publicité

Politique

Côte d’Ivoire. Bouaké toujours marquée par la rébellion (Reportage)

Publié le :

Avant que la crise militaro-politique n'éclate, le 19 septembre 2002, en Côte d’Ivoire, la capitale de la région de Gbêkê, deuxième ville du pays, Bouaké, était paisible. Malheureusement, cette quiétude et tranquillité prendra fin avec l’arrivée des hommes du MPCI (Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire), nom donné à la rébellion, dont Guillaume Soro était le secrétaire général. Ces soldats d’un autre genre s’installent partout. Dans les édifices publics et privés. La ville, voire la région tout entière, se vide d'une grande partie de sa population.


Maisons et immeubles décoiffés et pillés


Si, dans le premier mois, ces édifices ont été épargnés de la furie des éléments de la rébellion, cela n’a pas duré longtemps. À la surprise générale, plusieurs maisons et immeubles ont commencé à être décoiffés et pillés. C’est le cas de la Cité douanière située au quartier Dougouba, jouxtant la voie internationale, la A3. Pareilnpour le Camp des sapeurs-pompiers militaires et le siège d’une grande structure qui s’occupe des retraités. De Dar-Es-Salma à Air-France 1, 2 et 3 en passant par le Commerce, Ahougnanssou et Nimbo, aucun quartier n’a échappé à ce « tsunami ».


La frappe des avions Soukoï

Autre épisode: le 6 novembre 2004, à 13 h 45, deux avions Soukhoï survolent le ciel de Bouaké. Dans les minutes qui suivent, ils font descendre des bombes sur la ville. C’est la débandade générale, le sauve-qui-peut. La cible principale est l’Etat-major de la rébellion où règne le général Soumaïla Bakayoko, chef d’état major. Le bâtiment R+1 descend comme un château de sable. Tout le secteur est abandonné jusqu’à ce jour et aucune réhabilitation n’a été entreprise.

Pour faciliter le redéploiement de l’administration publique, l’Etat ivoirien a procédé à la réhabilitation de plusieurs des structures publiques dévastées à Bouaké. Entre autres, l’INFAS (Institut national de formation des agents de santé) qui servait de « Présidence » à Guillaume Soro, le Tribunal de première instance de Bouaké, la Caserne des sapeurs-pompiers militaires, les locaux des Impôts, etc.

Malheureusement, les propriétaires privés ont été les grands oubliés dans ce sinistre. Certains ont dû vendre leurs biens immobiliers à vil prix, quand d’autres ont préféré laisser les ruines telles quelles, en entendant d'hypothétiques meilleurs jours. Ainsi donc, l’ancien état-major des ex-rebelles, un bien privé, a-t-on appris, est toujours en ruines depuis plus de 15 ans. Idem pour la Cité douanière à Dougouba. « J’ai préféré vendre mes deux villas jumelées de Air-France 3 parce que je ne pouvais plus les réhabiliter », confesse le septuagénaire T. Y. qui a soutenu n’avoir pas été dédommagé par une structure quelconque.

Pareil pour les locaux de la BCEAO qui sont toujours à l’abandon au quartier Commerce, même si un nouveau bâtiment abrite les services de cette institution ouest-africaine. A Bouaké, deuxième ville ivoirienne, les maisons abandonnées, stigmates de la rébellion, sont encore très nombreuses, près de deux décennies après.


Koffi Koffi




publicité

FIL INFO

23 septembre 2021

Enseignement supérieur : L’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa réalise 100% au CAMES

23 septembre 2021

Espace aérien fermé: l’Algérie punit encore le Maroc

23 septembre 2021

Samuel Eto'o candidat à la présidence de la Fédération camerounaise de football

23 septembre 2021

Transport urbain : La Sotra bientôt à Yamoussoukro, San Pedro et Korhogo, annonce le gouvernement

23 septembre 2021

La dette publique de la Côte-d’Ivoire en hausse de 6,6 milliards de dollars sur un an (risque modéré de surendettement)



Fanico

Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Koffi Alle 9 août 2021
Côte d’Ivoire ,indépendance et redemption
Soumarey Pierre Aly 2 août 2021
La cohésion sociale: Préoccupation politique ou demande sociale?
Koffi Alle 26 juin 2021
Stop aux détournements de deniers publics !

publicité