publicité

Internationale

Gabon : Attendue sur sa stratégie de la Covid- 19 :Rose Christiane Ossouka Raponda a opté pour le statu quo

Publié le :

Pour l’heure, Rose Christiane Ossouka Raponda a opté pour le surplace. Même si elle a motivé sa décision par la nécessité de «maîtriser le risque sanitaire», la Première ministre a simplement repris la novlangue en vigueur depuis six mois maintenant.

Le passage de Rose Christiane Ossouka Raponda devant l’Assemblée nationale restera une simple péripétie, une actualité mineure sans impact aucun. Attendue sur sa stratégie de sortie de la crise engendrée par une gestion chaotique de la covid-19, la Première ministre a opté pour le statu quo, chaussant les bottes de son prédécesseur. N’ayant nullement tenu compte de l’évolution de la crise sanitaire, elle a opté pour le maintien d’un climat d’exception. Pour de nombreuses semaines encore, les Gabonais devront se soumettre à une limitation de leur liberté d’aller et venir. Ils devront tout autant composer avec un inexplicable couvre-feu de 20h à 5h du matin. Au moins jusqu’à la fin de ce mois de septembre, les lieux de culte et de divertissement resteront fermés. Au grand dam des forces sociales, des entreprises et même des populations, la vie politique, économique et sociale restera atone.

Desseins inavoués

Même si elle a motivé sa décision par la nécessité de «maîtriser le risque sanitaire», la Première ministre a simplement repris la novlangue en vigueur depuis six mois maintenant. Concrètement, elle a inscrit l’action de son gouvernement dans la «surveillance active de la pandémie, (l’encouragement des) opérations de dépistage volontaire, (la prise) en charge (des) cas positifs (et), (la protection des) personnels soignants.» Tout en vantant le triptyque «dépister-isoler-traiter», elle a plaidé pour le maintien des «mesures barrières.» A tout point de vue, son discours avait des airs de déjà entendu. Rappelant furieusement celui de son prédécesseur, il n’a nullement tenu compte de la tendance baissière, ramant à contre-courant de la réalité.

Certes, Rose Christiane Ossouka Raponda a reconnu la nécessité pour notre pays d’«apprendre à vivre avec ce virus.» Certes, elle a dit vouloir redonner aux populations «le droit à la vie et le droit au progrès.» Mais son propos a manqué de réalisme, de prospective et surtout de courage. Comme si le gouvernement lui-même n’avait pas annoncé des «chiffres de guérison supérieurs aux cas actifs», comme s’il n’a jamais conclu à une «situation sous contrôle», elle a maintenu le couvre-feu. Faisant mine ne pas avoir entendu parler des manifestations populaires organisées par certains membres de son gouvernement, elle a reconduit l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes. Comme si l’application différenciée de la loi était devenue la norme, elle a refusé de tirer les conséquences de l’attitude de ses collègues. Au final, elle a laissé le sentiment de servir des «desseins inavoués», selon la formule du député Jean-Robert Goulongana.

Surplace

Contrairement aux insinuations de la cheffe du gouvernement, personne n’a jamais interprété «le déconfinement progressif» comme «la fin de la pandémie.» Comme elle, les Gabonais veulent juste «repartir de l’avant.» La «période de sidération» étant passée, ils entendent recouvrer leurs droits civils et politiques. A l’instar des membres du gouvernement, ils veulent jouir de leur droit d’aller et venir ou de leur liberté de réunion. Face au «ralentissement de l’activité économique», ils envisagent se retrousser les manches pour mieux se prendre en charge. Comment «saisir chaque opportunité (…) offerte par la reprise des activités de par le monde» quand des secteurs comme le tourisme ou les loisirs sont bridés ? Comment «débrider l’action d’investissement» quand la vie politique et sociale est chargée d’incertitudes ? Comment «raviver (…) le rêve et l’espoir» quand les libertés individuelles sont restreintes voire confisquées ? Autant de questions demeurées sans réponse. Or, si elle les avait traitées avec une froideur technocratique, la Première ministre serait parvenue à d’autres conclusions. Son propos aurait certainement gagné en profondeur. Il aurait peut-être ouvert d’autres perspectives.

Pour l’heure, Rose Christiane Ossouka Raponda a opté pour le surplace. A-t-elle cédé aux pressions politiciennes ? Certains l’affirment. A-t-elle privilégié les intérêts partisans ? Beaucoup le pensent. Son action les fera-t-elle mentir ? On demande à voir. Arrivera-t-elle à rétablir la confiance ? On peut nourrir quelques doutes. Réussira-t-elle à mettre en mouvement le corps social ? Rien n’est moins sûr. Déjà, ses débuts sont parasités par deux polémiques d’importance : le non-respect des mesures de lutte contre la Covid-19 par certains ministres et, la violation de l’article 28a de la Constitution. Au vu de tout cela, le soutien de son camp, comme le dernier gymkhana juridique de la Cour constitutionnelle, relève de ces connivences institutionnelles mille fois dénoncées. Un air de déjà-vu…

Roxanne Bouenguidi






publicité

FIL INFO

10 mai 2021

Législatives partielles Séguéla: Le suppléant d’Hamed Bakayoko se retire pour le frère aîné, Zoumana Bakayoko

9 mai 2021

Côte d'Ivoire.Ce samedi 8 mai 2021, 41 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 980 échantillons prélevés soit 2,1 % de cas positifs, 21 guéris et 0 décès.

9 mai 2021

Mali.Violence en milieu universitaire : des étudiants du campus de l’IPR/IFRA de Katibougou expulsés

9 mai 2021

Emploi des jeunes: Macky demande le lancement des premiers recrutements dès la semaine prochaine

9 mai 2021

Attaque contre l’agent collecteur de Lonaci à Vridi-Zimbabwe: Les auteurs dans les filets de la police criminelle



Fanico

Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !
Mandiaye Gaye 31 janvier 2021
Au Sénégal, l’insécurité, comme la corruption, règne partout et dans tous les domaines d’activité
Eugene Nyambal 28 janvier 2021
Réguler les médias sociaux pour une croissance plus inclusive

publicité