashanti NGORAN 28 octobre 2022
Le complexe de l'expatrié?
Yacouba DOUMBIA 22 octobre 2022
Le restaurant et les gbèlèdromes
Facoh Donki Diarra 17 septembre 2022
Les humeurs de Facoh : Les partis politiques et la transition

publicité