Nouveau gouvernement: Voici le commando de Ouattara pour 2020
lebanco.net - Publié le: 04-09-2019 - Mise-à-jour le: 05-09-2019 - Auteur: Karine Koré
Nouveau gouvernement:  Voici le commando de Ouattara pour 2020
Un nouveau gouvernement a été formé et rendu public le mercredi 4 septembre 2019. Il est composé de 49 membres. Sa configuration pourrait laisser penser qu'Alassane Ouattara a fait du neuf avec du vieux, vu que presque tous les membres du gouvernement sortant ont été reconduits. Les intouchables ou indéboulonnables, qui auront été de tous les gouvernements sous Ouattara, sont encore là.
On peut citer, entre autres, Hamed Bakayoko, ministre d'Etat, ministre de la Défense ; Kandia Camara, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle ; Bruno Koné, ministre de la Construction, du Logement et de l'Urbanisme ;  Raymonde Goudou, ministre de la Modernisation de l'administration et de l'Innovation du service public ; Anne Désirée Ouloto, ministre de l'Assainissement et de la Salubrité ; Bandama Maurice, ministre de la Culture et de la Francophonie.
A ces « immortels » s'ajoutent tous ceux qui sont entrés au gouvernement depuis ces dernières années ou à la faveur du précédent remaniement ministériel, et qui ont été reconduits. Au nombre de ceux-là Marcel Amon Tanoh, ministre des Affaires étrangères ; Sansan Kambilé, ministre de la Justice et des Droits de l'homme ; Mariatou Koné, ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la pauvreté ; Ramata Ly-Bakayoko, ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfant ; Mamadou Touré, ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l'Emploi des jeunes ; Aka Aoulé Eugène, ministre de la Santé et de l'Hygiène publique.
Entre intouchables, comeback et nouveaux entrants
Outre ces visages connus parce siégeant au gouvernement depuis quelques années, il y a ceux qui ont effectué un comeback dans le saint des saints. Anciennement ministres dans d'autres gouvernements sous Ouattara, ils sont de retour aux affaires. On peut citer Dosso Moussa, le dandy au noud papillon, qui était ministre de l'Emploi et de la Protection social quand il quittait le gouvernement et qui revient à la tête du ministère des Ressources animales et Halieutiques ; Mamadou Sanogo qui, pour son comeback, prend le maroquin de l'Economie numérique et de la Poste, alors qu'à son départ du gouvernement, il était ministre de la Construction et de l'Urbanisme ; Gaoussou Touré, l'ancien « transporteur », qui se voit confier désormais la Promotion de la riziculture  et Légré Philippe, l'ancien ministre des Sports, qui revient aux affaires, à la tête du Secrétariat d'Etat auprès du Ministre des Transports, chargé des Affaires maritimes.
La dernière catégorie, c'est celle des entrants c'est-à-dire ceux qui font leur entrée au gouvernement pour la toute première fois. A ce niveau, on notera notamment des visages comme Koffi N'guessan Lataille, une figure du Pdci dans la région du N'zi, qui voit ainsi couronné son engagement au Rhdp. Frustré par son parti lors du choix des candidats pendant les dernières élections locales, il a basculé dans la mouvance présidentielle. Il en récolte aujourd'hui les dividendes en goûtant, pour la toute première fois, au poste de Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Construction, du Logement et de l'Urbanisme, chargé du Logement social.
On peut également citer Mys Belmonde Dogo, transfuge du parti de Gnamien Konan. Après avoir été élue députée en indépendant, elle a rallié le Rhdp où elle milite activement. C'est ce qui lui vaut certainement d'être nommée Secrétaire d'Etat auprès du ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, chargée de l'Autonomisation des femmes.
Ou encore Epiphane Zoro Bi, le « petit juge », qui avait délivré un certificat de nationalité à Alassane Ouattara au plus fort des tracasseries politico-judiciairesdans lesquelles celui-ci était englué. Depuis, l'homme s'était engagé pour la cause de Ouattara. Sa nomination au poste de Secrétaire d'Etat au Renforcement des capacités sonne comme une récompense pour le moins attendue.
Vient ensuite Brice Kouassi, dont la nomination au gouvernement sonne comme le couronnement d'une ascension, après qu'il eut été élu maire de Didievi, la terre natale de Jeannot Ahoussou Kouadio.Il est Secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle, chargé de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle.
On peut également citer Diomandé Vagondo, général de division et jusque-là chef d'état-major particulier d'Alassane Ouattara. Connu pour être un fidèle lieutenant du chef de l'Etat, il passe pour être une tombe et un loyal serviteur  et de longue date de Ouattara. Sa nomination au poste de ministre de la Sécurité et de la Protection sociale, apparaît comme une ascension logique.
Au nombre des nouveaux entrants, Mys Belmonde Dogo, transfuge du parti de Gnamien Konan. Après avoir été élue députée en indépendant, elle a rallié le Rhdp où elle milite activement. C'est ce qui lui vaut certainement d'être nommée Secrétaire d'Etat auprès du ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, chargée de l'Autonomisation des femmes. 
Karine Koré
 
  •  
Rédigé par: Awoulaba Cool   le: Samedi 7 Septembre 2019
A-t-on vraiment besoin pour développer la riziculture en Côte d'Ivoire (à la fois) d'une "Agence pour le Développement de la Riziculture" et d'un "Ministère de la Riziculture" séparés du "Ministère de l'Agriculture" ? Sans compter qu'il existe déjà en plus du Ministère de l'Agriculture, un "Ministère de l'Environnement", un "Ministère des Eaux et Forêts", un "Ministère de l'Hydraulique", un "Ministère des Ressources Animales et Halieutiques". Bref, difficile de faire plus "budgétivore"! Des doublons de toute sorte ont été imaginé et créé: Dans tous les pays normaux, il n'existe aucun "Ministère de la Riziculture" distinct du "Ministère de l'Agriculture" qui doit regrouper (normalement) les "Eaux et Forêts", "l'Elevage et la Pêche", les "Fleuves, lacs, la Mer et l'Hydraulique Villageoise", "l'Environnement". Mais au Gondwana, il y a d'autres logiques qui font que tous les ministères sont morcelés. Il y a ainsi un "Ministère de l'Entretien Routier" qui est différent du "Ministère des Transports"... Il y a un "Ministère de la Ville" qui est distinct du "Ministère de la Construction et de l'Urbanisme".Où va-t-on avec autant de gaspillages ?
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Samedi 7 Septembre 2019
IVOIRO.USA, PAPUS: Vous avez bien raison. Il s'agit ici non pas d'un gouvernement de travail, mais d'un gouvernement de campagne. (La campagne a déjà commencé avant même l'ouverture officielle)! Sinon comment comprendre qu'on ait un Ministère de la Riziculture distinct de l'Agence Nationale pour le Développement de la Riziculture nouvellement créée, ainsi qu'un Ministère de l'Agriculture, un Ministère des Eaux et Forets, un Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, un Ministère de l'Environnement, un Ministère de l'Hydraulique.??? Tout cela, c'est le même département. Comment peut-on justifier qu'on ait à la fois un Ministère des Transport, un Secrétariat d'Etat aux Affaires Maritimes et un Ministère de l'Entretien Routier ? Rien ne peut justifier cela et plus les ministres et secrétaires d'état sont nombreux, moins performante est l'action du gouvernement. C'est un fait qui se vérifie dans la vie quotidienne des ivoiriens.
Rédigé par: Fognon.   le: Vendredi 6 Septembre 2019
@Ivoiro-Usa. Tu as dit quoi quand l'autre a purement refuse de tenir les elections en 2005? Comment Tu qualifies cela? Tu etais ou quand xa se passait? Encore dans les testicules? Reflechis un peu avant de flechir. A+
Rédigé par: IVOIRO.USA   le: Jeudi 5 Septembre 2019
Nous assistons à la nomination des directeurs de campagne RHDP avec le budget de L'état. Une énième détournement de Deniers Publics. C'est triste scandaleux et pléthorique. Un vrai HOLD-UP sur l'autoroute par Dramane.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 5 Septembre 2019
Si les Ministres n'utilisaient pas la plus grande partie de leur temps à militer pour le RHDP, il n'y aurait pas besoins d'autant de ministères et le budget de l'Etat s'en trouverait mieux. Comme le dit le titre, il s'agit ni plus ni moins que d'une "armée" électorale (trop pléthorique pour être vraiment un simple commando) payée sur le budget de l'Etat. Un cas flagrant de détournement de fonds publics au bénéfice exclusif d'un parti politique et non des populations, un cas flagrant de corruption, et, au minimum, de mauvaise gouvernance. Inutile de commenter plus le ridicule "Ministère de la Promotion de la riziculture" affecté à "l'ami" Gaoussou Touré, qui a largement démontré son incompétence lorsqu'il était en charge des transports. dans ses pires délires, même Alfred Jarry lui-même n'aurait pas inventé ça !
Rédigé par: papus   le: Jeudi 5 Septembre 2019
@Lago Tape et Diarrasse de Napie,il ne s'agit pas d'un gouvernement de travail,mais plutot un gouvernement geopolitique charge de quadriller le terrain pour sa campagne de 2020. Si des regions sont oubliees on creera de nouveaux postes ministeriels pour faire la promotion de l'anacarde,de l'hevea,du palmier a l'huile,de l'enseignement primaire,des affaires ferroviaires etc...
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Mercredi 4 Septembre 2019
Je ne crois pas que les gouvernements pléthoriques sont plus performants. En effet, (par exemple) alors que nous avons un ministère des Eaux et Forêts qui est distinct du ministère de l'Agriculture, on ne peut pas vraiment dire que la forêt de Côte d'Ivoire est mieux protégée. Alors qu'il y a un ministère de l'Entretien Routier distinct du ministère des Transports, on ne peut pas dire que nos routes soient mieux entretenues. En plus, la pagaille règne toujours dans les gares routières du pays, les criminels "gnambros" tuent toujours en toute impunité et, les coupeurs de routes sévissent toujours. On n'a toujours pas atteint l'autosuffisance alimentaire malgré un ministère des Ressources Animales et Halieutiques distinct du ministère de l'Agriculture et un tout nouveau ministère de la riziculture, en plus d'une toute nouvelle Agence gouvernementale pour le Développement de la Riziculture. Il ne s'agit ici donc pas de la recherche de plus d'efficacité et d'une meilleure performance du gouvernementale. Tout le monde l'aura donc bien compris, il s'agit ici de récompenser le plus grand nombre, en vue des prochaines échéances électorales.
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 4 Septembre 2019
Un commando est toujours restreint. Le gouvernement actuel ne l'est pas. Ici nous avons un gouvernement pléthorique de 50 ministres/secrétaires d'état dans un pays de 22 millions d'habitants. Par exemple l'Allemagne de 83 millions d'habitants n'a que 15 ministres au fédéral. Par exemple, comment peut-on expliquer qu'on ait (à la fois) un ministère de la Riziculture, un ministère des Eaux et Forêts, un ministère de l'hydraulique, un ministère de l'Environnement et du Développement Durable, un ministère des Ressources Animales et Halieutiques en même temps que le ministère de l'Agriculture et du Développement Rural ? Il y a aussi un ministère de la Construction et de l'Urbanisme, un Ministère de la Ville, un ministère de l'Assainissement et de la Salubrité qui auraient tous pu être regroupés au sein d'un seul et même ministère. Il y a également un ministère des Transports distinct du ministère de l'entretien routier, un ministère de la coordination des Grands Projets, et un Secrétariat d'Etat aux Affaires Maritimes. Bref, c'est un gouvernement avec beaucoup de doublons dans lequel les fonctions ministérielles sont démultipliées pour récompenser un plus grand nombre. Le RHDP sans le PDCI-RDA semble ainsi donc "pauvres" en cadres de haut niveau tel que l'était l'ex RDR.C'est le constat que l'on peut faire à chaud après l'annonce de ce gouvernement pléthorique!