Attaque du camp de Chinagoder au Niger: 89 soldats tués, selon un dernier bilan
RFI - Publié le: 12-01-2020 - Mise-à-jour le: 12-01-2020 - Auteur: RFI
Attaque du camp de Chinagoder au Niger: 89 soldats tués, selon un dernier bilan

L'attaque terroriste du camp militaire de Chinagoder a fait plus de morts qu'on ne s'attendait. À la fin du ratissage de deux jours, 89 corps de soldats nigériens ont été recensés. Un bilan très  lourd confirmé au ministère de la Défense. Les soldats ont été enterrés samedi au Carré des soldats martyrs à Niamey.

Le bilan de l'attaque jihadiste du poste militaire de Chinagoder s'alourdit avec 58 nouveaux corps découverts lors des différents ratissages. Ce qui porte officiellement à 89 le nombre de soldats tombés à Chinagoder. Les 89 corps ont été acheminés selon plusieurs témoins à l'escadrille nationale. Ils ont été enterrés au Carré des martyrs.
Selon des sources sécuritaires, un tel bilan ne pourrait s'expliquer que par la violence des combats et des puissants moyens militaires en possession des jihadistes. Sans compter le nombre important de motos utilisées. Plusieurs soldats seraient morts pourchassés, dit-on, par les jihadistes à moto.
Selon un ancien chef de l'ex-rébellion touarègue au Niger, le dispositif de combat relève de vrais vétérans d'Aqmi ou de Ansardine. Les chefs des jihadistes qui ont frappé Chinagoder sont des étrangers venus d'ailleurs, selon un officier supérieur de l'armée nigérienne. « Durant le combat, a-t-il précisé, les chefs terroristes ont communiqué et donné leurs instructions en langue arabe, le vrai arabe. »
En un mois le Niger a perdu plus de 174 soldats dans trois différentes attaques sur sa frontière nord avec le Mali. Selon plusieurs observateurs ce lourd bilan s'explique aussi par le fait que l'armée malienne a quitté plusieurs de ses positions dans sa partie sud frontalière avec le Niger, offrant ainsi un boulevard aux terroristes.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Lundi 13 Janvier 2020
Pourquoi est-ce que la France a-t-elle décrété un embargo sur les armes déjà destination des pays africains qui sont sus la menace djihadistes ? C'est cela qui est inconcevable. Les Armées du Niger, du Mali et du Faso n'ont pas d'armes ni de munitions, alors que les djihadistes sont surarmés et ont des motos pour pourchasser et tuer les soldats africains désarmés.
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Dimanche 12 Janvier 2020
Mais, nos pays africains sont incapables de s'unir pour tuer les criminels assassins djihadistes.Il faut savoir que ce ne sont pas les soldats Français qui doivent payer le prix du sang pour défendre l'intégrité de nos pays africains de l'ouest! Et le Burkina par exemple, à travers le PR Kaboré se plaint que les troupes maliennes aient traversé la frontière pour poursuivre les terroristes en territoire Burkinabè ou bien il y a des observateurs en Côte d'Ivoire qui se plaignent que l'Armée du Faso ait traversé la frontière pour poursuivre en Côte d'Ivoire des terroristes. Il faut que nos pays africains dépassent ce genre de petites querelles, pour s'unir véritablement pour combattre le péril djihadiste. Sinon nos pays se retrouveront sous la coupole de certains esclavagistes barbares arabes, qui sous le couvert d'un soi-disant "état islamique" en Afrique de l'ouest voudront nous réduire en esclavage. Cela a déjà commencé avec Boko Haram!
Rédigé par: BI MICHEL   le: Dimanche 12 Janvier 2020
Pourquoi ne pas interdire les motos dans certaines zones du pays ?