publicité

Economie

Un réseau de communicateurs décerne des prix à des hommes d’affaires africains à Yamoussoukro

Publié le :

Le Réseau des professionnels de la communication et de l’intégration africaine (Repciaf) a décerné des prix à une vingtaine d’entrepreneurs africains au cours de la 19e édition de sa traditionnelle fête de l’intégration et du développement organisée, le samedi 29 août 2020 à Yamoussoukro.

Ils sont seize bâtisseurs de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Burkina-Faso, du Mali, du Niger, du Maroc… qui se sont distingués dans divers secteurs d’activités économiques. Lors d’une conférence initiée dans la journée de ce même samedi, ils ont, tour à tour, fait le récit de la création de leurs entreprises et partagé leurs expériences diverses avec l’assistance comportant de nombreux jeunes diplômés et apprenants. Le soir, au cours d’un diner de gala, chacun d’eux a reçu le Prix africain de l’émergence et du développement (Pafed). Puis le clou de la cérémonie a été la remise de quatre Super prix notamment de bronze, d’argent, d’or et de diamant à ceux qu’il a été convenu de qualifier de meilleurs des meilleurs. Ainsi, El Hadj Ibrahim Barry de nationalité guinéenne, propriétaire d’une entreprise basée au Plateau à Abidjan et spécialisée en dans les domaines du bâtiment, des travaux publics, du négoce et de la communication, s’est vu attribuer le Super prix de diamant africain, gagnant cette 19e édition du Pafed 2020. « Il s’agit, à travers cette célébration, de rectifier les clichés d’une Afrique de guerres meurtrières parfois fratricides, d’une Afrique de misère… en apportant la réplique à travers des fora, des tables rondes au cours desquels des hommes d’affaires, des entrepreneurs, bref, des bâtisseurs africains chevronnés viennent exposer et partager leurs expériences et les secrets de leur succès pour l’avènement d’une Afrique développée et forte », a expliqué Adama Sanogo, président du Repciaf, dans son allocution précédant la remise des différents prix. M. Sanogo a, par ailleurs, fait l’historique de la création de cette structure et rappelé les activités écoulées. Avant de relever : « cette fête de l’intégration africaine se tient chaque année dans une capitale africaine donnée. » Puis il a invité les jeunes générations à « copier et à s’imprégner les bons exemples de ces bâtisseurs qui, pour la plupart, ont créé leurs affaires en y croyant fermement et sans compter sur un tiers, encore moins sur l’Etat mais aussi sans s’accrocher aux concours de la Fonction publique de leurs pays respectifs dans le seul but de travailler dans des bureaux et d’être des salariés qui attendent, chaque fin de mois, un salaire qui, malheureusement, ne fera jamais leur bien-être parce qu’insuffisant pour leurs besoins immédiats. »

Robert-Patrice Zouhou 




publicité

FIL INFO

29 septembre 2020

Les gouverneurs du Haut-Katanga et du Kasaï invitent les communautés de deux provinces à la cohabitation pacifique

29 septembre 2020

Un premier débat risqué pour Donald Trump

29 septembre 2020

Madagascar: Les cas de Covid-19 importés augmentent

29 septembre 2020

Côte-d’Ivoire: L’université de Man lance les épreuves orales pour le recrutement 2020 des enseignant-chercheurs

29 septembre 2020

Sénégal :Covid-19 : 10 nouveaux tests positifs et 118 patients guéris



Fanico

Pierre Soumarey 22 septembre 2020
Lorsque l’ambition rend “fou “ et méprise le peuple
Robert-Patrice Zouhou 21 septembre 2020
Mon rêve pour une Côte d’Ivoire réconciliée
Dr. Issa Sangare Yeresso 15 septembre 2020
La politique : Quel sport Machiavélique ?
Adi Isac 4 septembre 2020
Hélas la Côte d’Ivoire ne vaincra pas une fois de plus son "signe indien

publicité