Côte d'Ivoire - Bocabo : Là où les woro- woro ne se hasardent pas
lebanco.net - Publié le: 19-05-2020 - Mise-à-jour le: 19-05-2020 - Auteur: I. Sékou Koné
Côte d'Ivoire - Bocabo : Là où les woro- woro ne se hasardent pas
Dans ce quartier populeux d'Abobo, difficile d'accès, les taxis intercommunaux « woro- woro » ne se hasardent pas à y transporter des clients.
Ainsi, des jeunes ont trouvé l'ingénieuse idée de transformer leurs tricycles en des engins de transport.
« Nous sommes ici à notre gare et nous sommes tous des enfants de Bocabo. C'est parce que nos parents n'ont pas de moyens que nous avons décidé de nous lancer dans ce transport avec les tricycles. Le transport est seulement de 100 F. CFA pour les clients qui n'ont pas de bagages et le double pour ceux qui en possèdent. Nos tricycles sont des tout-terrains. Les woro woro ne peuvent pas aller partout mais nous allons partout à Bocabo. Les soirs, à la descente, chaque conducteur rentre chez lui avec au moins 5 000 FCFA. C'est quand même encourageant. Mais je tiens à préciser qu'aucun homme politique ou un quelconque richissime ne  nous a soutenus. Nous sommes des enfants de pauvres et pour ne pas devenir des bandits, certains comme moi ont choisi ce métier »  explique Adama Camara, un des responsables des tricycles de transport.
 
Reportage réalisé par
I. Sékou Koné
Rédigé par: papus   le: Mercredi 20 Mai 2020
@ Diarrasse Napie,la politique de decentralisation est une oeuvre continue et elle n'est pas statique ou figee et le decoupage fait depuis la loi de 1980 ne repond plus a la realite du terrain et il ne concerne pas uniquement ABOBO mais d'autres communes telles que COCODY,YOP, KOUMASSI et des villes comme BKE,et DALOA. C'est un debat qui date et bloque par des obstacles politico-financiers qui impactent negativement la vie de la population,il y'a quelques annees on parlait sous GBAGBO de communes rurales mais ce projet a ete vite enterre. Depuis l'avenement de la communalisation en 1980 differents partis politiques se sont succedes a la MAIRIE d'ABOBO,de yop.et les memes problemes persistent raison pour laquelle nous disons que l'ETAT doit encore se rapprocher de sa population par ses structures decentralisees en creeant de nouvelles communes
Rédigé par: papus   le: Mercredi 20 Mai 2020
@ BI-MICHEL,notre probleme en AFRIQUE est de vouloir toujours tropicaliser les textes ,les lois en fonction de nos interets politiques,partisans et personnels sans se soucier de l'interet general. L'eclatement de ces grandes communes est un vieux debat qui dort dans les tiroirs depuis 1980 et aucun PR ne veut franchir ce pas pour ces interets cites,au contraire chaque MAIRE se bat pour etendre son champs financier(litiges frontaliers entre COCODY-BINGERVILE,litige ABOBO ET AYAMAN pour une usine,litige YOP et ATTECOUBE pour le controle financier de l'usine AWA ) Pourtant lorsque vous arriviez en EUROPE et particulierement en FRANCE vous aviez des communes de 1000,300,voir meme de 100 hbts ou le citoyen se leve un matin ou un soir pour exposer son probleme au MAIRE qui habite la meme bourgade que lui. Nos MAIREs d'ABOBO,YOP,ATTECOUBE etc..sont tres loin de leurs administres loges dans leurs BUNKERS au 2pltx
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 20 Mai 2020
Où est celui qui a travaillé plus que HOUPHOUET? Seulement, une publicité.
Rédigé par: Laxisme volontaire   le: Mardi 19 Mai 2020
Dans ce pays certains cotoyens s'arrogent le droit d'agir à leur guise sans aucune légitimité de le faire puisque illegal. Les autorités laissent s'installer des habitudes qui plus tard seront soit tres difficile à enrayer soit impossible ! Pour des raisons d'opportunité électorale on laisse faire, gare au retour de manivelle !
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 19 Mai 2020
L'actuel maire d'Abobo n'en fait pas plus que ses prédécesseurs. Il a la grande gueule mais pas beaucoup d'effet sur le terrain.
Rédigé par: BI MICHEL   le: Mardi 19 Mai 2020
papus c'est aussi mon souhait et il faut découper les communes de yopougon (6 communes), cocody (3 communes), abobo (6 communes) chaque nouvelle commune ayant son maire et son député. Pour aller plus loin annuler cette histoire de plusieurs députés pour la même liste (commune) et faire un découpage tel que chaque zone a un député.
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Mardi 19 Mai 2020
Abidjan est un district décentralisé. Chaque commune du district (Abobo, Yopougon, Plateau, Treichville, Vridi, Port-Bouet, Koumassi, Marcory, Cocody. ) a son maire qui perçoit des taxes communales, et doit faire le travail pour lequel il a été élu. Le problème d'Abobo vient du fait que le RDR considère cette commune comme son fief électoral et les maires successifs d'Abobo depuis plus de 20 ans sont toujours des (caciques du RDR) cumulards, qui cumulent trop de postes (ministres, députés et maires et aussi hommes d'affaires). C'est trop pour un seul individu. En effet, on ne peut pas être à la fois un bon ministre, un bon député et un bon maire en plus d'être dans les affaires en tant que bon homme d'affaires. Au final c'est la commune d'Abobo qui est lésée. Abobo est une poubelle à ciel ouvert dans laquelle sévit le crime (les "microbes tuent en toute impunité). Abobo est sale, insalubre et pendant la saison des pluies, c'est pire. Abobo devient "poto-poto" C'est-à-dire qu'il y a de la boue partout et que les caniveaux bouchés débordent.
Rédigé par: papus   le: Mardi 19 Mai 2020
Depuis hier je lis avec beaucoup de peines les difficultes des habitants de ces sous quartiers precaires d ABOBO, de YOP et de cocody,aussi nous pensions qu'un seul MAIRE ne peut plus administrer ces grossses communes de plus de 1 ou 2millions hbts. l'ETAT par une politique de decentralisation osee doit encore se rapprocher de la population.