publicité

Societe

Côte d’Ivoire :Sans visite d’Etat, 37 ans après, Diabo bénéficie de rues bitumée

Publié le :

La ville de Diabo bénéficie depuis quelques semaines de travaux de bitumage de sa voirie, sans que cela ne soit dans le cadre d’une visite d’Etat

Sans tambour ni trompette, le gouvernement, sous l’impulsion du Président Alassane Ouattara travaille pour tous les ivoiriens, sans distinction aucune. Même sans une visite d’Etat, et du fait d’une planification efficiente, le développement touche désormais toutes les contrées du pays. Ce n’est pas la population de Diabo, qui dira le contraire. Dans ses rêves les plus fous, cette localité acquise de longue date au PDCI-RDA, ne pouvait rêver avoir des rues bitumées. Si Houphouët-Boigny a érigé Diabo en chef-lieu de sous-préfecture, de par sa relation avec feu Amani Doha, secrétaire de section du PDCI-RDA de longues années durant, son successeur, ami intime à Yébouet Lazare a bien bénéficié des voix du peuple Gblo en 1995. Mais, contrairement au père fondateur, Diabo n’a pas été dans sa programmation. Le bonheur pour tous est resté un slogan.

Il faut rappeler qu’en 1983, Diabo a abrité la base logistique de Sonitra, pour les travaux de bitumage de l’axe Bouaké-Botro, passant par Diabo. Mais, aucun millimètre de rue ne fut bitumé.

37 ans plus tard, sans que l’on ne s’y attende, Alassane Ouattara a accepté les travaux en cours dans la ville. Comme partout où il passe semer le développement, le Chef de l’Etat, a décidé de changer le visage de Diabo. 2.5 Km de voirie seront ainsi bitumée.

Les travaux vont bon train à la grande joie de la population qui n’en revient toujours pas. Même les militants du PDCI-RDA, dont la haine pour Alassane Ouattara est comme du sable sur une route non bitumée, en perdent leur latin.

Les travaux se déroulent sur l’axe carrefour Sinzèkro-mairie-marché avant de gagner l’intérieur de la ville.

A peine arrivé en remplacement de Firmin Kouakou, parti à Bangolo, le sous-préfet Yapi Yapi ne peut qu’être qu’heureux. « Tout le monde est heureux parce que Diabo a été érigé en sous-préfecture depuis 1961 et le développement n'a pas suivi et c'est 2020 que la ville de Diabo a eu son premier bitume. Il faut comprendre cette joie immense des populations. Dans le programme de développement du gouvernement, le président Alassane Ouattara a bien voulu associer la ville de Diabo à l'émergence. On dit souvent que la route précède le développement et aujourd'hui nous constatons tout cela ici à Diabo. Depuis que les travaux ont commencé, Diabo commence à avoir un nouveau visage. Depuis 1961, le développement au niveau des infrastructures, de l'administration et même des logements n'ont pas suivi. La plupart des fonctionnaires de Diabo n'habitent pas la ville faute de logement », regrette le « commandant » Yapi.

Lui-même n’a pas de logement de fonction. La résidence, rénovée en juillet 2013 à hauteur de 54% n’a jamais été achevée. Tout est tombé en ruine.

Le chef de canton Nanan Kouassi Battey Yao Thomas estime que « c’est un pas de géant que fait Diabo avec ce bitumage des rues ». « Je voudrais d'abord dire un grand merci au président de la République et à son gouvernement pour cet acte généreux. Avoir du bitume dans la ville comme la nôtre, c'est un pas de géant vers le développement. Le président nous a offert 2,5 km de bitume. »

« La joie a été très grande pour la population. Le peuple est toujours reconnaissant au président de la République pour toutes ces réalisations. Je voudrais encore plaider auprès du président Alassane Ouattara pour la clôture du lycée et celle du centre de santé de Diabo et surtout la rénovation de la résidence du sous-préfet qui depuis la crise de 2002 est tombée en ruine » plaide-t-il.

Konan Adjoua, vendeuse d'igname au marché reconnaît être « très heureuse pour le goudron » car selon elle « Notre rêve est devenu réalité grâce au président Alassane Ouattara. Nous lui disons merci pour tout. »

Yao François à l’instar des autres personnes interrogées par lebanco.net, n’a pas dit autre chose. « C’est une joie immense qui m'anime. Ne dit-on que la route précède le développement ? Je pense que les autres suivront pour le bonheur des populations de Diabo en particulier la jeunesse qui est en quête d'emploi » espère-t-il.

Même le bureau, vétuste du sous-préfet a besoin d’être libéré. Un bâtiment a été construit par feu le sous-préfet Vréhourou Ibo Pascal. Seulement, les travaux n’ont jamais pu s’achever. Plus grand et plus majestueux, pour l’heure, ce chantier ne figure pas à l’agenda des fils et filles de Diabo, plus préoccupés par le retour au pouvoir d’un candidat et d’un parti politique.

La population, qui juge au concret, ne prête plus le flanc à la démagogie et salue les réalisations du Président Alassane Ouattara, à sa juste portée. Car, la vérité est bien belle quand elle est nue. Alassane Ouattara est un bâtisseur à l’image de son référent politique, feu Félix Houphouët-Boigny.

Adam’s Régis Souaga




publicité

FIL INFO

30 septembre 2020

Election présidentielle ivoirienne: International crisis group appelle à un le report

30 septembre 2020

Côte-d’Ivoire: Alioune Ciss nommé nouveau CEO de Webb Fontaine

30 septembre 2020

L’Allemagne renforce la lutte contre le coronavirus pour éviter un reconfinement

30 septembre 2020

Au Sénégal, les paysans aussi veulent habiter Akon City la ville du futur

30 septembre 2020

Présidentielle du 31 octobre 2020: Le porte-parole du gouvernement rassure que le délai sera tenu



Fanico

Pierre Soumarey 22 septembre 2020
Lorsque l’ambition rend “fou “ et méprise le peuple
Robert-Patrice Zouhou 21 septembre 2020
Mon rêve pour une Côte d’Ivoire réconciliée
Dr. Issa Sangare Yeresso 15 septembre 2020
La politique : Quel sport Machiavélique ?
Adi Isac 4 septembre 2020
Hélas la Côte d’Ivoire ne vaincra pas une fois de plus son "signe indien

publicité