Cameroun : Privé de sexe pendant 5 ans, un pasteur septuagénaire demande le divorce à son épouse
lebledparle - Publié le: 16-01-2020 - Mise-à-jour le: 16-01-2020 - Auteur: François Gaël Mbala
Cameroun : Privé de sexe pendant 5 ans, un pasteur septuagénaire demande le divorce à son épouse
Daniel et Yvette ont décidé de laisser de côté, la bible et sa justice divine, pour s'affronter devant les tribunaux. Mariés depuis 1987, les deux tourtereaux sont résolus à souffler sur la flamme qui a longtemps brulé en eux.
Monsieur Daniel propriétaire d'une église de réveille, accuse son épouse des faits de violences conjugales, tandis que madame Yvette lui les faits d'infidélité. C'est la brouille totale entre ce couple de septuagénaire. La fin de 33 années de vie commune a ainsi été mise en scène devant le juge de droit local du Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé le 18 décembre 2019.
D'après le récit de l'Hebdomadaire Kalara, « L'homme de Dieu, qui paraît encore très solide malgré le poids de son âge, reproche à Yvette les faits de violences conjugales et le refus de consommer le mariage. La dame, qui s'oppose au divorce, nie les accusations. Les conjoints ont chacun à son tour, dit au tribunal ce qui reste de leur union ».
Selon le chef de famille, ils formaient un couple heureux sans histoire. Mais d'après le mari, les problèmes ont commencé dans son foyer en 1992, lorsqu'il a perdu son emploi. « J'ai perdu mon autorité dans ma maison. Ma femme et mes enfants ne me respectent plus. Ils m'insultent et me crachent dessus. Mon épouse exerce les violences sur moi en présence de notre progéniture, qui reste indifférente face à mes cris de détresse », a-t-il témoigné dans devant les juges.

Mission pastorale

Pour maintenir la stabilité financière de son foyer, Daniel dit avoir vendu tous ses biens avec la bénédiction de son épouse. Insatisfaite, cette dernière refuse de lui donner à manger, sous prétexte qu'il ne rationne pas. Ce qui l'énerve le plus est qu'il est privé de sexe depuis cinq ans.
Daniel déclare que Yvette a déserté le lit nuptial depuis longtemps et refuse d'honorer ses obligations conjugales, malgré ses multiples tentatives. « Au départ, quand je posais mes pieds sur elle dans la nuit, je recevais une gifle en retour. Pour finir, elle m'a abandonné dans notre chambre conjugale et s'est installée dans une autre pièce avec tes enfants », peut-on lire dans le journal de Christophe Bobiokono.
Le pasteur indique qu'il a reçu l'appel du Christ et a été affecté par ses pairs à Bangui en République centrafricaine dans le cadre de sa mission pastorale. Son épouse Yvette refuse de l'y rejoindre.
De son côté, la dame raconte que son union avec Daniel était son plus beau cadeau. Cet homme a changé lorsqu'il a démissionné de son lieu de service et a cédé son poste à son neveu. Ensuite, Daniel est allé en aventure dans une autre ville l'abandonnant avec leurs enfants mineurs. De retour dans son foyer après cinq années d'absence, il s'est mis à vendre tous leurs biens. « Mon mari a vendu deux plantations au village et une ici à Yaoundé à mon insu. Deux ans après, il a également liquidé notre terrain et une maison qui était occupée par les locataires. Cette fois, il est allé loger les fruits de la vente dans une banque et grignote cet argent tout seul. Aux dernières nouvelles, j'ai appris qu'il est sur le point de vendre la maison qu'on occupe actuellement, le seul bien qui nous reste », a-t-elle souligné.

Guerre des églises

La dame déclare en outre que le véritable problème de son époux est la guerre des églises. Selon elle, Daniel n'a pas pu supporter le fait qu'elle a été nommée pasteur à sa place dans l'église qu'elle dirige actuellement. Pour exprimer son mécontentement, ce dernier a créé une autre église concurrente et a érigé la chapelle dans leur domicile. « Mon mari n'a pas le charisme d'un pasteur, raison pour laquelle ce poste lui a été refusé. Ses pairs et lui-même ne sont pas sérieux dans l'ouvre de Dieu. Ce sont des escrocs et des voleurs »
Pour ce qui est des faits de violences conjugales qui lui sont reprochés, Yvette a déclaré qu'elle n'a jamais porté la main sur le père de ses enfants. Elle soutient qu'il se fait bastonner par ses rivaux, les époux de ses maitresses avec lesquelles il dilapide leurs biens.
S'agissant de la non consommation du mariage, Yvette a déclaré que c'est son homme qui fuit le lit conjugal quand il a l'argent, et qu'elle est disposée à renouer la relation avec lui. « Allez arranger ce problème dans la chambre », a conseillé le juge avant de renvoyer l'affaire en février 2020 pour la suite des débats.