publicité

Societe

L’Enquête du jeudi :Ya –t-il une recrudescence de la tuberculose à Abidjan ?

Publié le :

Dr Jacquemin Kouakou directeur coordonnateur du Programme National de lutte contre la tuberculose,le SIDA et le paludisme (PNLT)

Le District d’Abidjan connait-il une recrudescence de la tuberculose à travers ses différentes communes ? C’est en tout cas le sentiment qui anime à ce jour, certains abidjanais qui, n’hésitent pas à l’affirmer ici et là. Aussi bien dans les différents cercles de causeries que sur les réseaux sociaux. Qu’en est-il réellement ? A cette question essentielle, le directeur coordonnateur du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT) Dr Jacquemin Kouakou répond par la négative. « Nous affirmons qu’il n’y a pas de recrudescence de la tuberculose. Nous n’avons pas constaté une recrudescence de la tuberculose sur la base des chiffres de nos registres », rassure-t-il. Et pour étayer ses propos, il nous recommande d’approcher le service Suivi-évaluation du PNLT, pour que les chiffres nous soient communiqués. Ce que nous avons fait. Malheureusement, nous n’avons pas pu les obtenir. Car la responsable, en l’occurrence Dr Coulibaly Fatou avec qui nous avons échangé l’après-midi du mardi 4 mai à son service, n’a pu communiquer les statistiques, à cause dit –elle d’une coupure d’électricité dans leurs locaux toute la journée du mercredi 5 mai.

Toutefois, sur instruction de Dr Gbitry, responsable du CAT d’Adjamé, qui se trouve être le plus grand et le plus ancien centre, nous avons échangé l’après-midi du mardi 4 mai avec Fofana Hossane, le chef de service adjoint du laboratoire dudit Centre. Il ressort des chiffres à nous communiqués par ce dernier, que le CAT d’Adjamé a enregistré au 1er trimestre de l’année 2019, 540 cas positifs de tuberculose toutes formes confondues. Pour l’année 2020, ce sont 562 personnes qui ont été infectées par la maladie contre 538 pour l’année 2021. Notre interlocuteur indique que ce sont au total 1 653 cas positifs qui ont été recensés pour toute l’année 2019. Et 2 011 cas pour 2020.

Selon les commentaires de ce technicien biologiste, il y a fort à parier que le nombre de personnes infectées connaisse un pic. D’autant plus que leur service a reçu un appui matériel du PNLT. Qui lui a remis un appareil dénommé GeneXpert, permettant de diagnostiquer plus de malades. « Le GeneXpert est plus efficace et performant que le microscope que nous utilisions jusque-là. Ce nouvel appareil détecte des microbes que le microscope ne peut pas faire », précise Fofana Hossane. Dr Kouamé Amenan, chef du service communication du PNLT, révèle en ces termes : « La levée de certaines restrictions consécutives à l’avènement de la Covid-19 donne de voir que les CAT ont commencé à être fréquentés. Contrairement à ce que nous avons constaté au plus fort de la crise sanitaire liée à la Covid-19 ». Le directeur coordonnateur du PNLT explique que des actions sont en train d’être menées en vue de pouvoir capter tous les cas en organisant des campagnes actives de dépistage.

Contre la tuberculose et la Covid-19

Un projet de lutte collégiale contre la tuberculose et la Covid-19 a été initié. « Avec l’avènement de la Covid-19, le bailleur de Fond mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme a mis à disposition des financements pour renforcer la lutte contre la tuberculose d’une part et de l’autre contre la Covid-19. Nous avons à cet effet écrit un projet de lutte collégiale contre ces deux maladies, parce qu’elles partagent souvent les mêmes signes » , nous apprend le Dr Kouamé Amenan. Il précise que la toux est un signe clé de la tuberculose. La détresse respiratoire peut être constatée chez les tuberculeux, mais elle est plus fréquente chez les personnes infectées par la Covid-19. En tout état de cause, ajoute-t-il, il convient de savoir que la Covid-19 est aiguë, tandis que la tuberculose est chronique. « Une personne atteinte de la tuberculose peut vivre un ou deux ans sans manifester de signes de maladie. Elle peut ainsi ne pas se rende compte qu’elle fait la maladie bien qu’elle soit contaminée. Elle peut vivre longtemps avec la tuberculose, tant que son organisme ne lui cause pas de préoccupations du fait de la maladie. Par contre en ce qui concerne la Covid-19, deux semaines après la contagion, la personne infectée ressent les symptômes ».

S’agissant du projet collégial, on retient qu’il consistera à orienter dans un centre de prise en charge de la tuberculose, toute personne soupçonnée d’avoir la Covid-19, et déclarée négative après le test. Et vice versa. « C’est une lutte conjointe que nous avons élaborée. Le projet prend également en compte le VIH car un tiers des personnes qui meurent de la tuberculose, ont un lien avec le VIH. Si une personne a la tuberculose, on lui fait son test de VIH », affirme le directeur coordonnateur du PNLT.

Ces lourdeurs qui préoccupent le PNLT

Qu’est ce qui a alors fait croire qu’Abidjan serait en proie à une recrudescence. Elle pourrait s’expliquer par les nombreuses plaintes des malades, face aux difficultés qu’ils ont rencontrées à un moment donné, au niveau de l’accès aux médicaments, avec tous les commentaires qui ont suivi ce fait. C’est qu’habituellement, cela se faisait tranquillement sans tambour ni trompette. Mais, suite au désengagement du Fonds mondial de lutte contre la tuberculose, le sida et le paludisme, survenu en 2019 la lutte contre la tuberculose en Côte d’Ivoire a pris une autre allure. Le pays a été ainsi confronté à une rupture de médicaments permettant de traiter les personnes atteintes de la tuberculose. Dans le courant du premier trimestre de 2021 précisément. Une première dans l’histoire de ce pays d’Afrique de l’ouest. Cette situation, selon Dr Jacquemin Kouakou, s’explique par les lenteurs qui entourent le décaissement des fonds devant servir à l’achat des desdits médicaments. « … Avec l’Etat le processus d’achat des médicaments est long et compliqué », précise le directeur du PNLT. Il ajoute qu’une telle situation ne s’était jamais produite pendant tout le temps que le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme a financé l’achat des médicaments. Mais avec son retrait et la prise en main du dossier par l’Etat de Côte d’Ivoire, la donne a changé. « …Avec les pouvoirs publics, on n’a pas toujours la liquidité disponible dans les banques. Il faut émettre des engagements qui sont transmis au Trésor public. Qui a son tour dégage les fonds en fonction de leur disponibilité. Le Trésor remet dès que possible les moyens financiers à la Nouvelle pharmacie de la santé publique (NPSP). Qui à son tour passe les commandes. Le processus d’achat est long et compliqué », précise Dr Jacquemin Kouakou. Qui s’empresse de signaler par la suite qu’avec « le Fond mondial…, le processus d’achat des médicaments était plus rapide parce que l’argent était disponible dans des comptes à tout moment ».

De l’avis du directeur coordonnateur du PNLT, il est important de relever que la rupture du mois de février n’a pas été générale. Elle n’a concerné que 2 Centres antituberculeux (CAT) sur les 6 que compte le district d’Abidjan. De même que quelques CAT de l’intérieur du pays. Bien que le nombre des CAT impactés par cette rupture soit minime, il n’en demeure pas moins qu’il s’en est fallu de peu, pour que tous ces centres tombent en rupture.

En outre, il convient de signaler que l’achat des médicaments des malades de la tuberculose, n’a pas échappé aux effets collatéraux de la Covid-19. Lesquels effets se sont traduits par une majoration des frais de transport des médicaments en provenance de l’Europe. Ces frais sont passés du simple au double. Comme si cela ne suffisait pas, il a fallu aussi s’accommoder des délais de livraison, qui se sont rallongés entre temps. Au moins 8 mois avant de se voir livrer des médicaments pour lesquels l’argent a été versé.

Sur la base des remarques susmentionnées, Dr Jacquemin Kouakou propose pour mettre les malades à l’abri de toute rupture, d’anticiper sur l’achat des médicaments. C’est-à-dire les payer avant épuisement total des stocks disponibles. « Il faut commander les médicaments très tôt pour donner le temps aux fournisseurs de les fabriquer, d’organiser le transport, qui du fait de la Covid-19 est devenu un peu difficile ».

Suite à cette rupture, la Côte d’Ivoires a passé et reçu une commande qui couvrira 7 mois de traitement des malades. Elle a également passé une autre commande qui sera livrée dans le courant du mois de juin. Cette autre commande équivaut aussi à 7 mois de traitement. La question de la commande des médicaments est de toute évidence liée au nombre de personnes infectées


Jeremy Junior





publicité

FIL INFO

20 juin 2021

Un carambolage tue 10 personnes, dont neuf enfants, en Alabama

20 juin 2021

Libye : Haftar ferme la frontière algérienne

20 juin 2021

Religion: Laurent Gbagbo devient catholique militant, le cardinal Kutwa lui confie une mission

20 juin 2021

Un haut cadre de l’État islamique au Grand Sahara tué par les forces spéciales françaises

20 juin 2021

RDC : Félix Tshisekedi séjourne de nouveau à Goma



Fanico

Michel Tagne Foko 10 juin 2021
« Claude est mort. »
Mandiaye Gaye 5 juin 2021
Une Société civile, pourquoi faire si elle n’est pas au service des déshérités?
Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !

publicité