publicité

Politique

Mauvaise éducation

Publié le :

Pour certains Camerounais, qui vivent généralement loin de chez eux, dans des pays dont ils ont pris la nationalité, qui leur donnent tout ce qu’ils n’auraient jamais pu rêver avoir chez eux mais qu’ils se plaisent à détester, leur pays d’origine est probablement le plus développé de notre continent, voire du monde, et ils ont le meilleur leadership, si bien qu’ils estiment n’avoir rien à dire là-dessus. Non, jamais, ils ne critiqueront le président Biya et sa façon de diriger leur beau pays. Alors, comme ils sont généreux, ils prêtent leur sagacité aux autres Africains, et ainsi, ce sont les autres pauvres pays africains qu’ils observent et critiquent à longueur de journée afin qu’ils deviennent probablement comme le leur un jour. Et notre pays, la Côte d’Ivoire, probablement le plus malheureux et le plus mal dirigé du continent, est devenue leur terrain de jeu de prédilection, celui qu’ils aiment critiquer, attaquer, vilipender. Ouvrons une parenthèse sur certains de ces camerounais, plus escrocs que journalistes, qui viennent réaliser de soi-disant reportages pour des journaux créés de toutes pièces à cet effet, afin de vanter la réussite de notre pays, le leadership de nos dirigeants. Des journaux qu’ils facturent très cher aux personnes en manque de publicité ou aux égos surdimensionnés, mais que personne ne lit. Certains écument depuis des années les palais présidentiels africains et se sont fait les spécialistes en publireportage bidon. Gare au chef d’Etat qui ne cèderait pas à leur chantage. Chez nous cela date du temps du président Bédié, où un certain Blaise-Pascal Talla se fit une petite fortune avec ses publireportages.

L’un de ces escrocs, qui semble-t-il a pris la nationalité ivoirienne, un véritable mégalomane qui se prend pour un brillant intellectuel parce qu’il trouve des gogos que sa logorrhée arrive encore à impressionner, s’est fait une spécialité d’injurier le président ivoirien tous les jours. Pendant un certain temps il fut grassement payé par une de nos hautes personnalités, qui, de la grenouille qu’elle était avait voulu devenir un bœuf, et a par conséquent explosé. Evidemment, lorsque l’on se fait conseiller par un psychopathe qui a constamment la bave aux lèvres et l’injure à la bouche, on ne peut que connaître un tel sort. Du coup, le courtisan a perdu une partie substantielle de ses revenus, et cela, il ne peut le pardonner à celui qu’il rend responsable de son infortune. Il s’était pris à rêver de devenir ministre ou à tout le moins le conseiller spécial du futur chef de l’Etat ivoirien. Excusez du peu. Alors il s’est mis à haïr le chef de l’Etat ivoirien actuel qui lui a coupé ses prébendes, son pays et ses habitants. Et comme à l’évidence il n’a reçu aucune éducation, ce sont des injures et des insanités qu’il déverse sur lui tous les jours.

Certains Ivoiriens applaudissent aux injures que cet individu déverse sur leur chef d’Etat sans savoir que ce sont eux-mêmes qui sont ainsi insultés quotidiennement. Que l’on ait voté pour lui ou non, que l’on soit du même bord que le président ou non, il incarne toute la nation. L’insulter, c’est insulter toute la nation. Une chose est de s’opposer à sa politique, de le critiquer, même durement, une autre est de l’injurier ou de laisser un saligaud l’injurier. C’est pour cela que dans de nombreux pays, le crime de lèse-majesté existe encore et l’outrage au chef de l’Etat est sévèrement puni. Aussi lorsqu’un individu sans morale et sans éducation déverse des tonnes de boue sur notre président, crache dans la soupe qu’il mangeait, c’est sur nous qu’il le fait. Lorsque ce sagouin qui se prend pour un intellectuel panafricaniste va jusqu’à encourager la détention de nos soldats au Mali, les Ivoiriens devraient comprendre qu’il est un véritable danger pour leur pays et pour eux. D’autant plus que les galonnés maliens, qui ne sont pas difficiles à impressionner, semblent lui accorder du crédit.

Il y a une trentaine d’années, le chanteur français Renaud, une de mes idoles, avait publié une chanson, « Miss Maggie » dans laquelle il s’en prenait vertement à la première ministre britannique d’alors, madame Margaret Thatcher. Il y eut une levée de bouclier en Grande-Bretagne contre cette chanson et de nombreux opposants à la « dame de fer » demandèrent l’interdiction de la chanson dans leur pays, parce qu’elle était irrévérencieuse pour leur dirigeant. La Côte d’Ivoire est ouverte sur le monde entier. Les Ivoiriens sont généreux malgré de nombreux défauts qu’ils ont. Tout ce qu’ils demandent aux autres est juste un minimum de respect.

Venance Konan





publicité

FIL INFO

25 septembre 2022

Côte d'Ivoire.Ce samedi 24 septembre 2022, 6 nouveaux cas de Covid-19 sur 434 échantillons prélevés soit 1,4 % de cas positifs, 19 guéris et 0 décès.

25 septembre 2022

Cartes bancaires russes Mir – Les banques Turques sous la menace de sanctions américaines

25 septembre 2022

Russie : Poutine signe une loi qui punit les militaires déserteurs

25 septembre 2022

Accusé d'être climatosceptique, le patron de la Banque mondiale poussé vers la sortie

25 septembre 2022

Madagascar.Visa gratuit pour les touristes qui séjournent moins de 15 jours



Fanico

Facoh Donki Diarra 17 septembre 2022
Les humeurs de Facoh : Les partis politiques et la transition
Serge Bile 15 septembre 2022
Longue vie à toi Johnatan Morrison et « langue » vie aussi
Mahoua S.Bakayoko 19 août 2022
Des faiseuses d’hommes , ça toujours existé!
Thomas Makaya 28 juillet 2022
Nouvelles télés : Veiller au choix des intervenants

publicité