publicité

Societe

Histoire de la fête du travail

Publié le :

La fête du travail est un jour spécial, elle est célébrée dans de nombreux pays et c’est souvent un jour chômé. Mais à qui, à quoi doit-on ce jour férié de nos jours ?

Il n’y a pas si longtemps, les hommes, femmes et enfants travaillaient dans des conditions pénibles plus de 12h par jour, aucun jour de repos, et même sans aucune assistance en cas d’accident du travail. C’est la famille de la personne blessée qui prenait soin d’elle à ses frais, en plus de leur travail bien évidemment. Ce n’est qu’en 1841 après plusieurs révoltes, notamment en 1834 à Lyon, que le travail commence à être légalement encadré.

En 1841, le législateur interdit l’emploi des enfants de moins de 8 ans, et une durée maximum de travail par jour selon l’âge de l’enfant (8h pour les 8-12 ans, 12h jusqu’à 16 ans). Le travail de nuit est désormais interdit pour les moins de 13 ans, pour les entreprises de plus de 20 employés/ouvriers. Mais la réglementation n’est que peu appliquée puisque les contrôles sont rares.

En 1848, un soulèvement ouvrier éclate contre les conditions de travail. En effet, l’industrialisation engendre des pertes d’emploi. A cette époque, sans emploi signifie aucun salaire, aucune indemnité n’est versée pour le licenciement, encore moins pour l’absence d’emploi.

Le 28 février 1848, la Seconde République créée la commission pour les travailleurs qui instaure les 10 heures de travail par jour à Paris et 11 heures à la campagne. Des ateliers nationaux sont également mis en place pour créer de l’emploi. Malheureusement, la bourgeoisie s’en mêle et, en juin 1848, fait suspendre les projets de février 1848.

En 1852, Napoléon III prend la tête du pouvoir et cherche l’appui des ouvriers. Cette année-là (non non Cloclo n’était pas déjà là

), en septembre 1852, à Londres, se crée l’association internationale des travailleurs. Elle permet l’ouverture de la coordination des mouvements ouvriers à l’échelle de l’Europe. Napoléon III met en place une réforme, en 1864, autorisant la coalition des ouvriers. Il faudra attendre 1884 et la loi Waldeck-Rousseau pour que la création des organisations ouvrières puissent être créées et ainsi former les syndicats.

Le 1er mai 1886, premier jour de l’année comptable des entreprises américaines, 200 000 travailleurs américains obtiennent le droit à la journée de travail de 8 heures réclamés depuis 1884. Cependant tous n’ont pas eu satisfaction. Des grèves débutent et de violents affrontements éclatent. L’idée d’une journée de revendication fait son chemin en Europe.

En France, c’est sous l’impulsion de Jules Guesde, alors journaliste et dirigeant du Parti Ouvrier, et de Raymond Lavigne, militant politique, que, le 20 juillet 1889, naît l’idée que chaque 1er mai devienne une journée de manifestation. Jules Guesde lui donne même le nom de « fêtes du travail« . Ainsi, le 1er mai 1890, en France, les ouvriers défilent et réclament la journée de 8 heures.

En 1891, Paul Lafargue, alors député du Nord, appelle à la grève pour revendiquer une hausse des salaires et toujours des journées de 8 heures. Le 1er mai 1891, des émeutes éclatent à Fourmies dans le Nord, faisant 9 morts dont 2 enfants et 35 blessés. Paul Lafargue est tenu responsable et emprisonné.

C’est donc dans ce contexte de conditions de travail bien difficiles et de lutte sociale, que nait la fête du travail en France.

Il faut attendre le régime de Vichy pour, qu’à partir du 1er mai 1942, ce jour soit chômé sans diminution de salaire. Il faut attendre le 26 avril 1946 pour que le 1er mai ne soit plus un jour de grève. Il n’y a plus de journée dédiée aux grèves et manifestations, elles ont lieu toute l’année à n’importe quel moment.

De nos jours, nos conditions de travail ont bien changé, il n’est plus question de travailler 7 jours sur 7 et de 12 à 16h par jour, sans indemnités, assurances … Nous pouvons donc remercier nos ancêtres de leur lutte.

Le 1er mai est désormais, en France comme dans beaucoup de pays (Belgique, Allemagne …), un jour férié chômé pour la majorité de la population. 

Heredis



publicité

FIL INFO

12 mai 2021

Tanitoluwa Adewumi : le nigérian de 10 ans devient « maître national » des échecs aux USA

12 mai 2021

Côte d’Ivoire.Ce mardi 11 mai 2021, 41 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 884 échantillons prélevés soit 2,2 % de cas positifs, 36 guéris et 1 décès.

12 mai 2021

Casamance : les militaires démentent avoir eu un accrochage avec des individus armés

12 mai 2021

Côte d’Ivoire : La communauté musulmane célèbre la fête du Ramadan, ce mercredi 12 mai 2021

12 mai 2021

Kalemie : au moins 10 morts dans l’attaque de deux villages de Nyunzu par les Twa



Fanico

Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !
Mandiaye Gaye 31 janvier 2021
Au Sénégal, l’insécurité, comme la corruption, règne partout et dans tous les domaines d’activité
Eugene Nyambal 28 janvier 2021
Réguler les médias sociaux pour une croissance plus inclusive

publicité