Côte d'Ivoire/ Annoncé partant du gouvernement : Un ministre craque et pleure
lebanco.net - Publié le: 08-09-2019 - Mise-à-jour le: 08-09-2019 - Auteur: Karine Koré
Côte d'Ivoire/ Annoncé partant du gouvernement : Un ministre craque et pleure
Moins d'une semaine après, le dernier remaniement ministériel livre ses secrets. L'on en sait un peu plus sur les tractations ayant abouti à l'équipe gouvernementale rendue publique le mercredi 5 septembre 2019. Selon Jeune Afrique, qui rapporte l'information dans sa dernière publication du 8 au 14 septembre 2019, un ministre, qui s'est vu signifier son départ du gouvernement, a accusé le coup au point de fondre en larmes.
Le confrère révèle, en effet, qu'avant l'annonce officielle de la nouvelle équipe gouvernementale, plusieurs ministres, dont Alassane Ouattara projetait de se séparer, ont été reçus à la fois par le chef de l'Etat, Alassane Ouattara et son Premier ministre, Amadou Gon, les 2 et 3 septembre 2019. A en croire la même source, il s'agit, entre autres, de Mamadou Sangafowa Coulibaly, du ministère de l'Agriculture, Ramata Ly-Bakayoko, de la Femme, la Famille et l'Enfant, Sidiki Diakité, de la Sécurité et l'Intérieur, Isaac Dé, de l'Economie numérique, Adama Koné, de l'Economie et des Finances.
Toujours selon le confrère, la perspective d'un départ du gouvernement a plongé les concernés dans l'émoi au point que l'un d'entre eux s'est mis à pleurer. Sans doute, par crainte de devoir perdre subitement tous les avantages auxquels donne droit un portefeuille ministériel. Lequel des six qui étaient dans le viseur d'Alassane Ouattara a fondu en larmes ? Notre source reste muette sur ce point.
Toutefois, elle souligne que les autres ministres annoncés partants du gouvernement, plutôt que se résigner, ont choisi de faire jouer leur entregent dans l'entourage de Ouattara. Résultat : sur les six menacés de quitter le gouvernement, un seul a été, en définitive, éjecté. En l'occurrence Mamadou Sangafowa, qui détenait le maroquin de l'Agriculture. Il aurait payé sa proximité avec l'ex-président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro.
Karine Koré
Rédigé par: Quiquiriqui   le: Mardi 10 Septembre 2019
En CI comme dans nombreux autres pays d'Afrique, devenir ministre avec ou sans compétence pour faire le job c'est l'assurance avant tout qu'on va enfin pouvoir avoir un peu puisqu'avant nombreux n'avaient rien ou si peu ! Donc peu importe qu 'on ne soit pas à la hauteur de la nomination car ministre est un titre et non un métier,le important est de s'enrichir et rapidement... Les places sont chères car ils faut savoir se jouer lèche bottes et demeurer larbins et toutes autres choses du genre, plus on est à courber l'échine pour le maître plus on peut espérer la nomination et durer. Normal que l'un vienne chialer, quand on a l'habitude de baisser son froc... Pleurer est un une formalité !!! Vive la CI
Rédigé par: Cyril   le: Lundi 9 Septembre 2019
Je pense que en Cote d'ivoire les hommes politiques jouent avec la diversite tribal. Il ya des personnes qui pensent que c'est tour des Nordistes. Il s'avere naguere que les clans de Bedie et gbagbo pensaient ainsi. Nous sommes dans une circle vicieu de pensee limites. Leur prediction est de courte duree. L'incompetence de chacun ajoute 30 ans en arriere dans une developement precaire. Je suis du Nord. Toutefois, Ouattar m'a tres decu. Il est dans l'imcapicite de ce demarquer des autres. Par ailleurs, Il ne m'a jamais convaincu. Nous, les Ivoiriens nous sommes dans les legacies. Il est du FMI. Il a une maniere de pensee restraint sans innovation. Ils sont une seule recette, Aider a piller les pays faibles car c'est l'economie de marche. Nous les Africans, nous dormons avec nos l'ennemis. Nous sommes epate par toutes ses fabrications capitalists ( Banque Mondial, FMI, Deloite, PWC, McKinsey) et les Business schools ( ou Ecole de commerces). Nous sommes des pareussuex, On ne veux pas reflechir pour nous en sortir. Nous avons des gens inteliigens, Ils passent leur temps a aider l'ennemis pour nous detruire (Self-destruction). Gbagbo etait le seul mais peut etre a force d'etre accule par les Affairiste ( les Blanc chauds). Il a derape dans la demagogie et la pareusse. Je luis donne le courage de l'intelligence et de se battre mais il l'a fait just pour lui-meme. il es devenue narcissiste. Nous devons faire une revolution et coupe la tete de Bedie une peste, Gbagbo s'il essait de revenir, Ouattaras'il essais de se representer, Soro, et Ble Goude. Ousttara est le plus grand voleur. Il a construit des routes c'est normal. Il ne dois pas avoir une coupe pour ca.Ouattara est le PDG de la Cote d'ivoire, le vrai pouvoir se trouve en France. Avec Houphouet , nous etion jeune et immature. Il a fais des chose bien mais ils nous a vendu. Il etait pas un dictateur eclares. N'allez pas peur commencer a couper les tetes des voleur. Ils prennent notre argent.
Rédigé par: papus   le: Lundi 9 Septembre 2019
J'ai encore cette image de la TV ou un Ministre anglais frere du PM une semaine apres sa nomination, est venu rendre sa demission et enfourcher son velo pour la maison. Que ne ferait-on pas ici pour etre ministre et le demeurer ad vitam ae aeternam? Je ne me souviens plus du nombre d'annees de Patrik Achi au gouvernement.
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 9 Septembre 2019
Beaucoup de nos ministres voient leur santé se détériorer quand ils ne sont plus ministres et ils peuvent (même) en mourir.Devenir ministre dans nos pays africains n'est pas toujours une bénédiction pour les concerné(e)s et leurs familles.Il y a tellement de compromissions.Certes, l'époque des grands prédateurs de femmes, pour qui l'activité sexuelle était un attribut essentiel de l'exercice d'un pouvoir souvent dictatorial, est révolue. Plus personne sur le continent ne se comporte comme un Kadhafi, un Mobutu, un Bongo (père), les Eyadema (père et fils), un Sassou, un Kenyatta (père) ou d'un Gbagbo., pour qui un vrai chef ne pouvait qu'exercer une activité sexuelle multiple et dominatrice sur les épouses de ministres, les étudiantes et les lycéennes, les speakerines de la télévision, les lauréates des concours nationaux de beauté.et, j'en passe. Pour ces chefs d'état, faire défiler dans leur lit les épouses de leurs ministres pour les baiser et les sodomiser, leur exiger de délivrer sur l'oreiller les petits secrets de leurs époux; repérer ses proies d'un oeil de lynx lors des meetings ou des cérémonies officielles, puis glisser un mot à l'oreille de l'un de ses "porte-sacs" pour faire venir l'élue; élaborer des filières d'importation de Marocaines ou de Bulgares jusqu'au fond de l'alcôve présidentielle; multiplier les rabatteurs et les "nominations canapé"; s'offrir même, ainsi que le fit le défunt dictateur libyen, les femmes de ses pairs chefs d'État, comme on collectionne les trophées; tout cela semble faire partie d'un passé révolu. Mais ce passé est-il révolu ? Dans les mentalités demeure ancrée la conviction qu'un pouvoir est d'autant plus crédible qu'il est visible et que l'accumulation des cuissages est l'un des symptômes du privilège que confère ce même pouvoir. "Le pouvoir est un appareil de jouissance", écrit le politologue Achille Mbembé. Il en va des femmes comme de l'argent : ne pas en avoir assez est un signe de faiblesse. (Chez les politiciens).
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Dimanche 8 Septembre 2019
C'est un spectacle affligeant que de devoir se compromettre et même vouloir donner son âme pour demeurer ministre.