En meeting à Niakara :Ouattara tacle l'opposition : « On n'est pas dans le bavardage »
lebanco.net - Publié le: 29-11-2019 - Mise-à-jour le: 29-11-2019 - Auteur: Jeremy Junior
En meeting à Niakara  :Ouattara tacle l'opposition : « On n'est pas dans le bavardage »
 Au deuxième jour de sa visite d'Etat, Alassane Ouattara a animé un meeting au stade Nalo Bamba de Niakara. Dans un stade archicomble, le chef de l'Etat a laissé entendre que gouvernement est au travail. « Il n'est pas dans le bavardage. Le gouvernement est au travail pas seulement jusqu'en 2020, mais bien au de-là en 2025, en 2030. Le gouvernement continuera d'être au travail, et la Côte d'Ivoire continuera d'avancer grâce à cette équipe dynamique sous l'autorité du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly avec Daniel Kablan Duncan et le capitaine Alassane Dramane Ouattara que je suis », a-t-il lancé.  
Répondant aux préoccupations des habitants, le Chef de l'Etat a demandé au gouvernement de mettre un accent sur la transformation locale de l'anacarde et des autres produits agricoles de la région afin de créer des emplois pour les jeunes et les femmes et mieux rémunérer le travail des paysans. 
Le bitumage de certaines routes, l'accès à l'eau potable, la construction de centre de santé et de centre hospitalier régional (Chr) et les autres doléances ont eu un écho favorable aux oreilles du chef de l''Etat, qui a promis de tout mettre en ouvre pour leur réalisation. 
L'illustre hôte a dit être venu à Niakara faire le point des investissements qui ont été faits et s'assurer que tout se passe comme prévu.  
De notre envoyé spécial Jeremy Junior 
 
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Samedi 30 Novembre 2019
"Il" n'est pas dans le bavardage, mais en presque 10 ans de pouvoir sans partage, on n'a encore rien vu. Les routes (qui coûtent autant de milliards (empruntés) sont "biodégradables" et sont emportées par les pluies diluviennes, à chaque saison des pluies.La pauvreté n'a pas reculé malgré la très forte croissance qui semble plus virtuelle que réelle. On utilise l'euphémisme de "croissance no-inclusive" pour décrire cette croissance appauvrissante. L'Ecole ivoirienne est à terre. la plupart des jeunes (même parmi les plus diplômés) sont soit au chômage, soit dans des boulots de survie tels que la "gérance de cabine"... Au plan de la santé, on n'a encore rien vu en ce qui concerne l'Assurance-Maladie Universelle et la plupart de nos maternités et hôpitaux sont des mouroirs. Au plan de la santé publique, il y a une recrudescence des cas mortels de paludisme et de fièvre typhoïde, et la fièvre dengue est même apparue en Côte d'Ivoire. Les taux de mortalité infantile et de morbidité n'ont pas baissé, ni même le nombre des avortements plus ou moins clandestins. Il y a aussi comme une épidémie d'AVC qui frappent les ivoiriens dans la force de l'âge. Les accidents de la circulation tuent plus que jamais. Les morts se comptent par vingtaines et plus sur nos routes. Les criminels "microbes", "coupeurs de routes" et autres tuent et versent le sang des innocents. Les enlèvements d'enfants qu'on ne retrouve jamais sont aussi en hausse selon les réseaux sociaux. Les entrepreneurs ivoiriens ont du mal à accéder à la Commande Publique et aux financements bancaires. L'affacturage et le crédit-bail ne sont pas suffisamment développés pour offrir des alternatives complémentaires aux prêts bancaires. Le compartiment "PME" de la BRVM n'en est qu'à ses balbutiements. Bref, s'"il" n'est pas dans le bavardage, qu'a-t-"il" fait concrètement pour amener le pays à la soi-disant "émergence" tant vantée ? hélas, "il" est bel et bien dans le "bavardage" et la "vente d'illusions"!
Rédigé par: Fofana aboulaye   le: Samedi 30 Novembre 2019
Que dieu nous garde à 2020 je suis avec lle Rhdp en 2020
Rédigé par: Yvan kouakou   le: Vendredi 29 Novembre 2019
« On n'est pas dans le bavardage »: voici un monsieur suffisant et méprisant. Voici un monsieur qui s'est toujours cru plus intelligent que les ivoiriens. Au point que , parce que il a toujours présenté un passé douteux et qui a juste titre, les ivoiriens se sont posés des questions sur ses origines et par delà que son éligibilité aux fonctions publiques suprêmes était équivoque ( alors que ces interrogations étaient bien légitimes et bien à propos) , ce monsieur a décidé de rendre ce pays ingouvernable si l'on ne l'autorisait pas à être candidat . Monsieur a mis à exécution ses paroles : Mr Bédié a subi le coup d'etat et l'humiliation. Mr Gbabgo a subi la rébellion et l'humiliation. Car comment des personnes aussi « minables » que sont Mr Bédié et Mr Gbagbo ont osé écarté ce plus que brillant monsieur ( ce grand économiste ( qui n'a cependant jamais fait de publications scientifiques enlevées ou même écrit des livres d'ordre universitaire, et qui en pilotant les programmes d'ajustement structurel (alors qu'il était au FMI) a réussi brillamment à décimer les fonctions publiques africaines: la privatisation était une panacée : au fond il privatisait et rachetait, dixit Feu Diegou Bailly .). Et maintenant qu'il a pris le pouvoir grâce à ses victimes d'hier, il veut maintenant s'y éterniser. Monsieur poursuit dans sa logique car personne ici ne peut le valoir. Et même si nombre d'ivoiriens ne veulent pas de lui, ils doivent accepter l car il est le seul et personne d'autre qui puisse présider aux destinées de ce pays : peu importe si nous l'aimons ou pas ; peu importe si la dette va ruiner ce pays; peu importe si on finance le budget par des crédits même si cela défie le bon sens. Mais il y a ce que l'homme propose et Dieu fait le reste. Bonne chance, bon courage à vous cher monsieur !!
Rédigé par: Nanguin   le: Vendredi 29 Novembre 2019
Voilà qui est donc un peu officiel...Il est candidat...
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 29 Novembre 2019
En effet, "il" n'est pas dans le bavardage, il est dans le déni et le mensonge.