publicité

Economie

Côte d'Ivoire -Point de vue : Les leçons du passé

Publié le :

 
La capitale économique ivoirienne vient d’abriter le Forum mondial sur le financement du développement du tourisme en Afrique. Une excellente initiative ivoirienne en soi. D’autant plus qu’elle aura abouti à la nécessité de créer un Fonds,  qui devra se consacrer au financement du développement du tourisme à travers le continent. Par l’entremise des infrastructures à construire et des activités à caractère purement touristique à instituer et à organiser. Ce projet de création du Fonds est porté et soutenu par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Ainsi que les chefs d’Etat du continent, assorti d’un réel intérêt à lui porté par les investisseurs privés, qui non seulement étaient nombreux à cette première rencontre d’Abidjan  relative exclusivement au financement du tourisme, mais plus intéressant encore, ont manifesté des intentions de financement. On a estimé à 2169 milliards de francs Cfa, les engagements de financements exprimés  à Abidjan. Ce qui n’est déjà pas rien et devrait pouvoir profiter largement au pays organisateur, dont l’intention avouée ou pas demeure légitimement, celle de s’attirer plus d’investisseurs étrangers dans le secteur.
 
Toutefois, il ne faut point se leurrer, aussi intéressés que pourront l’être ces investisseurs du secteur touristiques par les opportunités qu’affichent la destination ivoirienne à cet effet, ils tiendront avant tout compte d’une réalité majeure. Laquelle conditionne tout investissement qui se veut sérieux dans un domaine économique bien défini. Il s’agit des conditions de faisabilité proprement dite du projet à financer. Conditions prenant en compte tous les paramètres économiques et socio culturel qui s’imposeront  sur les lieux devant accueillir le projet. Et Dieu sait qu’il y en aura et non des moindres. Comme ceux qui ont déjà entrainé l’annulation de plusieurs grands  projets  hôteliers programmés pour être exécutés au début des années 2000 dans les zones balnéaires de la Côte d’Ivoire.  Pour ainsi, répondre à la projection des 500.000 touristes que le gouvernement de Daniel Kablan Duncan, alors premier ministre de Henri Konan Bédié, s’était engagé à faire venir annuellement dans le pays. Dans la noble optique de relancer et revivifier la destination Côte d’Ivoire, à l’orée du millénaire actuel.
 
Le tourisme balnéaire avait alors été préconisé comme le fer de lance de cette relance. D’où l’orientation de nombre de projets d’infrastructures dans les localités de Sassandra, San Pedro et  Tabou dont le potentiel touristique balnéaire, ne pouvait laisser indifférent. Mais dans le même temps, l’on  n’avait pas tant que ça compter avec la perception des populations des localités rurales, que des investisseurs privés avaient ciblées, pour y réaliser leurs projets.  En fait cela est plutôt apparu dans l’entendement desdites populations, comme une véritable aubaine pour doter leurs villages d’équipements socio- économique qui leurs faisaient défaut.
 
De véritables programmes relevant plutôt d la responsabilité des pouvoirs publics, qui venaient exagérément grever les budgets de ces opérateurs privés. Et c’est naturellement que nombre d’entre eux finiront par renoncer aux réalisations qu’ils avaient envisagées. C’est bien là assurément une leçon que les experts ivoiriens à la promotion du tourisme, n’ignorent certainement pas. Mais mieux encore,  qu’ils devraient pouvoir prendre en compte, dans la mise en place des dispositifs, visant à tirer tous les profits les plus bénéfiques, de ce premier Forum international sur le financement du développement du tourisme en Afrique. Nous osons tout simplement croire qu’il en sera ainsi, afin que  de ce côté-là, l’histoire ne se répète point. 
 
L’occasion semble aussi toute trouvée ici, de donner un coup de fouet redynamisateur à la promotion du tourisme national qui, quoiqu’on dise, reste  encore à promouvoir. Là-dessus, de profondes réflexions  s’imposent qui devront prendre en compte, la multiplicité des formules susceptibles d’aiguillonner  enfin l’Ivoirien à se découvrir à travers la visite de ses grandes régions géographique de son pays. Aux potentialités culturelles encore vivaces et qui ont fait pendant longtemps, les beaux jours du tourisme à visages humains, dont se réclamait la Côte d’Ivoire. Comment faire en sorte qu’ aller en vacances dans l’arrière -pays, ou simplement s’ y rendre, pour telle ou telle raison culturelle, évènementielle, religieuse etc….. devienne un réflexe national  pour tous et pour chacun ? Toute la problématique est là.
 
Moussa Ben Touré
  



publicité

FIL INFO

18 mai 2021

Paul Kagame soutient l’état de siège décrété dans l’est de la RDC

18 mai 2021

Côte d'Ivoire.Ce lundi 17 mai 2021, 5 nouveaux cas de Covid-19 sur 171 échantillons prélevés soit 2,9 % de cas positifs, 36 guéris et 0 décès.

18 mai 2021

Église catholique : Mgr Bruno Kouamé est décédé

18 mai 2021

Un prêt de 500 milliards de fcfa du FMI à la Côte–d’Ivoire «pour relancer son économie et créer des emplois»

18 mai 2021

Retour de Gbagbo en Côte-d’Ivoire: Katinan n’a «aucune raison de douter de la bonne foi de Ouattara»



Fanico

Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !
Mandiaye Gaye 31 janvier 2021
Au Sénégal, l’insécurité, comme la corruption, règne partout et dans tous les domaines d’activité
Eugene Nyambal 28 janvier 2021
Réguler les médias sociaux pour une croissance plus inclusive

publicité