publicité

Politique

Merci Monsieur le Président !

Publié le :

La première résidence de notre premier Président, Félix Houphouët-Boigny, qui avait aussi été celle de son successeur Henri Konan Bédié et du Premier ministre Affi N’Guessan, vient d’être réhabilitée par le Président Alassane Ouattara. Il y a quelques années, elle était occupée par des squatteurs qui l’avaient transformée en porcherie et étaient tout simplement en train de la détruire.

Aujourd’hui, on ne peut qu’être fier de voir ce qu’est redevenue cette résidence qui, non seulement est l’une des plus belles et les mieux situées de notre capitale économique, mais contient aussi une grande partie de l’histoire de notre pays.


Dans n’importe quel pays du monde qui se respecte et a le sens de la mémoire, la première résidence du premier Président d’un pays aurait été préservée comme l’un des biens les plus précieux du patrimoine national. Ici, cette résidence avait été totalement abandonnée. Mais le Président de la République Alassane Ouattara vient de lui redonner tout son lustre.


Merci Monsieur le Président ! Espérons que l’on trouvera dans cette maison des objets, des images, qui la relient aux illustres personnalités qui l’ont occupée, en attendant que des musées consacrés à ceux qui nous ont dirigés et nous dirigeront, surtout le premier d’entre eux, Houphouët-Boigny en l’occurrence, voient le jour.


Il y a quelques semaines, nous déplorions dans ces colonnes notre indifférence devant la mémoire de l’esclavage qui a fait de terribles ravages sur notre continent, et dont pourtant de nombreuses victimes sont encore vivantes dans nos pays.


Chaque fois que l’on nous parle de l’esclavage, nous récitons machinalement qu’il fut aboli par Victor Schœlcher en 1848. Parce que c’est ce que l’histoire écrite par les Français nous a appris. Et nous avons oublié que l’esclavage fut pratiqué dans nos pays jusqu’en 1946. Et que c’est bien le premier dirigeant de notre pays devenu indépendant, Félix Houphouët-Boigny, qui le fit abolir en 1946.


Quel monument avons-nous érigé pour commémorer cela ? Quel musée avons-nous construit pour nous rappeler cette partie de notre histoire ? A qui l’enseignons-nous ? Qui s’en souvient encore ?


Certains parmi nous disent que nous devrions oublier cette partie de notre histoire parce qu’elle est honteuse et douloureuse, et pourrait susciter en nous de la haine envers d’autres peuples. A mon avis, ce serait une tragique erreur que de vouloir oublier une partie de son histoire. L’histoire est un tout que l’on assume entièrement.


On ne choisit pas de n’en garder que ce qui plaît. Que l’on choisisse d’effacer de sa mémoire une partie de son histoire ne l’empêche pas d’avoir existé et, ce que nous semblons ignorer, est que notre présent est toujours conditionné par notre passé. Et la meilleure façon de réussir son présent et son avenir est de tirer toutes les leçons de son histoire. Notre drame à nous, Africains, est que nous ne faisons même pas de tri dans notre histoire. Nous sommes tout simplement en train de l’effacer.


Pour revenir à la Côte d’Ivoire, lesquels de nos enfants âgés de moins de trente ans savent encore qui fut réellement Félix Houphouët-Boigny ? Lesquels de ces enfants connaissent son parcours et ses compagnons que furent Philippe Yacé, Coffi Gadeau, Auguste Denise, Mamadou Coulibaly, Victor Biaka Boda, pour ne citer que ceux-là ?


Qui se souvient encore de la tentative de sécession du royaume Sanwi ? Qui se souvient du « complot du chat noir ? », de l’affaire du Guébié ? Et la reine Abla Pokou dont le sacrifice de son enfant donna naissance au peuple Baoulé ? Quel monument ce peuple a-t-il dressé pour la commémorer ? Quel jour de l’année se souvient-il de ce sacrifice fondateur de son existence ? Un peuple qui ne sait pas d’où il vient ne peut jamais savoir où il va, que cela soit entendu une fois pour toutes.


Il y a quelques jours, la France a commémoré les deux cents ans de la mort de Napoléon et l’abolition de l’esclavage. De nombreuses personnes ici ont abondamment commenté le silence du Président français lors de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Apparemment, personne n’a remarqué qu’aucun de nos chefs n’a organisé quoi que ce soit à cet effet et n’a donc pris la parole ce jour-là.


La France est l’un des pays à avoir pratiqué l’esclavage, avant d’y mettre fin. Et elle a décidé, il y a vingt ans, de le considérer comme un crime contre l’humanité. Nous qui avons été les victimes de l’esclavage sommes jusqu’à présent totalement indifférents à cette histoire.


Faut-il s’étonner qu’elle se perpétue de nos jours à nos dépens ? Si nous voulons être respectés un jour, il nous faudra prendre notre destin en main. Et cela passe aussi par l’appropriation par nous-mêmes de notre histoire dans son entièreté.

Venance Konan




publicité

FIL INFO

22 septembre 2021

Les États-Unis menacés par une «pandémie de non-vaccinés»

22 septembre 2021

Côte d'Ivoire.Élection à la Fif : Les présidents de clubs mettent la pression

22 septembre 2021

Affaire 39 ha au Bénin: Georges Bada écope de 6 ans de prison

22 septembre 2021

Assemblée générale de l’ONU : Andry Rajoelina reçu par le secrétaire général, António Guterres

22 septembre 2021

Tentative de putsch déjoué au Soudan : Washington met en garde contre "toute ingérence extérieure"



Fanico

Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Koffi Alle 9 août 2021
Côte d’Ivoire ,indépendance et redemption
Soumarey Pierre Aly 2 août 2021
La cohésion sociale: Préoccupation politique ou demande sociale?
Koffi Alle 26 juin 2021
Stop aux détournements de deniers publics !

publicité