Sortie d'Alpha Condé sur son projet de 3ème mandat :Il faut plus en pleurer qu'en rire
le pays - Publié le: 12-02-2020 - Mise-à-jour le: 12-02-2020 - Auteur: le pays
Sortie d'Alpha Condé sur son projet de 3ème mandat :Il faut plus en pleurer qu'en rire
Se présentera, se présentera pas ? A quelques mois de la fin de son second et dernier mandat constitutionnel, le président guinéen, Alpha Condé, continue de garder ce qui, pour lui, est encore un mystère sur le projet de 3ème mandat dont l'opposition lui prête l'intention et qui pollue l'atmosphère sociopolitique dans son pays. Interrogé sur la question, au détour du 33ème sommet de l'Union africaine (UA) qui a refermé ses portes le 10 février dernier à Addis-Abeba, le Professeur a non seulement botté en touche en disant qu'il revient au peuple d'en décider, mais, il s'est aussi montré plutôt agacé par la position de ceux qui s'insurgent contre les mandats multiples. Toutes choses qui ne laissent plus de doute quant à sa volonté de briguer un mandat supplémentaire, malgré la clameur de son peuple qui est vent debout, depuis plusieurs mois, contre l'adoption d'une nouvelle Constitution dont il a récemment couplé le référendum aux législatives reportées au 1er mars prochain. Mais, de cette sortie du chef de l'Etat guinéen, il faut plus en pleurer qu'en rire.
C'est à croire que le président guinéen a perdu le Nord
Et pour causes. Les vives tensions occasionnées par ce projet, ont déjà laissé plusieurs morts sur le carreau, lors des manifestations de rue. Et la série noire risque de se poursuivre si le président doit aller jusqu'au bout de sa logique, face à une opposition plus que jamais déterminée et qui a déjà fait la preuve de sa capacité de très forte mobilisation dans la rue. Aussi est-on porté à croire que cette obstination du président guinéen ne peut répondre qu'à deux choses : soit il n'a pas encore pris toute la mesure du péril que représente un éventuel tripatouillage constitutionnel pour s'ouvrir la voie à un troisième mandat, soit il en est conscient et est prêt à dresser le bûcher pour son peuple, pour assouvir ses ambitions « pouvoiristes ». Dût-il, pour cela, user, comme c'était le cas lors de cette interview, d'arguments qui volent franchement au ras des pâquerettes. En tout cas, c'est ce que l'on est porté à croire quand il dit, par exemple, ne pas comprendre pourquoi certains de ses homologues présidents peuvent allègrement aligner les mandats à souhait sans que cela n'émeuve outre mesure alors que dans son cas, on veut lui faire la morale. Mais qu'un octogénaire de son âge manque autant de sagesse pour comprendre qu'il n'est pas obligé de suivre les mauvais exemples des moutons noirs de la démocratie, cela a de quoi laisser songeur. D'autant qu'il ne semble pas n'ont plus tirer leçon des exemples humiliants de certains de ses pairs qui ont fait plus que se brûler les doigts en s'essayant avant lui au jeu du tripatouillage constitutionnel pour se maintenir au pouvoir. C'est à croire que le président guinéen a perdu le Nord, toute chose qui risque de le conduire droit dans le mur ou lui valoir de sortir de l'histoire par une porte dérobée. A moins que tout cela ne procède finalement d'une irrésistible volonté mortifère de pouvoir à vie, pour avoir droit à des funérailles nationales. En tout cas, quand Condé dit qu'il revient au peuple guinéen de décider, on veut bien se demander de quel peuple il s'agit.
Si Condé persiste dans sa volonté de briguer le mandat de trop, il portera l'entière responsabilité des conséquences devant l'Histoire
Où met-il la déferlante de contestataires qui, mobilisés depuis des mois à travers le FNDC (Front national de défense de la Constitution), lui demandent de respecter la Loi fondamentale de son pays en faisant valoir ses droits à la retraite ? Et puis, même si une partie du peuple jetait son dévolu sur lui, tout professeur qu'il est, ne peut-il pas se surpasser en faisant valoir sans ambages qu'il ne doit pas tordre le cou à la Constitution ? C'est par cela aussi que l'on reconnaît les Grands hommes, les vrais hommes d'Etat. C'est dire s'il n'a aucun égard, encore moins de remord, pour les morts consécutifs aux manifestations de protestation contre son projet de 3e mandat, dont la Guinée aurait pourtant pu faire l'économie. A la vérité, Alpha Condé se moque du peuple guinéen. Et il fait dans la fuite en avant en rejetant la responsabilité du choix du candidat sur son parti. Car, il sait, comme tout bon dictateur, que tant qu'il ne renoncera pas clairement de lui-même au pouvoir, sa formation politique ne se hasardera jamais à emboucher une trompette autre que la sienne. Parce qu'en Afrique, la voix du maître, c'est la voix du parti. Et Condé est conscient que parmi ceux qui le soutiennent, beaucoup le font soit par peur, soit pour des raisons osophagiques ou claniques. 
En tout état de cause, si malgré toutes les alertes et les coups de semonce de l'opposition, Alpha Condé persiste dans sa volonté de briguer le mandat de trop, il portera l'entière responsabilité des conséquences devant l'Histoire.
« Le Pays »
Rédigé par: Diallo   le: Mardi 18 Février 2020
C'est pour tou simplement dire que les politique profite de la naivete de leur peuple qui laisse leur destin a des institutions internationalles si non ya pas 2 chose a se dire que de respecter la loi
Rédigé par: Xi   le: Jeudi 13 Février 2020
Bi Michel: Le problème n'est pas de savoir si un président peut être candidat ou non. Ton raisonnement ne tient pas la route. Ce dont il est question en Guinée et en Côte d'Ivoire, c'est du respect de la Constitution qu'il s'agit. Après deux mandats consécutifs, un président ne doit pas utiliser le (faux) prétexte d'un changement constitutionnel pour vouloir se maintenir au-delà de 10 ans (deux mandats consécutifs).
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Jeudi 13 Février 2020
Bi Michel: daO a deja fait 10 ans..
Rédigé par: KGP   le: Jeudi 13 Février 2020
ALPHA CONDE, a trahi les guinéens.
Rédigé par: BI MICHEL   le: Mercredi 12 Février 2020
Beugré Julien je dirai même plus un mandat unique de 10 ans !
Rédigé par: BI MICHEL   le: Mercredi 12 Février 2020
Xi mon raisonnement tient. ça veut dire que le nègre électeur est un irresponsable donc pourquoi faire des élections si la seule façon pour un opposant d'être élu c'est que un président sortant ne soit pas candidat donc comme le disait l'autre il faut un mandat de 10 ans en même temps ! pourquoi nous fatiguer ?
Rédigé par: Birama Thiam   le: Mercredi 12 Février 2020
Imagine-t-on Trump en fin de mandat vouloir modifier la Constitution ou bien Macron attendre 2022 pour vouloir modifier la Constitution ? Ce que le voyou Alpha Condé fait n'est pas sérieux du tout. Il est entrain de faire pleurer toute la Guinée pour la catastrophe qu'il veut créer!
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 12 Février 2020
Pour quoi ne pas voter pour un mandat unique de 10 ANS, non renouvelable?
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 12 Février 2020
AH! Ces opposants historiques!Je peux citer le président de la Guinée, du Sénégal, de la COTE D'IVOIRE, du Mali. Nous les avons cru les plus démocratiques. Une fois au pouvoir, ces opposants historiques ont tordu le coup de notre démocratie.
Rédigé par: Xi   le: Mercredi 12 Février 2020
Bi Michel: Ton raisonnement scabreux ne tient pas la route. Tu ne peux pas dire que parce qu'un président-candidat triche pour se maintenir au pouvoir, alors cela veut dire que n'importe quel candidat peut lui aussi tricher pour arriver au pouvoir. C'est faux. Tu mens. Un président-candidat a les moyens de l'Etat à sa disposition ainsi que tous les médias d'état à sa disposition. Il y a donc une disproportion des moyens et de l'attention médiatique qui est en faveur du président-candidat, par rapport aux autres candidats. Sans compter que les présidents-candidats veulent tous modifier la constitution de leurs pays respectifs en fin de mandat. Aucun autre candidat ne peut modifier la constitution ni utiliser les moyens de l'Etat et les médias d'état à son profit!
Rédigé par: L'Americain   le: Mercredi 12 Février 2020
<< Le Pays >>, Alpha Conde n'a rien d'un dictateur. Votre " FNDC" ne represente pas tous les guineens. D'ailleurs c'est une association de voyous qui brule et tue tous ceux ne veulent pas adherer a leurs causes perdues. La Guinee compte 12 millions de personnes. Il ya une grande partie de ces 12 millions qui demande a Alpha Conde de prolonger son sejour au palais Sekhoutoureya vu tout ce qu'il a fait pour ce pays les 9 dernieres annees. Ils sont libres de ne pas aimer ou apprecier ce qui a ete abattu comme travail par Alpha Conde. Cependant ils n'ont aucun droit de s'attaquer a ceux qui le soutiennent parcqu'il est venu sortir la Guinee du retard dans lequel elle a ete plongee par les predateurs economiques. Ces soi-disants defenseurs de la democratie doivent comprendre que leur liberte s'arrete la ou celle d'autrui commence. Autres chose, qu'ils comprennent aussi qu'ils trouveront toujours le Vaillant peuple de Guinee devant eux pour defender les acquis d'Alpha Conde. Avec Alpha Conde, la Guinee bouge, les ennemis sont jalous.
Rédigé par: BI MICHEL   le: Mercredi 12 Février 2020
Quand on est dans l'opposition on demande la limitation du nombre de mandats et quand on est au pouvoir on demande un ou plusieurs mandats de plus ! Pourquoi ne pas faire sauter la limitation une bonne fois pour toute ! En effet si un candidat sortant peut tricher pour se maintenir au pouvoir alors n'importe quel candidat du pouvoir peut tricher pour arriver au pouvoir sinon ça voudrait dire que les électeurs en Afrique sont des enfants et donc des irresponsables
Rédigé par: Le Guineen   le: Mercredi 12 Février 2020
Mille morts à droite, mille morts à gauche, le voyou Alpha Condé avance vers le troisième mandat illégal et illégitime qu'il veut faire. Son obsession macabre risque de détruire la Guinée, mais il n'en a cure.