publicité

Politique

Côte d’Ivoire - Bouaké : Rébellion post-électorale au PDCI

Publié le :

Clash au sein du PDCI dans le Gbêkê, où des secrétaires de section sanctionnés réclament la tête de leur délégué et appellent Bédié à intervenir. Ils étaient au total 18 responsables (secrétaires de section et président de comité de base) à prendre part à une conférence de presse qu’ils ont organisée, le dimanche 6 juin 2021, à Ahougnanssou, à Bouaké.

Ces responsables du plus vieux parti politique ivoirien, venus de Diabo, Botro et Languibonou, qui auraient été radiés de leur parti par Kouamé Yao Albert, délégué du Pdci-Rda de Botro 3, assurant l’intérim de Botro 2, soutiennent ne pas reconnaître cette décision parce que n’ayant reçu aucune notification écrite de celui-ci. Ils affirment même nque ledit délégué ne maîtrise pas les textes de leur parti, le Pdci.


"Le choix de la base"


A l’origine du problème, explique le secrétaire général de Koua Kouamekro 2, Kouassi Yao Patrice, les élections législatives passées. Selon M. Kouassi, lors de cette élection, lui et certains responsables locaux de leur parti ont décidé de suivre le candidat du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), Assahoré Konan Jacques au détriment de celui de leur parti.

« Aucun d’entre nous supposés radiés n’a reçu de document de radiation ou de suspension. Que le délégué nous produise un document. Il faut qu’on apprenne à écouter la base. Celui qu’on doit révoquer, c’est le délégué. Nous à Botro 3, nous ne voulons plus de Kouadio Yao Albert comme délégué. Nous demandons au président Bédié de venir prendre son cadre » a pesté Kouassi Yao Patrice qui a indiqué qu’ils n’ont pas suivi le candidat du Rhdp, Assahoré Konan Jacques en tant que candidat du parti au pouvoir mais plutôt parce qu’il est un agent de développement, proche des populations. « Il était le choix de la base », a-t-il précisé. A le suivre, ils ne sont pas opposés à la sanction mais plutôt à la démarche et à la forme. « Désormais dans le Glô, le peuple à son mot à dire. On nous impose des gens que la base ne veut pas. Cela ne passera plus jamais » a-t-il prévenu.

A sa suite, Kouassi Germain, secrétaire général de Botro 2, Diabo 12, chargé de la permanence de la délégation de Diabo et Botro de s’interroger pourquoi les cadres du Pdci de la région qui se sont opposés à la candidature de Diby en 2016 dans la même région n’ont pas été sanctionnés. Et en chœur, les conférenciers ont indiqué être Pdci et demeureront Pdci jusqu’à la fin des temps. Le président Bédié va-t-il entendre les cris des "rebelles" ?

Koffi Koffi




publicité

FIL INFO

20 juin 2021

Un carambolage tue 10 personnes, dont neuf enfants, en Alabama

20 juin 2021

Libye : Haftar ferme la frontière algérienne

20 juin 2021

Religion: Laurent Gbagbo devient catholique militant, le cardinal Kutwa lui confie une mission

20 juin 2021

Un haut cadre de l’État islamique au Grand Sahara tué par les forces spéciales françaises

20 juin 2021

RDC : Félix Tshisekedi séjourne de nouveau à Goma



Fanico

Michel Tagne Foko 10 juin 2021
« Claude est mort. »
Mandiaye Gaye 5 juin 2021
Une Société civile, pourquoi faire si elle n’est pas au service des déshérités?
Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !

publicité