publicité

Politique

Distribution des cartes d’électeurs à Abidjan : Des problèmes signalés à Abobo et Anyama

Publié le :

L’opération de distribution des cartes d’électeurs pour la présidentielle d’octobre 2020, qui a démarré le mercredi 14 octobre, est confrontée à des difficultés dans des bureaux de vote des communes d’Anyama et d’Abobo.

A, Anyama ce jeudi 15 octobre 2020 sous le coup de 12 heures 38 minutes, Togola Bakari, l’un des agents en service au bureau de vote de l’école primaire Anyama nord, a indiqué que la principale difficulté est liée au fait que les cartes ne sont pas imprimées en ordre alphabétique. Du coup, il se voit son collègue et lui obligés de fouiller toute la liste des 2007 cartes, qu’ils ont reçue pour en retrouver certaines. Une démarche qu’il juge fastidieuse. Aussi cette situation selon les affirmations de Bakari occasionne plusieurs plaintes. D’ailleurs l’un des électeurs venus retirer sa carte le mercredi, ne l’a pas eu le même jour. Après une recherche minutieuse, celle-ci a été retrouvée et lui a été remise la matinée du jeudi 15 octobre.

Face à ces plaintes, Bakari invite les concernés à repasser ultérieurement. Le temps de chercher et retrouver la pièce en question. Depuis le démarrage de l’opération, les deux agents disent s’en sortir tout de même à bon compte. Puisque qu’au moment de notre passage, au bout de 2 jours d’activités, seules 3 personnes n’avaient pas reçu leurs cartes. Sur les 2007 cartes du bureau de vote, à l’heure de notre passage, 270 d’entre elles avaient été remises à leurs propriétaires.

Des soucis avec des femmes mariées, qui ont été enrôlés avec leur identité de jeunes filles ont été également exposés. Traoré Fidèle, agent au bureau du Groupe scolaire la Paix 2, situé en face de la mairie et ses confrères Bamba et Karidiatou Sylla du centre Epp Plateau, disent avoir été amenés à faire plusieurs recherches pour retrouver les cartes de ces dernières. A cause du fait que certaines ont été inscrites avec le nom de leur conjoint, et d’autres avec leur nom de jeunes filles. C’est alors des fouilles qu’il revient à ces agents d’effectuer pour retrouver les cartes des personnes concernées.

Il arrive même selon Karidiatou Sylla, que des noms se retrouvent sur des listes sur lesquelles ils ne devraient pas figurer. Dans la même veine, des inversions de noms ont été signalés par Boua Victor du centre Epv catholique. Il y a aussi de rares cas d’omission de noms sur les listes. C’est le cas d’un requérant rencontré l’après-midi du jeudi 15 octobre à l’Epp Akeikoi 1, 2, et 3. A notre arrivée, les 2 agents du centre munis de sa carte nationale d’identité, étaient en train de chercher son nom sur les différentes listes. Leurs efforts se sont soldés par un échec. Puisqu’ils n’ont pas retrouvé son nom, de même que celui de son épouse. C’est donc avec l’âme en peine, que l’infortuné a quitté les lieux. Il a indiqué par la suite au cours d’une brève conversation qu’il a été enrôlé au domicile du chef de village. Les agents enrôleurs lui ont indiqué à l’époque que c’est à l’Epp Akeikoi 1, 2, et 3 qu’il prendrait sa carte pour le vote. Dans la même veine, Traoré Fidèle du Groupe scolaire la Paix 2, nous apprend que les cartes de 2 nouveaux majeurs n’ont pas été retrouvées.

La question du délai de délivrance des cartes d’électeurs fait partie des préoccupations évoquées. Si l’on s’en tient aux déclarations de Kouamé Kouakou Constant au centre de l’Epp Akeikoi 1, 2, 3, l’opération pourrait connaitre un retard dans son centre situé à Akeikoi-village. Cet état de fait s’expliquerait pour lui par un déficit de communication. « Ce n’est pas encore le grand engouement. Le centre est situé dans un village. Je ne sais pas si nous pourrons arriver à écouler les 2000 et quelques cartes qui nous sommes censés distribuer. Les habitants du village trainent les pas pour le retrait de leurs cartes ».

A un degré moindre, Karidiatou Sylla du centre Epp Plateau, pose le même problème. Elle révèle que des personnes viennent en pensant qu’il s’agit de la remise des cartes nationales d’’identité (Cni). Son collègue et elle, leur expliquent calmement, qu’il s’agit de la remise des cartes d’électeurs.

Jeremy Junior





publicité

FIL INFO

23 octobre 2020

Nigeria. Une prison incendiée à Lagos, la ville toujours sous couvre-feu

23 octobre 2020

Côte d’Ivoire :Ce jeudi 22 octobre 2020, 27 nouveaux cas de Covid-19 sur 1665 échantillons prélevés soit 1,6 % de cas positifs, 18 guéris et 0 décès.

23 octobre 2020

Présidentielle 2020 au Burkina : Le Conseil constitutionnel valide 13 candidatures

23 octobre 2020

Nord-Kivu : 25 présumés criminels arrêtés par l’armée à Goma

23 octobre 2020

Côte d’Ivoire/Dabou: « La ville est sécurisée » selon le commandant supérieur de la gendarmerie



Fanico

Marie Paule Ackah 12 octobre 2020
Côte d’Ivoire :Qui est donc Marcel Amon Tanoh ?
Pierre Soumarey 22 septembre 2020
Lorsque l’ambition rend “fou “ et méprise le peuple
Robert-Patrice Zouhou 21 septembre 2020
Mon rêve pour une Côte d’Ivoire réconciliée
Dr. Issa Sangare Yeresso 15 septembre 2020
La politique : Quel sport Machiavélique ?

publicité