publicité

Economie

Sommet de Paris sur les économies africaines :le meilleur remède c’est d’abord une gouvernance vertueuse

Publié le :


J’ai appris que ceux qui sont censés nous diriger sont depuis hier à Paris pour un sommet sur le financement des économies africaines, avec pour rêve secret de voir annulées - totalement ou partiellement - les dettes contractées par nos Etats.

Et le prétexte est tout trouvé : la récession due au Covid-19, qui est né il y a seulement deux ans. Vos dettes, vous allez les régler pian. Covid ou pas Covid. Annulation pour annulation, il ne faut pas rêver. Les dettes que nous avons contractées auprès des pays nantis et des institutions financières, qu’en avons-nous fait, si n’est les utiliser pour faire des dépenses somptuaires qui ont toujours alimenté la corruption et la gabegie ?. Les aides budgétaires que nous mendions sont constituées par les économies de bas de laine des vieilles Françaises qui consentent à mettre un euro dans la corbeille.

Il faut que nous, Africains, apprenions à balayer à nos propres portes, en nous abonnant à une gouvernance vertueuse, une pratique qui n’est jusque-là pas la vertu la mieux partagée chez nous. Il y a un mois de cela, l’on faisait cas, dans la région du Centre-Nord, notamment dans la commune de Pissila, de détournement de vivres destinés aux déplacés. Parmi les cinq personnes indélicates, un responsable de l’action sociale de la mairie. Au Congo, le président Sassou, au pouvoir depuis 37 ans, vient de nommer son fils Denis Christel à un ministère taillé à sa mesure, celui de la Coopération internationale et du Partenariat public/privé. Au Mali, l’Union européenne vient de refuser son soutien à Bamako parce qu’elle aura constaté que 75% des militaires maliens touchent au billetage, l’intendance militaire, ce qui ouvre la porte à bien des malversations. Constat aura été fait que dans ce pays en proie au terrorisme, il y a 6 541 soldats fictifs avec un préjudice estimé à 70 milliards de nos francs entre 2013 et 2021.

Pour une économie qui se veut performante, quoi de plus normal que de s’endetter… à condition d’apprendre à s’en acquitter. Du reste, s’il y avait une rigueur et de la vertu dans la gestion sous nos tropiques, il y a longtemps qu’on se serait passé de l’habitude compulsive de nous endetter. Et pour une fois, je suis d’accord avec le président Patrice Talon qui dit qu’il ne veut pas d’annulation. De même que « le carême est court pour celui qui a une dette à payer à Pâques » (proverbe espagnol), il n’en demeure pas moins que « le beau moment d’une dette, c’est quand on la paie » (proverbe russe).

Issa K. Barry




publicité

FIL INFO

25 juin 2022

UFOA B U17 : Les Etalons perdent en finale face aux Golden Eagles du Nigéria (1-2)

25 juin 2022

Mali: l’armée annonce avoir “neutralisé” plus de 60 jihadistes

25 juin 2022

Coopération : L’Arabie Saoudite fait don de 50 tonnes de dattes à la Côte d’Ivoire

25 juin 2022

Côte d'Ivoire.Ce vendredi 24 juin 2022, 48 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 071 échantillons prélevés soit 4,5% de cas positifs, 49 guéris et 0 décès.

25 juin 2022

Sénégal : 25 morts dans des manifestations depuis 2010



Fanico

Danièle Boni-Claverie 11 mai 2022
Voua aviez dit « femmes toilettes » !
Mandiaye Gaye 25 janvier 2022
Cette défaite cuisante de Dakar est un sérieux avertissement à Macky Sall pour demain
Mandiaye Gaye 18 novembre 2021
L’Afrique, notamment son unité, est sacrifiée par certains de ses dirigeants.
Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

publicité