publicité

Politique

Retour annoncé de Gbagbo en Côte d’Ivoire :De la nécessité de désarmer les paroles et les cœurs

Publié le :

En Côte d’Ivoire, les choses se précisent quant au retour de l’ex-président Laurent Gbagbo au bercail. Non seulement la date du 17 juin qui avait été annoncée par ses proches, mais aussi les contours de l’accueil qui lui sera réservé et qui faisait polémique entre les partisans d’un retour triomphal comme le veut sa famille politique, et ceux d’un retour discret comme le voulait le pouvoir d’Abidjan. Entre les deux, l’entente semble se faire entre les deux parties toujours en concertations, pour un retour « visible », sans être ni trop discret ni trop triomphant du Christ de Mama. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les lignes sont en train de bouger pour un retour très imminent, 10 ans après son transfèrement à la Cour pénale internationale, de l’ex-locataire de la prison de Scheveningen, sur les bords de la lagune Ebrié. Et le doute ne semble plus permis sur la date du jeudi 17 juin prochain, depuis qu’on a vu circuler, sur les réseaux sociaux, la photo d’un billet d’avion au nom de Laurent Gbagbo et de son épouse Nady Bamba, confirmé, sur un vol commercial de la Brussels Airlines pour la date indiquée.


Une façon de « laisser… aux Gbagboistes ce qui appartient aux GOR (Gbagbo ou rien) »

C’est dire si le compte à rebours a véritablement commencé pour ce qui apparaît aux yeux de ses partisans, comme le retour de l’enfant prodigue, après avoir été « totalement blanchi »par la Justice internationale. Mais c’est dire aussi que l’Etat de Côte d’Ivoire n’affrétera pas un avion spécial pour le retour du Woody. Comment peut-il en être autrement quand les autorités d’Abidjan disent avoir été mises devant le fait accompli du choix de la date par les partisans de Laurent Gbagbo ? Mais en en « prenant acte », comme l’a soutenu le ministre de la Réconciliation nationale, Kouadio Konan Bertin, et en se plaçant en partenaire dans les préparatifs, le pouvoir ivoirien envoie un signal de sa volonté de jouer balle à terre et de ne pas donner l’impression de faire dans le forcing de la récupération. Et si ce n’est pas finalement une façon de « laisser… aux Gbagboistes ce qui appartient aux GOR (Gbagbo ou rien) » qui sont dans une manœuvre d’orchestration de ce retour, cela y ressemble fort. Même si l’on comprend sa volonté somme toute légitime de rester au contrôle de la situation. En tout cas, en choisissant de ne pas trop tirer sur la corde, le pouvoir fait une option d’apaisement qui ne saurait guère surprendre, d’autant qu’elle cadre bien avec le processus de réconciliation nationale en cours. C’est pourquoi l’on ne saurait mieux conseiller aux autorités d’Abidjan, d’éviter de faire dans les restrictions pour ne pas prêter le flanc au risque de créer inutilement la tambouille. Car, à l’allure où vont les choses, tout porte à croire que ce retour attendu de Gbagbo dans son pays natal, ne peut plus être discret. Il appartient donc aux autorités ivoiriennes de faire avec. Et surtout, de savoir encadrer le mouvement pour éviter les débordements. De leur côté, il revient aux partisans de Gbagbo de savoir faire dans la retenue pour ne pas donner le sentiment de faire dans la provocation.

Ce retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire ne doit pas être vécu comme la victoire d’un camp sur un autre

C’est dire si des deux côtés, chacun doit mettre de l’eau dans son vin. Et les acteurs politiques ivoiriens ont d’autant plus intérêt à montrer une volonté d’apaiser le jeu et de ne pas surchauffer outre mesure le climat sociopolitique longtemps chargé de souffre, que la paix, en Côte d’Ivoire, ne semble encore tenir qu’à un fil. Celui, ténu, de la réconciliation nationale, qui ne demande qu’à être raffermi. C’est pourquoi le désarmement des paroles et des cœurs se pose comme une impérieuse nécessité, pour réussir le pari de la vraie réconciliation. Car, tant que les Ivoiriens nourriront les uns envers les autres, des rancunes et des rancœurs, la réconciliation tant chantée restera une gageure. Et les cœurs étant difficiles à sonder, il appartient aux uns et aux autres d’éviter les propos incendiaires, de nature à réveiller les démons de la division qui peinent encore à s’assoupir définitivement en Eburnie. Autant dire que quelle que soit la symbolique, ce retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire ne doit pas être vécu comme la victoire d’un camp sur un autre. Et qui, mieux que l’intéressé lui-même, pour calmer le jeu dans son pays ? Car, comme on le sait, l’homme est très écouté par les siens et a une grande influence sur ses partisans. Et de son discours pourrait fortement dépendre la coloration de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, en attendant de voir clair dans son dossier judiciaire du casse de la BCEAO, qui continue de planer sur sa tête comme une épée de Damoclès. Reste à espérer que la sagesse prévaudra.

« Le Pays »




publicité

FIL INFO

23 octobre 2021

Cameroun: Neuf députés du RDPC sont (déjà) décédés depuis le début de la 10e législature

23 octobre 2021

Félix Tshisekedi instruit l'IGF de faire la lumière sur un présumé détournement des primes des Léopards U-20

23 octobre 2021

Côte d'Ivoire.Ce vendredi 22 octobre 2021, 13 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 792 échantillons prélevés soit 0,7 % de cas positifs, 41 guéris et 0 décès.

23 octobre 2021

Un Américain ayant commis un meurtre il y a 30 ans exécuté en Alabama

23 octobre 2021

CPI – Le procureur Karim Khan nomme « d’éminents experts » aux postes de conseillers spéciaux



Fanico

Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Koffi Alle 9 août 2021
Côte d’Ivoire ,indépendance et redemption
Soumarey Pierre Aly 2 août 2021
La cohésion sociale: Préoccupation politique ou demande sociale?
Koffi Alle 26 juin 2021
Stop aux détournements de deniers publics !

publicité