publicité

Politique

Humeur . A quand le prochain coup d’Etat malien ?

Publié le :

Si les Maliens se sont jusqu’ici accommodés des différents coups de force des militaires contre la démocratie, ils seront assurément prêts supporter les conséquences des sanctions que la Cedeao vient d’infliger à leur pays. Surtout que celles-ci n’ont véritablement rien d’économique, revêtant plutôt un caractère plus diplomatique. De plus, aucune exigence n’est faite au colonel Assimi Goïta, de remettre dans leurs fonctions le Président de la transition et son Premier ministre, tous deux des civils qu’il a fait débarquer et contraints à la démission. Dès lors, il n’ y a pas lieu de pleurnicher outre mesure, sur ce qui pourrait advenir de l’application effective de ces sanctions.

Les Maliens continueront donc de plus belle à se fier à Assimi Goîta et son équipe, dont ils n’ont du reste pas manqué de saluer le deuxième coup d’Etat qui a consisté , à s’octroyer le poste de Président de la transition. Un fait contre lequel, la Cedeao n’a pas non plus arrêté de sanction. La soldatesque malienne mènera la barque de la gouvernance politique à sa guise. En imposant très certainement, les civils de son choix, prêts à lui faire allégeance, quel qu’en soit le prix. Quitte à fomenter un autre coup d’Etat, pour ramener les choses à sa convenance. A quand donc le prochain putsch ? Question d’autant plus essentielles qu’il n’est pas certain que, le délai de 18 mois, que les militaires se sont imposés pour préparer le pays à de nouvelles élections, puisse être respecté. Il s’en suivra alors, une grogne des partisans de la démocratie vraie, qui voudront rompre avec cet autre règne des hommes en kaki, qu’ils auront eux-mêmes contribué à instaurer ; en faisant pratiquement le lit, par l’entremise de révoltes sauvages et autres manifestations , rendant le Mali si ingouvernable que l’armée, toujours à l’affût du pouvoir, s’est crue autorisée à s’ en emparer tout bonnement. Faisant fi de tout respect et de l’observance des règles démocratiques. Contraires aux coups d’Etat. L’attitude des soldats maliens est, de l’avis de plusieurs observateurs, d’autant plus aberrante et arriérant, qu’il y a mieux à faire pour eux, en matière de sécurisation du pays, contre les djihadistes, que de vouloir occuper la scène politique nationale. Ces terroristes qui font plus de mal au Mali, que ne l’affectent les mauvais systèmes de gouvernance politique des tenants du pouvoir. Systèmes auxquels on peut toujours mettre fin, au terme du mandat électif qui les a légitimés, sans avoir recours à une force militaire à cet effet. Du coup.la menace du Président Français d’abandonner le pays à l’insécurité djihadiste qui l’étreint chaque année un peu plus se justifie. Lui qui a perdu à ce jour environ cinquante- cinq de ses soldats, dans cette lutte contre le terrorisme, en dépit de tous les moyens sophistiqués de guerre, dont disposent les militaires de l’opération Barcane.

Moussa Ben Touré




publicité

FIL INFO

27 octobre 2021

Médias: Radio Côte d’Ivoire célèbre ses 60 ans

27 octobre 2021

Bénin : arrestation de 4 personnes soupçonnées de terrorisme

27 octobre 2021

Côte d'Ivoire.Ce mardi 26 octobre 2021, 13 nouveaux cas de Covid-19 sur 2 201 échantillons prélevés soit 0,6 % de cas positifs, 29 guéris et 1 décès.

27 octobre 2021

Prorogation de la transition au Mali : Le Conseil de Sécurité des Nations unies soutiendra la Cédéao

27 octobre 2021

Plus de 3 millions de doses de vaccins anti covid-19 administrées en Côte-d’Ivoire



Fanico

Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Koffi Alle 9 août 2021
Côte d’Ivoire ,indépendance et redemption
Soumarey Pierre Aly 2 août 2021
La cohésion sociale: Préoccupation politique ou demande sociale?
Koffi Alle 26 juin 2021
Stop aux détournements de deniers publics !

publicité