publicité

Societe

Au tribunal. Du troc aux menaces de mort

Publié le :

Pour qu'une affaire de troc de téléphone-portable se termine par des coups de poing, un coup de tête et des menaces de mort, il faut qu'elle ait été, si non mal négociée, du moins mal gérée. C'est ce qui est arrivé courant juin 2021, entre deux acolytes : Idriss le vendeur et Marco l'acheteur.

Ce 19 mai 2022, dans la salle d'audience du Tribunal correctionnel de Grand-Bassam, Idriss, la trentaine révolue, a comparu sur plainte de Marco, pour coups et blessures volontaires, attaque à l'arme blanche et menaces verbales de mort.


Durant le procès, le prévenu est resté presque sans voix, devant les questions de Monsieur le procureur de la République. À la question de savoir les raisons de sa visite du jour au "temple de Tthémis", Idriss a tenté de noyer le poisson, en répondant invariablement : "C'est palabre...C'est palabre qui m'a envoyé ici."

Quelles palabres ?, demande le procureur de la République.

 J'ai fait palabre avec Marco, à cause de mon téléphone-portable...

Pourquoi, Idriss se réfugie derrière le mot palabre ? Que tente-t-il de cacher au Tribunal, avec ce terme récurent : palabre, palabre, palabre ?

Dans cette affaire de troc mal gérée, qu'est ce que le Procureur sait et que Idriss ne sait pas ou n'a pas envie d'avouer ? Après être "passé à table" pendant l'enquête préliminaire et l'interrogatoire de police, au terme desquels il a dû signer un procès verbal, le sieur Idriss avait le choix : se rétracter purement et simplement ou confirmer ses déclarations précédentes. Il n'a fait ni l'un ni l'autre. Ce qui aura irrité quelque peu, le président du Tribunal et le procureur de la République. Ce dernier intervint, pour sonner "la fin de la recréation".



Rencontre surprise



Le Procureur : "Eh...Idriss, dis la vérité au Tribunal. C'est pas Palabre qui t'a amené ici, devant nous. C'est une affaire de troc de téléphone-portable entre ton acolyte Marco et toi. Un troc apparemment bien négocié mais mal géré et qui a dégénéré par la suite. Parce qu'il n'a pu te remettre les 25 000 F, comme convenu, tu as juré d'avoir sa peau. Un jour, après l'avoir menacé de mort, tu t'es saisi d'une arme blanche, un couteau. Heureusement, que tu n'es pas allé jusqu'au bout de cet acte d'une rare violence. Tu aurais pu le tuer..."


De fait, Idriss qui attendait que Marco lui remette la contrepartie financière du troc négocié tantôt, finira par s'impatienter, au fur et à mesure que les jours, les semaines et les mois passaient. Comment retrouver le client indélicat, dont il ignore tout du domicile? Telle est la question qui taraudait l'esprit de Idriss.

Et puis, un jour du mois de juin 2021, plus précisément le 14 juin, alors qu'il était sorti de chez lui, pour une promenade de santé, Idriss aperçoit, au détour d'une rue passante et grouillante, celui qu'il recherchait : Marco. Le premier nommé interpelle le second et l'invite à lui donner des explications verbales, sur son comportement indélicat. Surpris à un endroit, oú il n'avait jamais pensé que Idriss pouvait le rencontrer, Marco tente de s'échapper mais il n'ira pas loin. Idriss lui assène un violent coup de tête à la nuque. Pleuvront ensuite, sur l'infortuné Marco, une pluie de coups de poings et de coups de pied… jusqu'à ce que des personnes, qui passaient par là, viennent délivrer Marco de ce supplice inattendu.



"Il n'est pas mort…"



Dans la reconstitution des faits, devant le Tribunal correctionnel, le 19 mai 2022, le procureur de la République a particulièrement insisté sur "la furia" et la violence avec lesquelles le prévenu Idriss s'est jeté sur Marco, la victime de circonstance.

Le Procureur charge le Prévenu : "Idriss, donc tu voulais vraiment le tuer alors ?"

Le Prévenu : "Non, M. le Procureur. Il n'est pas mort."

Rires dans la salle d'audience.


Au terme des délibérations de cette affaire de troc, si le Président du Tribunal suit à la lettre les réquisitions du Ministère public, le prévenu Idriss n'encourira pas moins de six mois d'emprisonnement. Avec ou sans sursis.


Une chronique de Mory-Frey Touré




publicité

FIL INFO

8 décembre 2022

Pérou : le Parlement vote la destitution du président Castillo pour «incapacité morale»

8 décembre 2022

La MONUSCO confirme que les rebelles du M23 ont tué environ 131 civils à Kishishe

8 décembre 2022

Primes du Mondial 2022 : jusqu’à 115 millions pour chaque Lion, 230 millions pour Aliou Cissé

8 décembre 2022

Côte d'Ivoire .Ce mercredi 7 décembre 2022, 1 nouveaux cas de Covid-19 sur 280 échantillons prélevés soit 0,3 % de cas positifs, 0 guéris et 0 décès.

8 décembre 2022

Terrorisme: les forces de défense ont fait des dégâts massifs dans les rangs de l’ennemi selon Talon



Fanico

Dr.Issa Sangaré 17 novembre 2022
La nouvelle CNI (carte d’identité nationale)pose 3 problèmes
Ashanti NGORAN 28 octobre 2022
Le complexe de l'expatrié?
Yacouba DOUMBIA 22 octobre 2022
Le restaurant et les gbèlèdromes
Facoh Donki Diarra 17 septembre 2022
Les humeurs de Facoh : Les partis politiques et la transition

publicité