publicité

Societe

La demande d'implants fessiers a explosé aux États-Unis

Publié le :


La chirurgie esthétique et le botox connaissent un regain d'intérêt depuis la pandémie de Covid-19.

La pandémie de Covid-19 et ses conséquences n'en finissent plus de nous surprendre. On aurait pu penser que les confinements successifs, où l'on a passé une bonne partie de notre temps cloîtrés dans nos logements, auraient mis à mal notre détermination à soigner notre apparence. Il n'en est rien, du moins aux États-Unis, où beaucoup ont profité de la crise sanitaire pour revoir la forme de leurs fesses.

Bloomberg note en effet une augmentation de 22% des implants fessiers outre-Atlantique en 2020, en plus d'une hausse notable de l'utilisation du botox.


Le média américain précise également que l'utilisation d'implants est une procédure qui sert à donner un volume nettement plus important au postérieur, contrairement au lifting, qui transforme simplement un «droopy pancake butt» en un «toned pancake butt». Pour faire simple, et en faisant l'impasse sur la métaphore du pancake, on passe d'un «cul flasque» à un «cul tonique».

Comment expliquer une telle augmentation? La dermatologue Ava Shamban, interrogée par le média américain, pointe du doigt le fait que l'on reste plus longtemps chez soi, à stagner, ce qui n'est semble-t-il pas bon pour notre arrière-train. Elle ne néglige pas non plus l'influence que peut avoir un réseau social tel qu'Instagram, où les images de popotins galbés défilent à longueur de journée pour qui s'y intéresse. Ces réseaux renvoient notamment les individus à leur propre physique, en favorisant la comparaison avec les autres.

En revanche, les cheveux semblent moins intéresser nos amis américains. Les greffes de cheveux ont en effet drastiquement diminué, passant de 24.000 en 2019 à moins de 10.000 en 2020, soit une baisse de 60%.

La France craque pour la chirurgie esthétique

Si l'on peut s'interroger sur la cote de popularité croissante des implants fessiers aux États-Unis, force est de constater que dans l'Hexagone, une situation peu ou prou similaire est observée.

Le syndicat national de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (SNCPRE) en France a en effet signalé une augmentation de 20 à 30% des demandes de consultation depuis le début de la crise sanitaire.

Interrogé par France Bleu, le docteur Grangier, chirurgien plasticien à la clinique de l'océan à Quimper, attribue notamment cette hausse d'intérêt à l'omniprésence des écrans avec le télétravail. C'est un fait, nous nous regardons davantage, notamment lors des réunions en visioconférence.

Si trouver des défauts sur son visage lors des meetings en ligne est tout à fait imaginable, cela l'est cependant beaucoup moins en ce qui concerne la forme de notre fessier. Ou alors, vos visioconférences sont nettement plus originales.

Robin Tutenges




publicité

FIL INFO

20 juin 2021

Un carambolage tue 10 personnes, dont neuf enfants, en Alabama

20 juin 2021

Libye : Haftar ferme la frontière algérienne

20 juin 2021

Religion: Laurent Gbagbo devient catholique militant, le cardinal Kutwa lui confie une mission

20 juin 2021

Un haut cadre de l’État islamique au Grand Sahara tué par les forces spéciales françaises

20 juin 2021

RDC : Félix Tshisekedi séjourne de nouveau à Goma



Fanico

Michel Tagne Foko 10 juin 2021
« Claude est mort. »
Mandiaye Gaye 5 juin 2021
Une Société civile, pourquoi faire si elle n’est pas au service des déshérités?
Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !

publicité