Elections présidentielles de 2020 : Ouattara veut que la caution passe à 100 millions de FCFA
lebanco.net - Publié le: 29-11-2019 - Mise-à-jour le: 29-11-2019 - Auteur: Jeremy Junior
Elections présidentielles de 2020 : Ouattara veut que la caution passe à 100 millions de FCFA
Le chef de l'Etat a laissé entendre, le jeudi 28 novembre 2019, au cours d'une rencontre, qui s'est tenue en début de soirée à la résidence présidentielles de Katiola, avec les chefs traditionnels, les guides religieux, les cadres et élus de la région du Hambol, qu'il souhaite que la caution pour l'élection présidentielles de 2020 soit fixée au minimum à 100 millions de Fcfa, contre 20 millions pour l'heure.  
Alassane Ouattara a affirmé sous un brin d'humour que si cette caution est fixée à 500 millions Fcfa, c'est Jean-Louis Billon seul qui pourra présenter sa candidature. 
Le président de la République a également souligné que la Constitution subira de légères modifications, et rassure que rien ne sera fait pour écarter un candidat à la course au fauteuil présidentiel. « Je suis un démocrate et je ne ferai rien pour empêcher la candidature de quelqu'un », dira-t-il à ce propos. Et le chef de l'Etat de rassurer : «.....il n'y aura pas d'exclusion »  
Alassane Ouattara souhaite également qu'il n'y ait pas trop de candidats, selon lui pour que le peu de candidats aient le temps d'exposer leurs projets de société pour le pays, et cela permet également, selon lui, de gagner du temps. 
Il entretien toujours le suspense au sujet de sa candidature en indiquant qu'il n'a pas encore pris de décision et qu''il continue de réfléchir 
 De notre envoyé spécial Jeremy Junior 
Rédigé par: papus   le: Lundi 2 Décembre 2019
Lago Tape,le cout eleve d'une campagne ne se resume pas uniquement au nombre de candidats, d'autres elements comme le nombre de la population,la superficie du territoire,la duree de la campagne etc... De nos jours la campagne la plus chere au mone reste les USA avec seulement 2 candidats (Democrates et Republicains),plus pres de nous en RDC et au NIgeria la presidentielle est plus couteux en raison du nombre du corps electoral et de l'etendue du territoire. Pour notre cas,je pense qu'il faut etre raisonnable et eviter certaines manoeuvres pour ecarter des adversaires comme au BENIN qui n'est pas un modele a suivre en la matiere. Au final je pense meme que les principaux tenors a cette candidature trouveront facilement cette somme.
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 2 Décembre 2019
Forestier: Tu as raison. Le système démocratique ivoirien est actuellement verrouillé. On n'a pas l'habitude de tenir des primaires(ouvertes et démocratiques) au sein de nos partis politiques afin de voir des candidats nouveaux émerger, et se faire connaitre du grand public. Ce sont donc toujours les mêmes candidats qu'on aura (Gbagbo, Koulibaly, Mabri, Ado, Bédié.). Au sein de nos grands partis politiques, personne d'autres que les ténors ci-dessus mentionnés ne peuvent se présenter . Cela veut donc dire que la caution de 100 millions qu'Ado souhaite voir instaurée, contribuera à verrouiller encore plus le système. En effet, combien d'ivoiriens ont 100 millions de CFA en poche ?
Rédigé par: Zadi Zohore dit ZZ   le: Lundi 2 Décembre 2019
Avoir 24 candidats comme au Mali ou 33 candidats comme au Bénin, cela ne renforcera pas la démocratie ivoirienne, Monsieur Forestier de Lahou. Cela coute cher en effet d'avoir des candidats farfelus (en campagne) de devoir leur donner un temps d'antenne équitable dans les médias publics (RTI, Frat-Mat...), et de devoir imprimer pour rien des bulletins de vote avec leur logo, slogan de campagne et leurs photos. En effet, les électeurs (en général) votent majoritairement pour deux ou trois candidats seulement, parmi les plus connus et ignorent tous les autres.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 1 Décembre 2019
"Lago Tape" tu dis "Quand il y a beaucoup (trop) de candidats, cela coûte cher". Certes, mais on ne veut pas d'une démocratie au rabais. Ouattara sait parfaitement trouver des milliards pour des foutaises, il peut bien faire un effort pour investir dans des élections inclusives et crédibles. Quand on voit tout l'argent qu'il distribue actuellement pour des actions purement clientélistes, cette argumentation ne tient pas la route.
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 30 Novembre 2019
Quand il y a beaucoup (trop) de candidats, cela coûte cher en effet! Il y a eu par exemple en juillet 2018, 23 candidats et 01 candidate au premier tour des élections présidentielles maliennes. Soit donc 24 options différentes de votes et 24 bulletins de vote imprimés pour chacun des bureaux de vote, avec les couleurs et les photos de chacun des candidats! Il y a eu 24 équipes de campagne aux moyens financiers et humains différents, 24 slogans, mais certainement pas 24 programmes de gouvernement solides et dignes de ce nom! Le Bénin avait 33 candidats, Liberia 20 candidats, Sénégal 14 candidats, Niger 14 candidats, Sierra-Léone 16 candidats, Nigeria 14 candidats, Burkina 14 candidats... Si on compare le nombre de candidats en Afrique de l'Ouest avec le nombre de candidats dans des zones géographiques comparables telles qu'en Afrique de l'Est et en Amérique Latine, on constate que c'est vraiment une spécificité ouest-africaine que d'avoir autant de candidats. En moyenne en Afrique de l'Est, ils ont 08 candidats par élection présidentielle et c'est à peu près la même moyenne en Amérique Latine. En Afrique de l'Ouest, on constate que la majorité des suffrages se porte (toujours) sur une poignée de candidats: deux ou trois au maximum. Cela signifie donc que la plupart des candidats en Afrique de l'Ouest se présentent sans base électorale. Pourtant, il faut des raisons pour investir des ressources dans une élection. La prolifération des candidatures en Afrique de l'Ouest peut-elle être jugulée par le relèvement de la caution financière ou par l'exigence de parrainage d'élus locaux ou d'électeurs? N'est-elle pas plutôt le symptôme d'un mal plus profond, celui de la déstructuration du champs politique? En effet, au sein des partis politiques en Afrique de l'Ouest, personne d'autre ne peut émerger et être candidat, si ce n'est le "président-fondateur" dudit parti. On le voit par exemple en Côte d'Ivoire, on aura certainement en 2020 les mêmes candidats qu'en 2010.
Rédigé par: Zike Kone   le: Samedi 30 Novembre 2019
D'une part, dAo déclare qu'il veut que tous les candidats puissent se présenter sans aucune exclusion, et d'autre part, le même dAo souhaite qu'on élève la caution à 100 millions pour que les candidats (les moins nantis et les plus nombreux) soient exclus du processus électoral. Que doit on penser alors, puisque les déclarations de dAo sont contradictoires ?
Rédigé par: IVOIRO.USA   le: Vendredi 29 Novembre 2019
Hum. Propos très inquiétant venant d'un président en exercice en Côte d'Ivoire.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 29 Novembre 2019
"il n'y aura pas d'exclusion"... juste une petite sélection par l'argent. Seuls les gros affairistes auront le droit de se présenter. Voilà qui nous promet un avenir radieux et une croissance "inclusive" !
Rédigé par: Beugré Julien   le: Vendredi 29 Novembre 2019
100 millions, est petit. que Dramane dise MILLE MILLIARDS. Là, Dramane sera le seul candidat
Rédigé par: BI MICHEL   le: Vendredi 29 Novembre 2019
Le parrainage est une solution