publicité

Politique

“ Bipé” Lida Kouassi : Une Keke au Palais Bourbon

Publié le :

Les Français ont élu leurs députés le dimanche 19 juin dernier. En France le régime est presque parlementaire, ce qui donne une grande importance à l’Assemblée nationale. Par exemple, c’est le parti majoritaire dans l’Hémicycle qui désigne le premier ministre qui conduit la politique du gouvernement, lequel peut ne pas comporter un seul membre du parti du président élu, si c’est l’opposition qui a la majorité absolue. Après ces élections du 19 juin, le président n’a pas obtenu la majorité absolue qui lui aurait permis de faire passer toutes ses lois sans aucune difficulté. Il n’a qu’une majorité relative. Il lui faudra désormais négocier avec ses oppositions qui, on peut en être sûr, ne lui rendront pas le quinquennat facile. La surprise pour nous, Ivoiriens, est qu’une femme originaire de notre pays vient d’être élue à l’Assemblée nationale française, et nous n’en sommes pas peu fiers. La dame, du nom de Rachel Kéké, est née à Abobo, quartier populaire et très modeste d’Abidjan, d’un père conducteur d’autobus et d’une mère vendeuse de vêtements. En 2000, à 26 ans, elle va « se chercher » en France comme on dit ici, et exerce les métiers de coiffeuse, puis de femme de ménage dans un hôtel. Ce sont les métiers les plus prisées par les Ivoiriennes qui débarquent sans un grand « bagage intellectuel » comme on dit ici, pour dire qu’elles n’ont pas fait de longues études scolaires et sont issues de familles modestes pour ne pas dire pauvres. Elle a connu toutes les galères que vivent les femmes africaines de sa condition, mais a réussi à se faire naturaliser française en 2015. Elle serait l’épouse de Bobby Yodé, un chanteur de zouglou bien connu des Ivoiriens. Le dimanche 19 juin dernier elle est devenue une élue de la nation française. Quelles leçons pouvons-nous en tirer ?

D’abord, il existe certes une France qui ne souffre pas de voir des personnes basanées ou encore plus, portant des prénoms pas chrétiens, juifs ou fleurant bon la France traditionnelle sur son sol, la France des Eric Zemmour et autres Le Pen. Mais il existe aussi une autre France, celle qui croit en la fraternité universelle, cette France qui est capable, d’abord, de donner sa nationalité à une native d’Abobo, puis, de la choisir pour la représenter à l’Assemblée nationale. Il y a ces deux France. Il appartient à chacun de voir celle qu’il veut et de se comporter envers ce pays en fonction de ce qu’il voit. Quelle belle leçon pour cet ancien ministre de Laurent Gbagbo qui déniait à un autre Ivoirien le droit de se présenter aux législatives dans la circonscription de Lakota, parce que son nom ne serait pas du terroir ! Quelle belle leçon pour cet ancien président de la république et tous ceux qui l’avaient suivi à l’époque, qui poursuivait de son ire un ancien premier ministre pourtant né dans ce pays, qui avait osé se présenter comme candidat à l’élection présidentielle, parce qu’il ne serait pas totalement Ivoirien. Quelle belle leçon pour nos amis de la République démocratique du Congo qui tentent d’introduire une disposition dans leur constitution qui interdirait le poste de président de la République à quiconque ne serait pas né de deux parents congolais.

Il est dommage que l’étude de notre histoire ne fasse pas partie de nos préoccupations, puisque ça ne rapporte pas de l’argent en vitesse. Sinon nous aurions su que Félix Houphouët-Boigny, notre premier président de la république avait lui aussi été élu à l’Assemblée nationale française, en 1946, avec essentiellement les voix du nord de notre pays qui à cette époque allait jusqu’à Ouagadougou. Par la suite Houphouët-Boigny avait été nommé ministre dans plusieurs gouvernements français. Cela n’avait absolument pas dérangé les Français de l’époque. Prenons-en tous de la graine.

La seconde leçon que l’élection de Rachel Kéké nous enseigne est que lorsque l’on lutte avec conviction, l’on finit par en récolter les fruits. En 2019, elle se révolta contre les conditions faites aux femmes de chambre de l’hôtel de Batignolles où elle travaillait et fut la porte-parole de la grève qu’elle entama avec ses collègues, et qui fut la plus longue de l’histoire de l’hôtellerie en France. Elle obtint une augmentation de son salaire, mais c’est surtout ainsi qu’elle se fit connaître. Choisie comme candidate par le parti « la France insoumise », elle fit une intervention lors du lancement de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) le 7 mai 2022, qui fut la plus applaudie par le public. Investie par son parti dans une circonscription historiquement à droite, alors que son parti est à gauche, elle a battu une ancienne ministre. Une nouvelle étoile politique vient de naître en France. Souhaitons-lui bonne chance et bon mandat. Que les esprits de ses ancêtres veillent sur elle.

Venance Konan




publicité

FIL INFO

25 juin 2022

UFOA B U17 : Les Etalons perdent en finale face aux Golden Eagles du Nigéria (1-2)

25 juin 2022

Mali: l’armée annonce avoir “neutralisé” plus de 60 jihadistes

25 juin 2022

Coopération : L’Arabie Saoudite fait don de 50 tonnes de dattes à la Côte d’Ivoire

25 juin 2022

Côte d'Ivoire.Ce vendredi 24 juin 2022, 48 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 071 échantillons prélevés soit 4,5% de cas positifs, 49 guéris et 0 décès.

25 juin 2022

Sénégal : 25 morts dans des manifestations depuis 2010



Fanico

Danièle Boni-Claverie 11 mai 2022
Voua aviez dit « femmes toilettes » !
Mandiaye Gaye 25 janvier 2022
Cette défaite cuisante de Dakar est un sérieux avertissement à Macky Sall pour demain
Mandiaye Gaye 18 novembre 2021
L’Afrique, notamment son unité, est sacrifiée par certains de ses dirigeants.
Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

publicité