Situation socio politique : La présidentielle en Côte d'Ivoire aura -t-elle lieu en octobre 2020 ?
lebanco.net - Publié le: 23-03-2020 - Mise-à-jour le: 23-03-2020 - Auteur: I. Sékou Koné
Situation socio politique : La présidentielle en Côte d'Ivoire aura -t-elle lieu en octobre 2020 ?
La pandémie de coronavirus a des conséquences au-delà de sa simple propagation  et des mesures de quarantaine.
 De nombreux rapports font état de pénurie en produits  pharmaceutiques à cause de la situation en Chine et en Europe.
Les 16,6%  du budget national 2020, équivalant à 1.000 milliards F CFA consacrés à la santé pourront ils suffir à faire face à cette pandémie mais également à tout le système sanitaire ivoirien?
Le coronavirus s'est imposé en véritable imprévu. L'Etat ivoirien n'a d'autre choix que prendre ses responsabilités et d'y faire face. De la prévention, au dépistage, à la guérison : c'est  une énorme contribution financière. Tous les autres secteurs de développement connaîtront inéluctablement un ralentissement au profit de la lutte contre la pandémie.
C'est pourquoi, le gouvernement, conscient des responsabilités qui sont les siennes a pris des mesures vigoureuses en vue de stopper la propagation du Covid 19.
Cependant, en dépit des instructions données par le Conseil National de Sécurité, le non respect des consignes est constaté tant à Abidjan qu'à l'intérieur du pays.
L'on a assisté ces derniers jours, à Gagnoa et à Abidjan (Yopougon) des manifestations de militants de l'opposition avec certainement le soutient de leurs leaders politiques qui ont occasionné les saccages de matériels d'identification pour les cartes nationales d'identité (CNI) dont le prix du timbre est de 5000 F CFA . Ce que l'opposition a toujours dénoncé, réclamant sa gratuité.
Alors question : cette opposition est elle réellement responsable ou cherche t-elle à replonger la Côte d'Ivoire dans une autre crise? .
En conséquence, la crise du COVID-19 et le comportement de l'opposition risquent de bouleverser le calendrier électoral.
Oui il basculera car la Côte d'Ivoire  est à 7 mois de l'élection présidentielle qui manifestement, doit se tenir le 31/10/2020. Or le système de prévention contre la maladie interdit tout regroupement de plus de 50 personnes qui par ailleurs a fait fermer les écoles et prévoit si la situation s'aggrave un confinement des populations. Tout ceci fait planer un éventuel dysfonctionnement du respect du calendrier établi par le gouvernement et la CEI pour l'organisation de l'élection présidentielle.
Face à une telle situation, voilà ce qui dit la constitution en son article 38, précisément:" En cas d'événements ou de circonstances graves, notamment d'atteinte à l'intégrité du territoire ou de catastrophes naturelles, rendant impossible le déroulement normal des élections ou la proclamation des résultats. Le président chargé des élections saisit immédiatement le Conseil Constitutionnel de cette situation, qui en informe le Président de la République qui demeure en fonction".
Nous n'en sommes pour le moment pas là.
Cependant, avec l'évolution du COVID-19 en Côte d'Ivoire avec la lenteur de l'opération d'enrôlement pour les CNI ainsi que les menaces constatées dans des localités, l'on est bien en droit de s'interroger quant au respect du calendrier électoral fixé au 31 octobre prochain.
Des leaders de l'opposition qui envoient leurs militants pour détruire le matériel informatique d'enrôlement ne savent -ils pas que l'identification n'a pas de coloration politique?
Et puis, nous pouvons pour l'heure expliquer ces actes que par de l'inconscience. Car un citoyen sans identification est semblable à un animal. Pour preuve, pour l'établissement de tout acte administratif, l'on exigera la carte nationale d'identité.
La confection des CNI est loin d'être une manoeuvre politicienne . Et même, pour être candidat ou électeur à un poste politique, il faut d'abord avoir sa carte nationale d'identité.
Faut -il le rappeler, depuis l'indépendance jusqu'à ce jour, la confection des pièces d'identité a toujours été payante.
L'opposition doit chercher d'autres motifs raisonnables que s'attaquer aux matériels d'enrôlement, qui ralentissent le processus.
A cette allure et avec la " psychose" du COVID-19, le report de la présidentielle d'octobre est de plus en plus probable.
 
I. Sékou Koné
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 25 Mars 2020
"Tuo" je ne répondrai plus à aucune de vos provocations. En lieu et place, je posterai une copie du présent message. Si je ne réagis pas d'autre manière, cela ne signifie aucunement que j'approuve vos sorties ou vos points de vue qui n'ont jamais d'argumentation valable et se limitent à des insultes et des invectives, mais c'est seulement la manifestation de ma plus totale indifférence et de mon plus profond mépris. Je ne vais pas perdre mon temps avec des gens comme vous qui refusent de voir les réalités et sont corrompus par les mensonges officiels et sont incapables de débattre sur les faits réels avec des raisonnements logiques.
Rédigé par: Fognon.   le: Mardi 24 Mars 2020
@Forestier.La strategie de la terre brulee et preservee n'est-elle pas mieux, plus acceptable, plus concevable, plus desirable que celle de la terre detruite? Ya pas de doute que c'est la-bas tu veux aller. Une terre sans habitants pour la mettre en valeur est envahie par la broussaille. Merci Dieu Tu n'es pas prez en ce moment tres crucial; tu aurais choisi la destruction en lieu et place de la preservation. Xa, c'est un defaut prope a toi. Au fond, Tu as fais quel genre de suggestions au gov qui entrerait, soutiendrait, encouragerait, faciliterait...la lutte contre ce fleau? Tu te plais a critiquer sans apporter de solutions. Tu es tres decevant comme citoyen dans un pays qui a besoin de paix aux autres coins pour son epanouissement. Tu ne sembles pas, ne parais pas etre un qui veut, qui aspire, qui motive... a ce bien etre. A+
Rédigé par: Merci   le: Mardi 24 Mars 2020
Monsieur Forestier de Lahou, Comparaison n'est pas raison , vous insinuez dans l'interprétation que vous faites de cet article exactement sur la paragraphe afférent à la prochaine élection présidentielle que le Président ne se serve pas de cet article de la Constitution pour rester au pouvoir. Je suis désolé le journaliste a fait une analyse objective faisant des hypothèses sur les restrictions dues au Covid-19 qui risquent d'impacter sur l'organisation de la future présidentielle mais où est votre problème? Enfin la CNI n'est-ce pas vrai que chaque citoyen a besoin de ce document administratif? N'est-ce pas vrai que certains leaders politiques de l'opposition aient appelé pour la gratuité de ce document et ont appelé à manifester? Soyons honnêtes avec nos divergences de vues mais une chose est certaine l'intérêt supérieur de nation nous interpelle. Monsieur Forestier soyez un peu plus objectifs merci.
Rédigé par: Tuo   le: Lundi 23 Mars 2020
Frère l'éternel insatisfait et l'homme qui sait tout donc doit se prononcer sur tout surtout contredire tout le monde car lui et lui seul sait tout. Frère rappelle toi je t'ai dit que la haine est une maladie qui comme le virus qui ébranle le monde entier en ce moment. Tu prétends que les mesures prises par les autorités sont des mesurettes et prises sur le bout des lèvres. Raisonnons par l'absurde, à supposer que ce que tu dis était vrai, toi tu es de ceux qui ne les respecteront jamais au risque de leur vie et de celle des autres. Tu fais partie de ceux dont l'auteur parle en terme d'inconscients et qui te dérange. Tu n'es pas content que l'auteur relève l'irresponsabilité des soit disant opposants politiques qui tiennent des meetings pour exorter leurs suiveurs à aller envahir les centres d'enrôlement à la suite de quoi il y a eu des casses de matériel. Toi qui prétends être si intelligent comment cela peut-il t'échapper chose que même l'esprit le plus simple est capable de déceler. Tu parles de lenteur des mesures à être prises à supposer que oui et vu que le virus n'est pas encore propagé dans notre pays pourquoi toi tes leaders demandent le non respect de ces mesures. Une chose est de se précipiter pour prendre des mesures une autre chose est de les respecter et cela suppose qu'on est une population responsable avec des leaders responsables et non des individus qui voient tout en matière de sujet de politique politicienne. Frère je te répète que parfois le silence est la meilleure façon de s'exprimer lorsqu'on a rien à dire sur un sujet.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 23 Mars 2020
La pandémie de Covid-19 est une réelle catastrophe qui exige des mesures très fortes, bien plus fortes que les "mesurettes" à peine respectées annoncées du bout des lèvres par le gouvernement (dont, d'ailleurs, les ténors se font bien discrets en ce moment critique...). Mais cela ne doit en aucun cas constituer un prétexte pour museler l'opposition, ni pour l'accuser de vouloir saper tous les efforts de lutte contre le virus. C'est pourtant une tendance qui se manifeste très clairement dans cet article, qui lance un certain nombre d'affirmations sans fondement, qui, juridiquement, pourraient relever de la diffamation. Par exemple "Des leaders de l'opposition qui envoient leurs militants pour détruire le matériel informatique d'enrôlement... Et puis, nous pouvons pour l'heure expliquer ces actes que par de l'inconscience". Quand on est un journaliste sérieux, on ne doit pas accuser sans preuve, surtout alors que des poursuites sont plus ou moins sur le point d'être engagées (la présomption d'innocence est l'un des fondements de l'état de droit !). Autres affirmations qui demanderaient à être étayées plus sérieusement, "l'identification n'a pas de coloration politique". La lenteur sélective visiblement orchestrée du processus démontre exactement le contraire. Enfin, ne commençons pas à pavoiser. Les textes sont clairs "En cas d'événements ou de circonstances graves (...) rendant impossible le déroulement normal des élections ou la proclamation des résultats (...) le Président de la République (qui) demeure en fonction", c'est ce qui a permis à Gbagbo de "régner" pendant 10 ans sans se soumettre une seule fois au verdict des urnes. Il ne faudrait pas que cela serve aussi à Ouattara pour obtenir un 3eme mandat "cadeau". Le problème de santé publique et l'attentisme, voire le laxisme ne doit pas se transformer en une victoire politique "à la Pyrrhus". Le véritable enjeu est d'avoir un vrai bilan sanitaire et non de mener une stratégie de la terre brûlée.