Libre opinion: Arrêtons un peu les flatteries et les titres ronflants. Allons droit au but de nos problèmes sociaux.
Vincent Toh Bi Irié - Publié le: 12-02-2020 - Mise-à-jour le: 12-02-2020 - Auteur: Vincent Toh Bi Irié
Libre opinion:  Arrêtons un peu les flatteries et les titres ronflants. Allons droit au but de nos problèmes sociaux.
Il y a des gens, si on avait mis nos petits galons étoilés dorés sur leurs épaules, ils allaient écraser tout le monde à Abidjan ici !
Président par-ci, Excellence par là. Honorable en haut. Vénérable à droite. Mais si c'est juste pour vous faire une petite escroquerie, c'est Vieux Père !
 
Vous aimez titre à Abidjan ici deh ! 
 
Il y a quelques mois, je suis allé sensibiliser de façon inopinée contre un risque d'inondation dans un bas-fond de Yopougon, une zone à risque d'inondation donc supposée inhabitable. On m'a prié d'attendre un individu particulier, qui a été annoncé à grande voix par un quidam : « le Président du quartier ».
Sous les acclamations de « Presi », « Presi », « Presi », l'individu s'est amené avec deux jeunes qui le suivaient. L'un des jeunes tenait ses 03 téléphones portables et l'autre tenait son sac à main à la couleur blanche très incertaine.
Le « Presi » lui même était sanglé dans une veste style écossais.
On cherche tous le pouvoir. Mais être Président d'un tout petit quartier situé lui-même dans un bas-fonds qui lui-même sera englouti par les eaux dans quelques jours, c'est pas un peu trop compliqué ça ??
Les gens adorent les honneurs hein !
 
Il y a quelques semaines semaines, des gardes de corps m'ont demandé d'attendre un peu que leur boss passe d'abord avant que nous autres nous n'entrions dans le lieu de culte. La voiture du boss est venue garée jusque devant le lieu de culte. 
Ô surprise, je constate que le boss pour lequel j'ai été tenu à l'écart parce que j'étais habillé en T-shirt et jeans, est un Directeur qui est sous mon Autorité Administrative en ma qualité de Préfet.
 
Au prix de « Monsieur Excellence, il a été installé au premier rang ».
 
Sérieusement, qu'est-ce que des gardes de corps viennent faire à l'intérieur d'un lieu de culte ?
 
Quel est le risque qu'une Autorité politique ou administrative soit attaquée ou agressée à l'intérieur d'un lieu de culte ? Combien de fois est-ce arrivé ? Quelle est la probabilité de l'occurrence d'une telle situation ? 
 
L'autre fois à IVOSEP, j'ai vu quelqu'un allé s'incliner sur une dépouille mortelle avec ses deux gardes de corps qui l'ont suivi jusqu'au cercueil. 
 
Entre nous, si tu n'as pas remboursé crédit de quelqu'un qui est mort ou si tu n'as pas cherché sa femme, qu'est-ce que deux gardes de corps ont à te suivre quand tu vas lui dire un dernier adieu ?
 
Dans les rues d'Abidjan, ce sont des « vieux père », « maman choco », « excellence », qui vous sont offerts gratuitement pour mieux vous endormir afin de vous soutirer les billets de banque de votre poche. 
 
Ce texte est loin d'être un simple humour.
 
Lorsque le protocole excessif intervient entre la population et les responsables administratifs, l'efficacité disparaît. 
Les pays les plus développés sont les pays où il y a le moins de protocole extérieur, dans le rapport des populations avec les élus et les responsables administratifs.
Arrêtons donc un peu les flatteries et les titres ronflants. Allons droit au but de nos problèmes sociaux.
Vincent Toh Bi Irié
Rédigé par: Abdoulaye SOUMAHORO   le: Jeudi 13 Février 2020
Je ne cesse de lire et relire cette publication. Elle colle à la réalité. Merci de contribuer à l'éducation de la masse.
Rédigé par: kesse eric joseph   le: Jeudi 13 Février 2020
Mon prefet merci pour votre texte.Rien à y ajouter.vraiment quand esclave est intelligent le maître ne peut qu'être fier.Toutes nos benedictions
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 12 Février 2020
C'est exact. Non seulement il y a trop de titres ronflants et de salamalecs indus, mais en plus, et surtout, beaucoup trop de cérémonies dispendieuses et injustifiées. En CI, on aime trop les strass et les paillettes, surtout s'ils sont en plastique "made in China". Pour "émerger" vraiment, il faudrait peut-être "un peu" moins de ces simulacres chronophages et budgétivores et "un peu" plus de VRAI travail, de travail productif et profitable à la communauté. ET dans ce domaine, les dirigeants devraient montrer l'exemple, PR, PM et PAN en tête, au lieu d'aller partout dans le pays pour s'autoglorifier en espérant convaincre l'électeur de base.
Rédigé par: Coul   le: Mercredi 12 Février 2020
Avec vous Mr. le Prefet , nous constatons qu'il y'a les Un , et les autres .Ce pays aurai eut deux ou plusieurs homme devouez comme vous ,le quotidiens des ivoiriens aurai largement evoluer dans sont ensemble . Je suis au garda-vous Mr. le Prefet Bi Irie !!
Rédigé par: Justin   le: Mercredi 12 Février 2020
J'avoue que votre texte M. le Gouverneur me redonne espoir quant à l'avenir de notre continent. J'en étais à désespérer. Si toutes les autorités simplifiaient les choses comme vous, notre pays, notre continent ne s'en porterait que mieux. Vous êtes un vrai modèle de leadership et je prie que Dieu vous aide à toujours garder un claire vision du leadership .
Rédigé par: DJEBLON   le: Mercredi 12 Février 2020
Merci Monsieur le Gouverneur pour votre humilité et votre simplicité.