publicité

Politique

En Guinée, l'opposant Cellou Dalein Diallo candidat à l'élection présidentielle…

Publié le :

Alors qu'il avait boycotté les élections législatives controversées du 22 mars dernier, l'opposant guinéen Cellou Dalein Diallo a décidé de se porter candidat à l'élection présidentielle prévue le 18 octobre en Guinée. Il défendra les couleurs de l'union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d'opposition, qui l'a investi ce dimanche 6 septembre 2020, candidat.

L'ancien premier ministre (67 ans) va, à nouveau, se mesurer dans les urnes à Alpha Condé (82 ans) qui rempile pour un troisième mandat, malgré une vive contestation dans le pays qui a fait une centaine de morts. Après des semaines d'hésitations mêlées de tractations très âpres, Cellou Dalein Diallo, va à nouveau aller à la conquête des suffrages des guinéens pour espérer être porté à la tête de la magistrature suprême du pays. Après deux échecs, l'opposant caresse l'espoir d'obtenir sa revanche sur Alpha Condé. La tâche relève d'une gageure. Car les obstacles qui se dressent devant lui sont nombreux. Impréparation, fichier électoral controversé, manque de soutien de taille. Le leader de l'UFDG en a lui-même conscience.

"Avec une Constitution falsifiée, dont l’application est partiellement suspendue, un Fichier électoral tronqué et taillé sur mesure, une CENI et une Cour constitutionnelle totalement inféodées à Alpha Condé, la tâche sera ardue. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut céder aux forces de l’abandon", a-t-il déclaré.

En amont sa formation politique, l'UFDG, a mené des consultations au niveau de la base pour arriver à cette décision, très controversée de participer à l'élection présidentielle. Sa candidature ne fait pas du tout l'unanimité au sein du FNDC, la coalition d'opposants qui lutte contre le troisième mandat d'Alpha Condé. Membre important de cette coalition hétéroclite, Cellou Dalein Diallo fait objet de nombreuses critiques. Ses détracteurs l'accusent d'avoir trahi la mémoire des victimes des manifestations contre la réforme constitutionnelle et travesti le combat du FNDC. En acceptant de participer à l'élection présidentielle, l'opposant est également accusé d'avoir reconnu de facto la nouvelle constitution, mais aussi l'assemblée nationale qu'il a pourtant contestée.

Lors de son investiture, le candidat a tenté de rassurer en martelant que le combat contre le troisième mandat doit désormais s'opérer sur plusieurs fronts : la rue, mais aussi dans les urnes. Même si ses chances sont minces, Cellou Dalein Diallo affronte ce nouveau défi avec la conviction que l'alternance est bien possible.

"C'est dans la foi de cet exaltant projet commun, celui de libérer notre pays de la dictature, que j’accepte votre décision de m’investir comme candidat de l’UFDG à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Ensemble, nous rétablirons la souveraineté du peuple, une souveraineté aujourd’hui travestie et détournée. La dictature n’est pas une fatalité. L’alternance démocratique est possible. Elle est à notre portée. Pour garantir cette volonté de changement, nous devons nous engager dès maintenant à nous battre. Se battre pour gagner. Se battre pour conserver notre victoire", a-t-il lancé devant ses partisans. L'opposant va déposer ce lundi 07 septembre 20 sa candidature à l'élection présidentielle, devant la Cour Constitutionnelle.

Le scrutin présidentiel du 18 octobre en Guinée connaitra cependant des absences de taille. Les anciens premiers Sidya Touré et Lansana Kouyaté ont décidé de ne pas s'engager dans la course, sachant, selon eux qu'elle est perdue d'avance. Les deux opposants soutiennent que le seul combat qui prime aujourd'hui, c'est celui de se battre pour obtenir le départ d'Alpha Condé au Pouvoir.


Notre correspondant à Conakry , Ben Ismaël








publicité

FIL INFO

27 octobre 2021

Médias: Radio Côte d’Ivoire célèbre ses 60 ans

27 octobre 2021

Bénin : arrestation de 4 personnes soupçonnées de terrorisme

27 octobre 2021

Côte d'Ivoire.Ce mardi 26 octobre 2021, 13 nouveaux cas de Covid-19 sur 2 201 échantillons prélevés soit 0,6 % de cas positifs, 29 guéris et 1 décès.

27 octobre 2021

Prorogation de la transition au Mali : Le Conseil de Sécurité des Nations unies soutiendra la Cédéao

27 octobre 2021

Plus de 3 millions de doses de vaccins anti covid-19 administrées en Côte-d’Ivoire



Fanico

Séraphin Prao 20 septembre 2021
Lettre ouverte au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Koffi Alle 9 août 2021
Côte d’Ivoire ,indépendance et redemption
Soumarey Pierre Aly 2 août 2021
La cohésion sociale: Préoccupation politique ou demande sociale?
Koffi Alle 26 juin 2021
Stop aux détournements de deniers publics !

publicité