publicité

Culture

Prostitution étudiante dans nos facultés : Un phénomène tabou assez répandu

Publié le :

La prostitution étudiante est une forme de prostitution exercée de manière régulière ou occasionnelle par les étudiants et devient de plus en plus actuelle à Bamako. Bien qu’elle soit de plus en plus répandue, cette pratique reste encore et toujours un phénomène tabou. Dont très peu osent parler, en particulier les étudiantes qui y ont recours.
 La prostitution, un fléau qui détruit le vivre ensemble et la cohésion sociale, ne cesse de prendre une proportion inquiétante en milieu universitaire. Selon les différents témoignages recueillis, c’est devenu un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur sur les campus universitaires à Bamako. Mais peu de personnes osent en parler. Il existe plusieurs facteurs qui peuvent faire en sorte qu’une étudiante entre dans le milieu de la prostitution : la pauvreté, la mauvaise fréquentation et le vice.
 
C’est principalement par le biais d’internet, de sites et d’applications de rencontres que les étudiantes et étudiants entrent en contact avec de potentiels clients, généralement aisés et plus âgé. Qu’est-ce qui pousse ces jeunes à s’adonner à la prostitution ? Les raisons sont diverses, principalement liées au maintien d’un niveau de vie décent dans le cadre de la poursuite de leurs études. On constate que la pauvreté conduit de nombreuses jeunes filles à la prostitution, car leurs parents sont incapables parfois de subvenir à leurs besoins primaires. « Dans mon université, il y a des filles qui se prostituent par manque de moyens par ce que leurs parents ne leur donne pas assez d’argent pour subvenir à leurs besoins », explique une étudiante à la faculté de médecine. Elle ajoutera qu’il y a aussi des étudiantes qui se donnent à des professeurs pour avoir des bonnes notes et de l’argent. « Certaines étudiantes se prostituent pour avoir de l’argent afin d’avoir une vie de rêve. Elles veulent imiter les étudiantes qui ont des smartphones derniers cri, des belles chaussures et des vêtements à la mode etc. L’envie de s’habiller comme ses camarades et fréquenter les lieux chics les amène à se tourner vers la recherche du gain facile en livrant leurs corps pour avoir de l’argent.»
Aujourd’hui la prostitution prend des allures inquiétantes, les jeunes filles n’hésitent plus à s’offrir n’importe comment sans aucune pudeur. « Nous devons revaloriser notre système d’éducation familiale afin de trouver une solution efficace à ce phénomène », explique un éducateur. 
Fanta Maria Ba, stagiaire



publicité

FIL INFO

12 mai 2021

Tanitoluwa Adewumi : le nigérian de 10 ans devient « maître national » des échecs aux USA

12 mai 2021

Côte d’Ivoire.Ce mardi 11 mai 2021, 41 nouveaux cas de Covid-19 sur 1 884 échantillons prélevés soit 2,2 % de cas positifs, 36 guéris et 1 décès.

12 mai 2021

Casamance : les militaires démentent avoir eu un accrochage avec des individus armés

12 mai 2021

Côte d’Ivoire : La communauté musulmane célèbre la fête du Ramadan, ce mercredi 12 mai 2021

12 mai 2021

Kalemie : au moins 10 morts dans l’attaque de deux villages de Nyunzu par les Twa



Fanico

Mandiaye Gaye 23 avril 2021
Les agences nationales, des gouffres à milliards inutiles pour la Nation!
Michel Tagne Foko 16 avril 2021
Liberté jolie !
Mandiaye Gaye 31 janvier 2021
Au Sénégal, l’insécurité, comme la corruption, règne partout et dans tous les domaines d’activité
Eugene Nyambal 28 janvier 2021
Réguler les médias sociaux pour une croissance plus inclusive

publicité