publicité

Politique

Suite à un mot d’ordre de grève de la Fesci:Les écoles primaires et secondaires publiques paralysées hier à Abidjan

Publié le :

Les cours ont été arrêtés dans plusieurs établissements secondaires et primaires de la commune d’Abobo, la matinée du lundi 19 octobre 2020.

Vers 9 heures 30 minutes, nous avons aperçu plusieurs élèves du collège EPD d’Abobo Akeikoi revenir de l’école eu grand nombre. Renseignements pris, ces écoliers ont fait savoir que des membres de la Fesci sont allés demander aux responsables de leur école de les renvoyer à la maison. Approché, le directeur de l’établissement répondant au nom de Koné Kikoun a confirmé les affirmations émanant des élèves. « Des jeunes revendiquant être de la Fesci sont venus ce matin devant le portail et ont commencé à scander libérez, libérez. Pour éviter des blessés, nous avons simplement demandé aux élèves de rentrer chez eux », dira le directeur de EPD.

Le directeur des études du collège le Destin, situé dans le même quartier de cette commune populeuse du district d’Abidjan, ne dira pas autre chose. Mambo Rodrigue, que nous avons joint au téléphone, confirme que ce sont des membres de la Fecsi qui ont demandé que les élèves retournent chez eux. Ce explique que l’arrêt des cours n’est pas imputable aux responsables de l’école, mais plutôt aux membres de la Fesci, suite à un mot d’ordre.

S’agissant du motif du mouvement, le directeur de l’IEGS As Pouchkine, établissement voisin du collège EPD, en l’occurrence Atsin Abia indique que la Fesci leur avait adressé un courrier le 29 septembre 2020, annonçant qu’ils organiseraient des manifestations en vue de protester contre les frais annexes d’inscription dans les écoles, jugés élevés. Il continue pour dire que les manifestants avaient pris le soin d’appeler, avant de venir. Du coup, suite à leur arrivée, il dit avoir immédiatement fait libérer les élèves et les professeurs. Afin d’éviter d’’éventuels désagréments. Atsin Abia soutient avoir agi promptement de la sorte, car il indique qu’entre 2015 et 2017, certains de ses professeurs avaient été blessés suite à un mouvement de la même organisation. Il tient à souligner que même si les cours sont arrêtés, l’administration continue de vaquer à ses occupations.

En outre, cet arrêt des cours selon les informations données à ces différents responsables d’écoles, va s’étendre sur 72 heures. « Les fescsites ont dit qu’ils nous appelleraient pour la reprise des cours, si d’aventure ils ont gain de cause auprès de la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle. Sinon, ils appelleraient pour dire que le mouvement est reconduit », tient à préciser le directeur de l’IEGS As Pouchkine.

Au groupe scolaire Akeikoi municipalité où nous avons fait un tour sur le coup de 11 heures, nous avons trouvé l’école déserte. Hormis les enseignants. Mme la directrice de EPP Municipalité 1 échangeait avec des enseignants et le président du Coges. Elle dira que la Fesci n’est pas allée déloger les élèves, mais ce sont les parents qui sont venus chercher leurs enfants, eu égard aux échos qui leurs sont parvenus au sujet du mouvement de la Fesci. Elle a dit qu’elle était sur le point d’établir un rapport pour informer la Dren de ce qui s’est passé.

Toutefois, en fin d’après- midi, un communiqué du bureau national de la Fesci, est venu annoncer la suspension du mot d’ordre de grève, pour privilégier les négociations, avec les autorités en vue de trouver une solution à leurs revendications. La Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire, déplore le fait suivant, constaté sur le terrain dans la journée d’hier : « …des personnes nous attribuent à tort des violences observées ce jour, dans l’intention de salir notre noble lutte, qui est de faire barrage à l’anarque liées au Coges ». La suspension de cette grève, fait donc place à la reprise des cours dans tous les établissements.


Jeremy Junior




publicité

FIL INFO

1 décembre 2020

Le RHDP vise une « majorité confortable » à l’Assemblée pour soutenir Ouattara

1 décembre 2020

Cameroun - Insécurité: Un conducteur de camion abattu par des combattants de Boko Haram à l’Extrême-Nord

1 décembre 2020

Université Houphouët-Boigny: Du matériel médical et non médical pour l’Ufr sciences médicales

1 décembre 2020

Mali : Des attaques coordonnées ce lundi contre les camps des forces maliennes et étrangères

1 décembre 2020

Ecobank Côte d’Ivoire : Michel Aka-Anghui, nouveau président du Conseil d’Administration



Fanico

Yao Noël 16 novembre 2020
Le Forum des Houphouetistes appelle tous les acteurs politiques à l’apaisement
Koné Seydou 14 novembre 2020
Côte d’Ivoire : la mauvaise lecture politique des médias occidentaux
AKO Essan Emile 5 novembre 2020
Et si Houphouët-Boigny n’était pas l’homme de paix que l’on a voulu nous faire croire ?
Mandiaye Gaye 4 novembre 2020
Idrissa Seck, en désespoir de cause, jette honteuse l’éponge !

publicité