Nnenna Nwakanma: «Collez la paix au ministre Mabri »
Nnenna Nwakanma - Publié le: 12-01-2020 - Mise-à-jour le: 12-01-2020 - Auteur: Nnenna Nwakanma
Nnenna Nwakanma: «Collez la paix au ministre Mabri »
Sans émotion et avec du recul, que reproches tu au Ministre Mabri?
A. Il manque de vision, sa gestion est catastrophique. Tout s'écroule et lui, il ne fait rien.
B. Il ne croit pas dans les institutions à lui confiées. Il est là juste pour la politique et le resto, le bien-être des universités et la recherche en Côte d'Ivoire, il s'en fout.
C. Le fait d'afficher la photo. Il n'est pas le seule dont l'enfant étudie à l'étranger, mais il aura dû, par pudeur ne pas l'afficher, vu l'espoir qu'il porte. Afficher la photo ainsi c'est naguer nous autres qui n'avons pas les moyens, c'est quelque part nous humilier, nous manquer de respect. On a pas besoin qu'un ministre nous rappelle notre galère.
D. Vraiment pas grande chose. Peut être qu'il aura dû mieux réfléchir avant de poster. Il aurait dû tout mettre en perspective. Il aurait dû informer que sa fille avait déjà fait le Lycée et même l'université en Côte d'Ivoire et qu'elle a obtenu une bourse d'elle même. Cela allait mettre les choses en contexte.
E. Rien de tout. Chaque famille a la liberté de scolariser son enfant où elle veut comme elle veut. Mabri c'est tout de même un cadre supérieur avant même sa position du Ministre. Il a largement les moyens d'offrir la meilleur éducation à sa fille. Quel parent n'a pas le même rêve ? C'est pas Mabri qui est à l'origine du mal des écoles en Côte d'Ivoire. Collez lui paix.Nnenna Nwakanma
Rédigé par: Foufou   le: Lundi 13 Janvier 2020
"Il aurait dû informer que sa fille avait déjà fait le Lycée et même l'université en Côte d'Ivoire et qu'elle a obtenu une bourse d'elle même." Cela devrait suffire...
Rédigé par: Xi   le: Dimanche 12 Janvier 2020
Ce scandale "Mabri" est bien révélateur d'un certain état d'esprit (pas très sain) de la part de nos politiciens actuels... Si les enfants de nos dirigeants fréquentaient nos écoles et universités publiques, nos écoles et universités publiques seraient certainement beaucoup mieux gérés (que ce que l'on voit maintenant). Si les enfants de nos dirigeants ainsi que leurs femmes se soignaient et accouchaient dans nos hôpitaux publics, ceux-ci seraient certainement mieux gérés (que ce que nous voyons maintenant.). Cela est une évidence qu'on a pu vérifier au temps d'Houphouët, où les enfants des ministres d'Houphouët: Thiam, Alassane Salif N'diaye, Akoto, Yacé Philippe, Bernard Dadie .etc...fréquentaient dans nos écoles publiques, nos collèges et nos lycées publics, ainsi que dans nos universités et grandes écoles publiques. L'enseignement public ivoirien était de qualité et d'une qualité bien supérieure au privé. Le baccalauréat ivoirien était valable de plein droit sur le territoire Français.Les soeurs du PR Houphouët se soignaient à l'Institut de Cardiologie FHB d'Abidjan, qui était (ainsi) l'un des meilleurs établissements de soins cardiologiques d'Afrique. Aujourd'hui, il y a beaucoup de "je m'en foutisme" dans l'enseignement et la santé, parce que les enfants de nos dirigeants politiques ainsi que leurs parents proches, ne sont pas du tout concernés par ce qui se passe dans les écoles et universités publiques, ni par ce qui se passe dans nos hôpitaux publics. C'est dommage pour nos populations qui votent et qui paient des impôts. Nos politiciens se comportent comme s'ils n'ont pas de comptes déjà rendre aux citoyens ivoiriens .
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Dimanche 12 Janvier 2020
Un peu de décence quand même! C'est un comble que les personnes en charge de l'Education nationale et aussi de l'Enseignement supérieur en Côte d'Ivoire trouvent que nos universités publiques et grandes écoles publiques ne sont pas assez bonnes pour leurs (propres) enfants. C'est le même état d'esprit qui prévaut chez la plupart de nos responsables de la santé en Côte d'Ivoire (ainsi que la plupart de nos responsables politiques).Ils se soignent eux-mêmes (ainsi que leurs parents) à l'étranger (France, Maroc, Tunisie.). Bref, les citoyens ivoiriens qui payent des impôts pour entretenir le haut train de vie de nos responsables politiques, ont le droit d'exiger que nos établissements publics de santé et nos universités publiques soient également de très bonne qualité. L'enseignement de qualité et les soins de santé de qualité, cela ne doit pas être réservé seulement aux enfants des politiciens, aux politiciens et à leurs famille. qui étudient et se soignent à l'étranger aux frais des contribuables ivoiriens...