Scandal : une femme mariée meurt en plein rapport sexuel avec le Prêtre......
operanews - Publié le: 06-05-2020 - Mise-à-jour le: 06-05-2020 - Auteur: operanews
Scandal : une femme mariée meurt en plein rapport sexuel avec le Prêtre......
   Le drame se déroule dans la nuit du jeudi au vendredi saint. Monicah Murale epse Mulenga  a été conduite à l'hôpital où elle a été déclarée morte.
Plus tôt ce jeudi là elle avait convaincu son époux de lui permettre d'aller assister à des funérailles avec son association de la ligue des femmes catholiques. Mais au lieu de celà elle se retrouvera dans la chambre de son amant qui n'est autre que le père Abel Mwelwa.
 
Le mari de cette Zambienne décédée à la maison du prêtre s'est exprimé par la suite. Le mari Owen Mulenga a identifié sa défunte épouse comme Monicah Mutale Mulenga est décédée à l'âge de 42 ans, née le 2 février 1978. Selon Mulenga, il était au courant de l'affaire de son épouse avec le père Abel Mwelwa de l'église catholique St Maurice de Lusaka, car ils se voient depuis plus d'un an. «Ma défunte épouse sort avec le père Mwelwa depuis plus d'un an et je viens de découvrir le 19 novembre 2019 lorsque j'ai trouvé des messages WhatsApp dérangeants du prêtre dans son téléphone », a déclaré Mulenga. Questionnée sur cette affaire, elle a admis avoir vu l'homme de Dieu, mais a ensuite changé sa déclaration après avoir saisi avec force son téléphone des mains de son mari et l'a jeté dans de l'eau bouillante. "Le téléphone a été endommagé de façon irréparable", s'en plaint Mulenga avant d'ajoutr: «Nous avons failli divorcer mais nous avons été conseillés et nous sommes réconciliés. À partir de ce moment, elle a cessé de communiquer avec le prêtre, mais après un mois, leur relation a été ravivée. » Lorsque Mulenga a appris que sa femme continuait de voir le prêtre, il a essayé de la conseiller, mais elle n'a pas pu l'écouter, car elle avait de moins en moins de respect pour son mari. «Elle me pretextait des réunions de l'église, mais elle se retrouvait dans certains hôtels ou à la paroisse avec le prêtre. J'ai essayé de la conseiller, mais elle ne voulait pas changer et a continué à dire que je l'accusais simplement parce que je ne voulais pas qu'elle assiste aux activités de l'église », a ajouté Mulenga.
Il avait déclaré ouvertement vouloir porter l'affaire devant les tribunaux et demander le divorce «mais avant de pouvoir le faire, j'ai dû informer toutes les autorités ecclésiastiques nécessaires car il est difficile de divorcer en catholique".
 
Le jour où Monicah a trouvé la mort, elle s'était excusée auprès de son mari disant qu'elle sortait avec d'autres femmes pour une réunion de la Ligue des femmes de l'église. Selon Lui, sa femme avait de violente crise cardiaque et c'est certainement l'une de ces crises dans laquelle il pense qu'elle en est morte lorsqu'elle forniquait avec le prêtre. Cet ex-mari abattu avoue; «C'est comme si le prêtre continuait son acte malgré le fait qu'elle lui dise d'arrêter quand elle avait sa crise, notez bien que , cela m'arrivait aussi quand je lui faisais l'amour mais comme je l'aimais et la comprenais, je pouvais me contrôler et arrêtez, mais le prêtre devait certainement le faire avec fougue, donc ne se souciant pas de son plaidoyer qui l'aura prématurément conduite à la mort ".
Après la mort de Monicah, le prêtre a appelé des femmes, le mari et la police, qui ont emmené la femme à l'hôpital où elle a été confirmée morte en raison d'une crise cardiaque aiguë qu'elle avait subie alors que le prêtre était sur elle. «Au début, le prêtre a accepté la responsabilité et payé 50 000 K (Franc zambien) pour ses funérailles. Il nous a dit qu'il nous paierait 150 000 K d'indemnisation, mais nous avons refusé et signalé l'affaire aux hautes autorités de l'église qui ont enquêté et l'ont trouvé coupable, d'où sa récente suspension », a-t-il déclaré. Mulenga a également allégué que le prêtre qui a été suspendu des activités de l'église, avait déjà soudoyé des policiers qui avaient récupéré le corps de sa femme.
 
«Mais frères et sours, la vérité est que le prêtre peut, dans sa connaissance et sa sagesse terrestres, gagner le procès devant les tribunaux, mais il ne gagnera certainement pas la justice céleste. Je repose mon cas. Jusqu'à ce que nous nous revoyions, Repose en paix, ma charmante et unique épouse Monica », pleure cet homme effondré
 
Rédigé par: Besoin naturel   le: Samedi 23 Mai 2020
Oui on ne peut se passer du con. C'est naturel
Rédigé par: Tekle B. A   le: Mercredi 20 Mai 2020
Oui, sans le sexe féminin, il y a quelque chose qui manque au monde.
Rédigé par: Tchefari   le: Mercredi 13 Mai 2020
AH LA TERRE DES HOMMES OU NUL NE PEUT SE PROCLAMER SAINT.
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Lundi 11 Mai 2020
Il est bon que chacun ait sa femme à lui, et que chaque femme ait son propre mari, car dans la vie il y a beaucoup d'occasions de débauche sexuelle et de tentations. Il est mieux d'être marié que d'être un célibataire (prêtre ou religieuse) qui vit son célibat de manière malsaine et qui brûle de désir sexuel en permanence. C'est cela qui a conduit les protestants (luthériens, baptistes, méthodistes) à instaurer le mariage pour les pasteurs et les évangélistes suivent cette voie également. Mais ce qui est paradoxal est qu'il y a toujours des scandales sexuels, mêmes au sein des églises protestantes et évangéliques dans lesquelles les pasteurs sont mariés. Dans les faits, le mariage des pasteurs ne les rend pas plus "saints" que les prêtres célibataires. Dans l'Eglise catholique aussi on pense qu'un prêtre marié et père de famille avec plusieurs enfants serait (certainement) moins disponible pour les fidèles. Et puis financièrement parlant, un prêtre marié risque de garder pour lui-même et pour sa famille tous les dons ou la plus grande partie des dons faits à l'Eglise Catholique. Chez les musulmans aussi il y a beaucoup de scandales sexuels aussi parmi certains imams ou religieux tels que Tariq Ramadan ou autres.
Rédigé par: Nature profonde   le: Lundi 11 Mai 2020
Le voeux de chasteté n'est pas obligatoire contrairement au voeux de célibat. L'abstinence est sous entendu et les prêtres se masturbent, vont voir les putes, profitent des bonnes soeurs (nombreuses tombent enceintes, ont des MST dont le sida, voir reportage sur le Vatican sur YouTube c'est choquant), ou ont des compagnes en cachette avec qui parfois des enfants qu'ils ne peuvent pas reconnaître. Mais ça ne leurq suffit pas de faire tout ça déjà, il faut qu'ils convoitent et draguent les femmes mariées qui trop souvent délaissées par des maris volages et absents sont des proies encore plus faciles à porté d'eux, pourquoi s'en priveraient ils puisqu'ensuite ils demanderont le pardon de leurs péchés ni vus ni connus quand celles qui vont ouvrir leurs cuisses n'en meurent pas. Les prêtres sont des hommes et leurs bites fonctionnent, c'est contre nature tous les interdits et contrainte. Les mecs ont besoin de baiser et d'ejaculer c'est tout. Ils sont pas des saints ! L'église doit y réfléchir si elle ne veut plus faire l'objet des scandales de pedophilie, d'homosexualité avérée des prêtres, des concubinages cachés, enfants bâtards de fait, de troussage sur fond d'adultère de femmes mariées détournées par ceux là même qui ne devraient pas les pénétrer. Un comble !
Rédigé par: Salma Ba   le: Vendredi 8 Mai 2020
Oui, c'est la victime elle-même qui a cherché sa (propre) mort avec cette affaire d'adultère avec un prêtre (vicieux), d'autant plus qu'elle souffrait d'une insuffisance cardiaque. Le mariage ce n'est pas forcé. Le mari dès qu'il a su que sa femme le trompait régulièrement avec le prêtre vicieux aurait dû divorcer. Le prêtre qui a commis l'adultère voulait baiser une femme mariée, mais sans prendre la responsabilité de quitter la prêtrise. En effet, les prêtres catholiques sont astreints à l'abstinence sexuelle et au célibat. Ce n'est pas une surprise pour les prêtres. Ils le savent avant de devenir prêtres et personne ne force quiconque à se faire prêtre. C'est un choix consenti et non pas subi. Il faut être honnête envers soi-même et envers l'Eglise Catholique. Si on aime trop les femmes, on quitte la prêtrise pour faire autre chose. (On ne baise pas en cachette les femmes pour déshonorer l'Eglise Catholique et trahir la vocation de prêtre). C'est diabolique! La hiérarchie catholique en Zambie doit virer ce prêtre vicieux (coupable d'un homicide involontaire), et ne pas attendre qu'il détruise encore un autre foyer.
Rédigé par: Tekle B. A   le: Mercredi 6 Mai 2020
Une leçon de baise à retenir: Si vous baisez une femme qui souffre d'insuffisance cardiaque (congénitale ou non-congénitale) et qu'au beau milieu de la baise, elle vous demande d'arrêter ou de marquer une pause, il faut vous exécuter, et arrêter de la baiser quitte à continuer après. Si vous ne vous arrêtez pas immédiatement, vous risquez de la tuer et de causer un drame. Bref, il faut savoir interrompre le coït quand son partenaire féminin a un problème cardiaque. Il ne faut pas être "égoïstes" messieurs et ne penser qu'à votre propre plaisir!
Rédigé par: Xi   le: Mercredi 6 Mai 2020
C'est une affaire sordide et ce prêtre zambien devrait être poursuivi en Justice (pour homicide involontaire) et aussi chassé de l'Eglise. Ces prêtres qui ne respectent pas leurs voeux de célibat et de chasteté déshonorent l'Eglise catholique. Ils sont les portes (ouvertes) du diable. Dans toutes les religions, on trouve des religieux indélicats qui abusent des femmes et des enfants.
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 6 Mai 2020
Célibat des prêtres et abus sexuels ainsi qu'adultères: Y a-t-il un lien ? Selon la classification de l'OMS, la pédophilie est une pathologie qui se caractérise par une attirance sexuelle pour les enfants de 0 à 9 ou 10 ans. Il y a d'autres formes de pédophilies qui se caractérisent par une attirance sexuelle pour les 10-11 ans et pour les 12-16 ans. Il n'y a pas d'études sérieuses pour comparer, et savoir s'il y a plus de pédophiles parmi les prêtres que dans l'ensemble de la population en général, ou bien si c'est la même proportion de pédophiles. Et pour cause, la loi du silence au sein de l'Eglise catholique a longtemps été la règle, si bien qu'on ne sait pas le nombre de cas de pédophilie qui se sont produits au sein de l'Eglise, afin de mener des etudes statistiques comparatives rigoureuses. Toujours est-il que selon certains psychiatres et psychologies, le fait d'être un adulte marié ou engagé dans une relation affective et sexuelle stable avec un autre adulte constitue un "effet réducteur du risque" de commettre des abus sexuels de pédophilie ou des actes adultérins avec des personnes mariés. En ce qui concerne les prêtres, le célibat est en principe choisi et non pas subi. Mais il arrive que ce célibat soit malsain et mal vécu par certains prêtres dont la seule sexualité est de type masturbatoire et donc fantasmée. Pour certains psychologues et psychiatres, le célibat (mal vécu) par certains prêtres constitue un "facteur de risque aggravant" car les prêtres célibataires ont accès aux enfants qui (pour les pédophiles sont des "proies faciles") et, les prêtres ont autorité sur les enfants au travers des nombreuses activités scolaires et parascolaires de l'Eglise catholique (catéchisme, confessions, scoutisme, chorales, écoles et collèges catholiques.). Ces activités sont aussi autant d'occasions ( ou des "risques") pour les prêtres d'être séduits par des femmes mariées ou pour des hommes mariés de vouloir séduire des religieuses (célibataires).