Côte d'Ivoire - Aboisso : 137 enfants sauvés de l'exploitation
lebanco.net - Publié le: 12-01-2020 - Mise-à-jour le: 12-01-2020 - Auteur: JS Dagou
Côte d'Ivoire - Aboisso :  137 enfants sauvés de l'exploitation
L'Unité de lutte contre la Criminalité Transnationale (UCT) a sauvé à travers une de ses opérations à Aboisso (sud-est ivoirien, près du Ghana) 137 enfants de l'exploitation et de la traite. C'était le vendredi 10 janvier 2020.
Ces enfants, âgés de 6 à 17 ans, en provenance du Bénin et du Togo étaient à bord d'un car de transport en commun. Le véhicule a été intercepté par l'UCT mettant ainsi la main sur un chef convoyeur répondant au nom de Diaby et son complice Tchokpohoue Kou Segnanou, de nationalité togolaise.
En poste pour le contrôle entre la Côte d'Ivoire et le Ghana, la supercherie sera découverte par les équipes conduites par le commissaire Luc Zaka. Les enfants transportés sans accompagnateurs et sans autorisation parentale, dénonceront, par la suite, le projet des deux acolytes.
Un autre complot parmi tant d'autres  découvert  à l'occasion de l'opération de police dont le nom de code est « Bia III »  initiée et financée par le Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l'Exploitation et le Travail des Enfants (CNS) présidé par la première Dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara. Ainsi, après Bia I en 2009 et  Bia II  au Ghana en 2011, « Bia » III a eu pour théâtre d'action  la zone d'Aboisso dans la région du sud-comoé, première porte d'entrée en venant du Ghana. « Sur les 137, il y a 15 qui sont en état de risque  et aussi 12 trafiquants qui seront mis à la disposition de la Justice. Et parmi les 12, il y a 03 qui  seront transférés à Abidjan pour la suite de l'enquête. Les enfants  sauvés sont  de nationalité nigériane, nigérienne béninoise, ghanéenne et togolaise.  Et selon leur nationalité, ils étaient destinés à la prostitution pour les nigérianes,  le pneumatique et le commerce pour les togolais, les béninois et les nigériens », a révélé, à la presse, le commissaire divisionnaire  Kouadio Yéboué Marcellin,  préfet adjoint de police d'Aboisso.
L'organisation présidée par la première Dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara, conduit  cette action conjointement avec la sous-direction de la police criminelle en charge de la lutte contre la Traite des Enfants et la délinquance juvénile et l'unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT) avec l'assistance d'Interpol.   
 
JSDagou