Le Fihavanana au coeur des messages du Pape François
madagascar-tribune - Publié le: 09-09-2019 - Mise-à-jour le: 09-09-2019 - Auteur: Arena R.
Le Fihavanana au coeur des messages du Pape François
Le développement humain, le « fihavanana », la lutte contre la corruption et l'exclusion, la pauvreté et l'affermissement de la foi..... Ce sont en résumé les sujets évoqués par Pape François lors des deux journées de sa visite apostolique à Madagascar. Une visite ponctuée notamment par la célébration de la grande messe dans le domaine diocésain de Soamandrakizay, à Androhibe, où à peu près un million de personnes se sont rassemblées lors de cet événement historique pour l'église catholique à Madagascar.
Samedi dernier, lors de sa rencontre avec les autorités, le corps diplomatique et les représentants de la société civile au palais d'Etat à Iavoloha, le Pape François a évoqué le « fihavanana », un élément central de la culture nationale. Il « évoque l'esprit de partage, d'entraide et de solidarité. Cela comprend également l'importance des liens familiaux, de l'amitié et de la bienveillance entre les hommes et envers la nature », dit-il. Le souverain pontife y voit « l'âme » du peuple malgache et demande à tous de le « préserver ».
Le chef d'Etat du Vatican a lancé que les responsables politiques restent souvent confrontés au « défi permanent » consistant à « favoriser les conditions d'un développement digne et juste, impliquant les acteurs de la société civile ». Pour cela, il a lancé un appel fort aux autorités malgaches à « lutter avec force et détermination contre toutes les formes endémiques de corruption et de spéculation qui augmentent la disparité sociale et à affronter les situations de grande précarité et d'exclusion qui produisent toujours de conditions de pauvreté inhumaine ».
Le Pape François a également affirmé la nécessité d'instaurer dans le pays des « médiations structurelles qui peuvent assurer une meilleure répartition des revenus et une promotion intégrale de tous les habitants, en particulier des plus pauvres ». Même lors de sa rencontre avec les prêtres, religieux, consacrés et séminaristes du pays au collège Saint Michel à Amparibe, il a invité l'église à garder un esprit de louange et de pauvreté. Il a également appelé les évêques malgaches à être proches de Dieu et des pauvres.
« Nous devons être les premiers dans le choix de proclamer l'Évangile aux pauvres », a-t-il indiqué avant de rappeler que les évêques ont « un devoir particulier de proximité et de protection envers les pauvres, envers les enfants et les personnes les plus vulnérables, victimes d'abus et de la culture du déchet ». « Le pasteur qui s'éloigne du peuple, qui perd l'odeur du peuple fini par devenir un monsieur l'abbé, un fonctionnaire de cour » a-t-il affirmé, lors de sa rencontre avec les évêques du pays à la cathédrale d'Andohalo.
Lors de la veillée avec le jeunes à Soamandrakizay, le Pape François exhorté les jeunes malgaches à faire de leur vie une mission. « Le disciple de Jésus ne doit pas rester immobile, se plaindre ni se regarder soi-même, il doit agir et s'engager », lance-t-il à l'endroit d'environ 100 000 jeunes ayant assisté à la veillée du samedi. « C'est pourquoi, j'aime voir chaque jeune comme un chercheur ». Il les invite ainsi « à devenir missionnaires, à commencer des missions qui les transforment ».
Devant les milliers de fidèles ayant assisté à la messe de Soamandrakizay, le Souverain Pontife a notamment rappelé dans son homélie, les exigences de l'engagement à la suite du Christ. Il a alors demandé à l'assistance présente, composée d'autorités, de fidèles venus des quatre coins de la Grande île, de faire de Madagascar « un lieu où l'Évangile se fait vie ». Il a pour cela appelé à « ne pas instrumentaliser le nom de Dieu ». Le royaume des Cieux ne doit pas être identifié avec « ses propres intérêts personnels ou avec la fascination d'une idéologie quelconque au risque d'instrumentaliser le nom de Dieu », prévient le Saint-Père.