publicité

Internationale

Polémique autour du taux de participation : au-delà de la guerre des chiffres, la crédibilité du scrutin

Publié le :

A l’instar de toutes les élections organisées au Bénin depuis l’ère de la rupture, la présidentielle du 11 avril 2021 n’a pas échappé au débat crucial et même pamphlétaire sur le taux de participation. Alors que la société civile à travers la plateforme électorale avait annoncé un taux de 26,47%, la Cena, institution chargée de l’organisation du scrutin publie un autre taux de 50,17%. De cette guerre de chiffres entre institutions, il y a nécessité d’un vrai débat : celui sur la crédibilité même du scrutin.

En dehors de son caractère exclusif, l’autre question qui a cristallisé les débats sur l’élection présidentielle du 11 avril dernier est le taux de participation. Le chef de l’Etat qui a battu campagne presque sans la moindre contradiction en a fait une préoccupation personnelle. Partout où il est passé, il a invité les populations à aller voter, assurant qu’il avait dejà son K.O-victoire au premier tour– en poche et que ce qui le préoccupait c’est le taux de participation. Dans un tel contexte, le taux de participation apparaît visiblement comme le gadget pour crédibiliser une élection qui a perdu son charme de compétition mais aussi son caractère libre et démocratique. En dehors du discours présidentiel, barons et griots prébendés de la rupture ont claironné jour et nuit sur le taux de participation en faisant du vote un devoir civique auquel le citoyen ne saurait se dérober.


Le jour du scrutin, crieurs publics et agents politiques munis de mégaphone ont sillonné des hameaux et des quartiers de ville pour leur demander de sortir pour aller voter. Mais malgré tout cela, les électeurs se sont fait désirer. Le jour du scrutin, peu d’engouement du côté des électeurs. Les médias, nationaux comme internationaux, et même des citoyens curieux ont constaté partout des centres de vote désertiques avec des électeurs qui venaient au compte gouttes. Le reportage d’un média en ligne a même montré un ministre votant dans un centre de vote où le seul votant n’est que lui-même. Mais la grande surprise du jour, c’est qu’à l’heure des dépouillements, les taux de participation ont été bizarrement plus élevés que ce qu’on pouvait espérer.


Un devoir de vérité pour la plate forme

En dehors du taux de participation peu soutenu de 5% avancé par quelques Béninois de la Diaspora et vite abandonné, deux chiffres ont retenu les attentions. Il s’agit de celui donné par la plateforme électorale mise en place par les organisations de la société civile et celui de la Commission électorale nationale et autonome(Cena), institution chargée de l’organisation du scrutin. Faut-il le rappeler, l’organisation de cette élection a été une épreuve de nerfs pour les cinq commissaires qui ont été appuyés par l’armée et l’Etat dans certaines régions du Bénin pour déployer le matériel électoral et organiser le scrutin. Au plan matériel et technique, l’organisation a été très laborieuse pour la Cena à cause des violences dans plusieurs communes et de l’impossibilité aux agents de s’y rendre. Cette situation explique-t-elle les difficultés apparentes de l’institution dans le traitement des chiffres ? En effet, si le délai de livraison des chiffres n’a pas posé de problème, la crédibilité de la Cena a été fortement mise en doute sur les statistiques et le taux de participation rendus publics. Beaucoup ont douté du taux de 50,17% donné au regard du peu de mobilisation des électeurs observée sur le terrain par tous les Béninois et relayé par des médias.


Ce taux de participation a paru un peu forcé d’autant plus que la veille de sa publication, la plateforme électorale a publié le sien qui est de 26,47%. On note un écart de 23,70% qui a surpris plus d’un. Et pour cause, depuis 2016, la même plateforme a déployé des milliers d’agents sur le terrain et a publié pour toutes les élections des taux de participation raisonnable, scientifiquement démontrable et souvent proche de celui publié par la même Cena pour les élections antérieures. Pour la présidentielle de 2016(1er et 2è tour), les législatives de 2019 et les communales de 2020, les taux de participation donnés par la plateforme ont différencié de ceux de la Cena dans une marge de 3% au plus (voir Tableau au bas de l’article). La plateforme a donc acquis une petite expérience en la matière et travaille avec des spécialistes qui font un travail professionnel crédible. Il est bien curieux que pour cette fois-ci, l’écart entre le taux de la plate forme et celui de la Cena soit de 23,70%. Cet écart fait 1.150.125 électeurs environ. Ce nombre est trop important, trop gros pour faire l’objet d’une erreur par la Cena ou la plateforme.

 Marcel ZOUMENOU





publicité

FIL INFO

10 mai 2021

Législatives partielles Séguéla: Le suppléant d’Hamed Bakayoko se retire pour le frère aîné, Zoumana Bakayoko

9 mai 2021

Côte d'Ivoire.Ce samedi 8 mai 2021, 41 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 980 échantillons prélevés soit 2,1 % de cas positifs, 21 guéris et 0 décès.

9 mai 2021

Mali.Violence en milieu universitaire : des étudiants du campus de l’IPR/IFRA de Katibougou expulsés

9 mai 2021

Emploi des jeunes: Macky demande le lancement des premiers recrutements dès la semaine prochaine

9 mai 2021

Attaque contre l’agent collecteur de Lonaci à Vridi-Zimbabwe: Les auteurs dans les filets de la police criminelle



Fanico

Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !
Mandiaye Gaye 31 janvier 2021
Au Sénégal, l’insécurité, comme la corruption, règne partout et dans tous les domaines d’activité
Eugene Nyambal 28 janvier 2021
Réguler les médias sociaux pour une croissance plus inclusive

publicité