publicité

Politique

Côte d’Ivoire. Plus que la grâce présidentielle, le Ppa-ci demande l’amnistie pour Gbagbo

Publié le :

Dans son adresse à la nation le 6 août dernier, le Président de la République Alassane Ouattara a, entre autres décisions, annoncé qu’il a accordé la grâce présidentielle, à Laurent Gbagbo. Il a également demandé qu’il soit procédé au dégel de ses comptes et au paiement de ses arriérés de rentes viagères. Le Président de la République a aussi accordé la libération conditionnelle au vice-amiral Vagba Faussignaux, ancien patron de la marine nationale et au commandant Jean-Noël Abehi, ex-chef de l’escadron blindé du camp de gendarmerie d’Agban, deux proches de Gbagbo Laurent. Ce, dans le souci de renforcer la cohésion sociale.

Le mardi 9 août, quelques jours après l’annonce de ces décisions, le parti des peuples africains de Côte d’Ivoire(Ppa-ci) a réagi par le biais de son porte-parole, Justin Katinan Koné. Le constat qui se dégage est que le parti de Gbagbo Laurent approuve en partie les décisions que le Président a prises en sa faveur et au profit de ses proches. « Le Ppa-ci se félicite de la libération du contre-amiral Vagba Faussignaux et du commandant Jean Noel Abéhi, du dégel des avoirs du Président Laurent et du rappel de sa rente viagère », peut-on lire dans la déclaration. Cependant, le Ppa-ci aurait voulu que le Chef de l’Etat accorde l’amnistie à Laurent Gbagbo comme le recommande le dialogue politique.

En effet, explique le porte-parole, l’ex-président dès son retour en Côte d’Ivoire a posé des actes qui s’inscrivent dans la réconciliation. Notamment la participation de son parti au dialogue politique initié par le gouvernement. Selon la déclaration, la cinquième phase du dialogue politique tenue du 21 décembre 2021 au 4 mars 2022 à la primature, avait recommandé des mesures d’apaisement, parmi lesquelles la prise d’une loi d’amnistie pour régler les problèmes liés au situations, dont la condamnation de Laurent Gbagbo et la prise en compte des personnes exclues du champ d’application de l’ordonnance d’amnistie du 6 août 2018. Notamment Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé alors en procès devant la cour pénale internationale(Cpi).

L’amnistie ayant vocation à effacer les faits, alors que la grâce les laisse subsister, pour le Ppa-ci, la décision du Président de la République d’accorder la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo, ne répond pas aux attentes légitimes de ses compatriotes. Le Ppa-ci a, à cet effet fait des recommandations au Chef de l’Etat, principalement l’application des recommandations du dialogue politique dont la prise d’une loi d’amnistie, l’arrêt des poursuites contre les responsables de l’opposition et la réforme de la commission électorale indépendante(Cei).

Diomandé Karamoko



publicité

FIL INFO

25 septembre 2022

Côte d'Ivoire.Ce samedi 24 septembre 2022, 6 nouveaux cas de Covid-19 sur 434 échantillons prélevés soit 1,4 % de cas positifs, 19 guéris et 0 décès.

25 septembre 2022

Cartes bancaires russes Mir – Les banques Turques sous la menace de sanctions américaines

25 septembre 2022

Russie : Poutine signe une loi qui punit les militaires déserteurs

25 septembre 2022

Accusé d'être climatosceptique, le patron de la Banque mondiale poussé vers la sortie

25 septembre 2022

Madagascar.Visa gratuit pour les touristes qui séjournent moins de 15 jours



Fanico

Facoh Donki Diarra 17 septembre 2022
Les humeurs de Facoh : Les partis politiques et la transition
Serge Bile 15 septembre 2022
Longue vie à toi Johnatan Morrison et « langue » vie aussi
Mahoua S.Bakayoko 19 août 2022
Des faiseuses d’hommes , ça toujours existé!
Thomas Makaya 28 juillet 2022
Nouvelles télés : Veiller au choix des intervenants

publicité